mardi 29 avril 2008

Chernobyl Day à dijon

Samedi dernier, près de 80 personnes se sont retrouvés à Dijon pour une marche commémorative de la catastrophe de Tchernobyl. Lancé à l'initiative du Réseau Sortir du Nucléaire, cette "Chernobyl Day" a été l'occasion de dénoncer certaines préférences énergétiques. La marche s'est dirigée vers le Conseil Régional de Bourgogne qui exonère de charges les entreprises du pôle nucléaire bourguignon, puis vers la préfecture, représentant local des activités pro-nucléaires de la France.


Plus de 400 tracts ont été distribués aux passants rappelant sur une face la date anniversaire des 22 ans du plus grand accident nucléaire civil, et donnant sur l'autre face un comparatif sommaire entre le nucléaire et la sobriété énergétique combiné aux énergies renouvelables.

Le collectif formé pour cette occasion a fourni aux autorités deux dossiers très complets sur les moyens à mettre en oeuvre pour se passer de l'énergie nucléaire et des avantages en retour."Energies d’avenir en Nord-Pas de Calais" et "Un courant alternatif pour le Grand Ouest, Etude sur les alternatives au réacteur EPR"
L'avenir dira peut être si les services compétents liront ces études et si ces institutions seront compétentes pour les mettre en oeuvre localement...

dimanche 27 avril 2008

Le Collectif Action Citoyenne OGM 21 tente de retrouver la raison au député Rémi Delatte

Hier matin, comme prévu, le collectif Action citoyenne OGM 21 a manifesté devant la permanence de Rémi Delatte pour tenter de lui faire prendre raison. Ils en ont profité pour décorer joliment sa devanture.

Plusieurs membres du collectif ont été reçu par le conseiller parlementaire de monsieur Delatte. Ce dernier a remis une lettre de 4 pages rédigée par le député. On y apprend, comme cela est indiqué sur son site internet, que le député demeure borné dans ses explications erronées, qu'il demeure persuadé que la loi OGM est une bonne loi, n'écoutant ni les français (et donc les Dijonnais), ni les ONG environnementales, ni un certain nombre de professionnels du milieu agricole. Cette volonté inébranlable à rester inflexible met sérieusement en doute ce qu'il dit: "En tant que député, j'ai souhaité aborder ce sujet sans a priori de quelque nature qu'il soit. Ainsi, j'ai pu entendre aussi bien les arguments des écologistes, des scientifiques, des agriculteurs, des consommateurs, ... J'ajouterais, par ailleurs, et cela est important dans le contexte du débat, que je n'ai été contacté ou pris contact avec aucun représentant des industries productrices d'OGM." Le Canard Enchaîné a d'ailleurs prouvé le contraire pour plusieurs de ses collègues...

Le texte de loi retournera au vote des députés à partir du 13 mai. A cette occasion, le WWF invite tout le monde à une manifestation citoyenne, populaire et enthousiaste: Rendez-vous devant toutes les préfectures de France le 13 mai 2008 à 13h pour un pique-nique sans OGM !

samedi 26 avril 2008

De la place pour les vélos dans les parkings souterrains

Une nouvelle preuve que la "vélorution" est en marche à Dijon est apportée par le magazine "Dijon Notre Ville" n°201 page 6. On y apprend la présence nouvelle de places de stationnement gratuits pour vélos dans cinq parkings souterrains de Dijon (Darcy, Condorcet, Malraux, Sainte Anne et Tivoli), habituellement réservés aux véhicules à moteur.

Huit places sont ainsi disponibles dans les parkings Darcy (partagées avec les poubelles?) et Saint Anne. Situés juste au niveau des barrières, il est très facile de les trouver. Attention, les barrières d'entrée et de sortie ne s'ouvrent pas pour laisser passer les vélos. Dommage toutefois qu'aucun panneau n'indique actuellement la présence de ces places au niveau de la voirie.
Ces places sont une bonne reconversion des parking souterrains de Dijon. Puisqu'avec le prix du pétrole qui ne peut qu'augmenter (diminution inexorable des réserves), l'utilisation des voitures ne peut que diminuer, et donc il est temps de donner la place aux modes de déplacements alternatifs.

lundi 21 avril 2008

Le Collectif Action Citoyenne OGM 21 appelle à manifester

Communiqué de presse:
"Après le premier passage de la loi OGM et son adoption à l’Assemblée Nationale et au Sénat, le collectif appelle à manifester devant la permanence de Rémi Delatte, seul député côte-d’orien à avoir voté pour, au 81 avenue de Maréchal Lyautey à 10h30 ce samedi 26 avril.

