mardi 4 novembre 2008

Café philo "énergie, les enjeux" par le modem 21

Jeudi dernier, le modem de Côte d'Or avait organisé un café philo ouvert à tous sur le thème de "l'énergie et ses enjeux", à la Grande taverne à Dijon. La soirée a commencée avec la présentation d'Alain Cagnol qui a fait un exposé sur "l'électricité et l'énergie en 2040", puis a suivi Jean Rapenne qui a parlé de "Approche climatique - énergétique de l'urbanisme", puis Frédéric Pierrot, architecte, qui a terminé sur "la maîtrise de l'énergie dans les bâtiments". S'en est suivi un échange de questions avec la trentaine de participants.

Les trois présentations étaient intéressantes et plutôt bien faites. Toutefois il y avait quelque erreurs et remarques à faire
-Par exemple lorsque monsieur Cagnol tente de montrer que l'engagement des Verts pour se passer du nucléaire d'ici 2038 n'est pas fiable (il n' pas lu les propositions plus courtes). Il fait plusieurs erreurs dont une très grosse: Il indique que nous possédons 25 millions de voitures en France et qu'il y aura environ 40 millions de voitures alors, ce qui lui permet de faire "exploser" le compteur à CO2. Il n'a visiblement pas compris qu'il faut diminuer le nombre de voitures en circulation. D'ailleurs une personne lui fait remarquer que nous perdons en terre l'équivalent d'un département tous les 10 an, recouvertes de bitume et autres habitations.
- Monsieur Cagnol a fait de bonnes remarques: "dans un monde fini, on ne peut pas avoir une énergie infinie" ou "il faut changer de mentalité", mais aussi des mauvaises "sortir du nucléaire en 2038, c'est stupide" et il n' a pas hésité à dire "je suis "écologue", car l'écologie est une science trop sérieuse pour la laisser aux écologistes"
- Monsieur Pierrot a décrit la maison bioclimatique idéale. Une personne a fait judicieusement remarquer qu'un peu moins de 50% des français vivent en immeubles. Et aucun architecte ne se penche sur ce fait. Que la priorité n'est pas de construire une jolie maison bioclimatique qui va encore prendre du terrain sur les terres arables (même si tout le monde rêve de cette maison), mais plutôt d'isoler les 5 millions de bâtiments existants. A ce sujet, l'association Les Amis de la Terre met à disposition un guide de la rénovation écologique.
- Le plus regrettable est qu'à aucun moment le modem ne s'est positionné en tant que parti politique sur ces problématiques environnementales. Ce parti politique n'étant pas référencé comme fervant défenseur de la nature, ce café philo était un peu étonnant de leur part. Toutefois, si une ou deux personnes de la salle a pris conscience des problèmes énergétiques induisant le réchauffement climatique, alors cette initiative est à recommencer.

Etait aussi présent le président de l'association pro-nucléaire "sauvons le climat", qui en a profité pour vanter uniquement les mérites du nucléaire et qui a évidemment omis de mentionner  les problèmes du nucléaire et de dire que celui-ci ne résout pas les aspects gaz à effet de serre.

1 commentaire:

Lovichi MoDem a dit…

Bonjour,je vous fait un bref résumé de la position du MoDem sur cette thematique:
« Dire la vérité sur la crise énergétique, c’est avoir le courage de dire aux Français qu’il faut changer notre modèle de développement. C’est en fait une chance, car la société vivra mieux si elle vit plus sobrement.

Une crise des énergies fossiles s’annonce, en raison de la progression de la consommation par de pays comme la Chine et l’Inde, mais aussi une crise climatique due aux gaz à effet de serre. A ce moment critique, l’Etat ne doit pas abandonner l’outil qu’il s’est forgé pour la politique énergétique. C’est pourquoi le MoDem a refusé les privatisations d’EDF et de GDF. Une entreprise à majorité publique, garantie par un pays tout entier, est mieux armée en face de ces risques d’instabilité. L’Etat doit conserver un instrument pour défendre l’intérêt général.

Nous devons diviser par 4 notre consommation en 50 ans, c’est-à-dire baisser notre consommation de 25 % à l’horizon 2020.

La première clé d'une politique sérieuse en matière d’économie d’énergie, c’est la formation de la population, par les media et l’Éducation nationale. Deuxième clé de cette politique, il faut que polluer ait un coût, ce qui implique une fiscalité écologique, une fiscalité des carburants.

En même temps, les biocarburants, bientôt l’utilisation de la biomasse, l’agrochimie, font apparaître l’espoir d’un débouché écologique, rémunérateur et extensible, pour notre agriculture.

Enfin, la dimension européenne est essentielle, pour garantir la sécurité de nos approvisionnements et la diversification de la production énergétique. Il faut une politique de l’énergie européenne, qui ait les moyens d'induire ce changement réel de comportement, et en même temps de faire exemple et convaincre les autres puissances.

Comme vous le voyez nous sommes sur une logique de diminution du nucléaire puis un abandon à plus long terme que vous MAIS le MoDem a beaucoup de point de convergence avec les verts sur la logique d'un autre mode de consommation et de société.
Bien cordialement

Lovichi Marien délégué MoDem pour la 2ème circonscription de Côte d'Or.