Cette loi a révélé le malaise de la majorité et la prise de conscience de certains députés UMP et Nouveau Centre de Côte d’Or : en effet Bernard Depierre et François Sauvadet se sont abstenus et seul Rémi Delatte a voté pour. Malheureusement, à l’issue du vote au Sénat, il ne se retrouve pas seul, car ses collègues sénateurs UMP de Côte d’Or ont également approuvé cette loi.
Le collectif rappelle que cette loi va à l’encontre de l’esprit du Grenelle de l’Environnement en autorisant le seuil de 0,9 % d’OGM dans les produits alimentaires, en obligeant les agriculteurs à prouver la contamination de leurs champs par les OGM et en mettant ainsi à mal l’avenir des Appellations d’Origine Contrôlées (AOC) et l’Agriculture Biologique. Le seul espoir que cette loi portait – l’amendement 252 – a été vidé de toute substance par les sénateurs.
En appelant à manifester devant la permanence de Rémi Delatte, le premier des élus Côte-d’oriens à approuver ce texte, le collectif souhaite rappeler son rôle de vigie dans le combat pour une meilleure alimentation et contre la mainmise des céréaliers sur un bien de l’humanité. Nous invitons donc l’ensemble de la population à venir manifester afin de montrer son incompréhension et son mécontentement d’une telle loi qui lui retire peu à peu sa souveraineté alimentaire."

dimanche 20 avril 2008

La caravane à WC sec.

Ce week-end avait lieu la 4ème édition de "L'Auxois à Dijon" au lac Kir. A cette occasion, l'association dijonnaise "à recycler" en profitait pour faire la première sortie de sa caravane aménagée en toilettes.

Une manifestation en plein air avec des dizaines, des centaines de personnes et un problème récurrent se pose: où faire ses besoins? Plusieurs entreprises proposent des toilettes chimiques en location. Elles sont pratiques, mais pas vraiment, ou pas du tout écologiques selon les modèles (utilisation de produits chimiques et d'eau). Mais que faire? Tout le monde ne peut pas aller derrière les arbres. La question se pose de façon sérieuse après le passage du Grenelle de l'environnement car tous les événements devront devenir éco-responsables, c'est à dire devront limiter leur impact environnemental.
A recycler possède incontestablement la meilleure solution: la toilette sèche. L'intérêt des toilettes sèches, outre le fait de recycler en compost des matières qui habituellement sont rejetées à l'égout et nécessitent des opérations d'épuration des eaux usées, est aussi de ne pas utiliser d'eau du tout. Et en plus, malgré les préjugés que l'on peut avoir, ça ne sent rien!

Transformer une vielle caravane pour contenir 4 toilettes sèches est vraiment une riche idée. Facilement transportable, on ne peut que penser que nous reverrons bientôt cette caravane un peu partout en Côte d'Or. Petit scoop: pour la prochaine sortie, elle sera joliment décorée.

vendredi 18 avril 2008

Loi OGM: Le député Rémi Delatte explique sa position.

Des trois députés de l'agglomération dijonnaise, seul monsieur Rémi Delatte avait voté en faveur de cette loi. Interpellé sur ses raisons, il s'explique dans cette lettre:












Pour information, la loi OGM est finalement passée, votée jeudi soir par les sénateurs (Scrutin n° 88 - séance du 16 avril 2008), au grand désarroi des ONG environnementales, de tous les anti-OGM et de plus de 70% de la population française! Nos trois sénateurs de Côte d'Or (Louis de Broissia, Louis Grillot et Henri Revol) ayant voté pour.

Libre à chacun de se faire une opinion sur les explications de monsieur Delatte.

Cette loi a ainsi été votée alors qu'un groupe d’experts internationaux a présenté le 15 avril à l’Unesco un rapport appelant à favoriser une agriculture locale et respectueuse de l’environnement. 64 gouvernements (dont la France) ont approuvé les idées mises en avant. Dans cette étude lancée en 2002 par la Banque mondiale et l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les auteurs, dont font partie les Français Fabrice Dreyfus (Supagro, Montpellier) et Marianne Lefort (Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement, Paris), soulignent les gains de productivité apportés par les sciences et technologies, mais également les retombées néfastes des points de vue social et environnemental. «Nous sommes tombés d’accord concernant ce qui ne peut plus durer», a ainsi expliqué Fabrice Dreyfus. De son côté, Guilhem Calvo, consultant auprès de l’Unesco, a précisé: «Ce que dit l’IAASTD (Evaluation internationale des sciences et technologies agricoles au service du développement), c’est qu’il faudra produire plus mais différemment, en conciliant productivité et conservation des ressources naturelles. C’est un changement de paradigme». Le rapport appelle notamment à focaliser la recherche et les programmes d’aide au développement sur une agriculture familiale.

Bref, les OGM pour produire plus, peut être sur le court terme, mais au dépend évident d'une agriculture familiale, socialement possible et au dépend de l'environnement et de la biodiversité!

jeudi 17 avril 2008

Ouverture d'une nouvelle Biocoop

Un nouveau magasin du réseau Biocoop a ouvert hier rue des Ciseaux à Quetigny.
Plus de 250m2 de produits alimentaires issus de l'agriculture biologique: légumes frais, surgelés, produits au détails (limite les déchets par les emballages), pains, traiteur charcuterie et fromages locaux, vins et plus de 200 thés. On y trouve aussi des vêtements pour bébé, un rayon beauté et cosmétiques (les produits labellisés cosmebio évite les produits dangereux), des produits d'entretien et une librairie. 

Ce magasin ouvre ses portes deux ans seulement après l'ouverture du magasin Terres Bio route d'Ahuy, ce qui montre l'engouement pour les produits sains des dijonnais.

mercredi 16 avril 2008

Chernobyl day à Dijon

Le réacteur nucléaire n° 4 de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, il y a 22 ans. A cette date commença la plus grande catastrophe technologique et industrielle de tous les temps. Tchernobyl n’a pas fini de faire des victimes : ses conséquences inouïes et irréversibles sur la santé (cancers, pathologies multiples, effets mutagènes et tératogènes) affecteront profondément les prochaines générations.

Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU, a estimé que plus de sept millions de personnes avaient été gravement affectées par la catastrophe. Pourtant, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) avance encore le chiffre ridicule de 50 victimes pour protéger les intérêts de l’industrie atomique.

Nous ne pouvons permettre que soit oublié le sacrifice des quelques 800 000 liquidateurs qui ont lutté pour contenir l’ampleur du désastre, et qui, par centaines de milliers (selon les ambassades d’Ukraine et de Russie) l’ont déjà payé de leur santé ou de leur vie, pour nous sauver. 22 ans après, le risque est plus grand que jamais de voir la désinformation et le mensonge masquer les véritables conséquences sanitaires de cet accident. 500 000 enfants en Bélarus souffrent de l’exposition quotidienne à la radioactivité et sont abandonnés encore aujourd’hui à leur sort. Le mensonge et l’oubli, avec des complicités au sommet de divers Etats et institutions internationales, permettent à ce lobby d’envisager la construction de centrales nucléaires dans plusieurs pays à travers le monde.

CONTRE LE DÉNI ET L’OUBLI, PARTICIPEZ LE 26 AVRIL 2008 À LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE MOBILISATION CONTRE LE NUCLÉAIRE.
(source: Chernoby day)

A cette occasion, une marche va avoir lieu à Dijon le samedi après-midi: le rendez-vous est donné à 14h30 place de la Libération.
A partir de là vous pourrez mettre votre masque pour ensuite rejoindre le conseil régional où sera fait une minute de silence en mémoire des morts de Tchernobyl, suivi d'une remise de trois documents à un représentant du conseil régional expliquant qu'il est possible de se passer de l'énergie du nucléaire grâce à la sobriété énergétique (le plus difficile à faire passer dans les esprits) et en utilisant les énergies renouvelables.
- Nucléaire : comment en sortir ? Etude sur des sorties du nucléaire en 5 ou 10 ans.
- Energies d’avenir en Nord-Pas de Calais.
- Un courant alternatif pour le Grand Ouest. Etude sur les alternatives au réacteur EPR.

Pour information, le Conseil régional soutient l'industrie nucléaire en accordant des exonérations fiscales aux entreprises du Pôle Nucléaire de Bourgogne.

mardi 15 avril 2008

Du 26 avril au 7 mai: films et débats sur les questions environnementales au cinéma Eldorado

Du 26 avril au 7 mai 2008: films et débats au cinéma Eldorado autour des questions environnementales: biodiversité, changement climatique, brevetage du vivant, épuisement des ressources, alternatives écologiques...

-des rencontres avec des scientifiques, des agriculteurs, des militants et des réalisateurs.
-des ateliers d'associations

Pour en savoir plus sur la situation de notre planète et amener à la réflexion et aux débats, c'est plus de 17 films qui vont être projetés:
Into the Wild, Notre pain quotidien, Une vérité qui dérange, Paysages manufacturés, Old Joy, The host, Le rayon vert, Le monde selon Monsanto, Still life, Le voyage de Chihiro, Désert rouge, Ici Najac, Farrebique, Biquefarre, Cultivons notre terre, Déchets à ménager, films sur le commerce équitable

Pendant cette 3ème édition de Fenêtre sur le Monde, plusieurs débats et animations auront lieux:
-"Changement climatique" en présence d'Yves Richard (climatologue du Centre de Recherche en Climatologie Bourgogne), d'Olivier Gilg (président du Groupe de Recherche en Ecologie Arctique) et d'un membre de l'association Bourgogne Energie Renouvelable.
- "Pollution chimique et génétique" en présence de Gilles Eric Seralini du CRIIGEN et Marie-Monique Robin, réalisatrice du film "Le monde selon Monsanto".
- "Déchets" avec l'association "à recycler".
- "Commerce équitable" avec l'association Equi'max.
- "Présent et avenir de l'agriculture et de la biodiversité" en présence de membres de Rés'OGM Info et d'agriculteurs.
- "Les déchets nucléaires" avec Greenpeace
- ""Energies renouvelables et économies d'énergie au quotidien" avec l'association Bourgogne Energies Renouvelables.
- "Economie et écologie sont-elles compatibles?" avec Denis Clerc (Alternatives Economiques).
" atelier citoyen" avec Greenpeace.

dimanche 13 avril 2008

Bourgogne Energies Renouvelables commence ses visites 2008

L'association dijonnaise Bourgogne Energies Renouvelables dévoilera sa programmation de visites 2008 le 19 avril.

Pour la quatrième année consécutive, dans le cadre de la campagne “Faisons vite, ça chauffe !”, l’association Bourgogne Énergies Renouvelables, avec le réseau des Espaces INFO ÉNERGIE de Bourgogne et en partenariat avec l’ADEME et le Conseil régional de Bourgogne, a mis en place un programme de visites de sites : habitats économes en énergie (réalisés et visites de chantier) et énergies renouvelables.
La première visite aura lieu le samedi 19 avril 2008 à partir de 14h sur le secteur de Dijon.
De 14 h à 15h30, le premier site permettra de découvrir une chaudière bois bûche à gazéification et un chauffe-eau solaire individuel.
De 15h45 à 17h15, c’est une maison construite suivant le principe du bioclimatisme (intégration de la maison dans son environnement et conception architecturale tirant parti du climat pour gagner en confort et économiser l’énergie) qui vous ouvrira ses portes.
Un conseiller INFO ÉNERGIE sera présent pour répondre à vos questions : Comment ça marche ? quels coûts ? quelles aides financières ? quels avantages pour l'environnement ? ...
Plus de 25 visites se dérouleront en Bourgogne entre le 19 avril et le 23 novembre 2008.
Les visites sont gratuites et ouvertes à tous, mais l’inscription est obligatoire auprès de l’association Bourgogne Énergies Renouvelables :
- par téléphone au 03 80 59 12 80 ou 06 85 75 76 35
- par courriel visites2008@ber.asso.fr ou sur le site www.ber.asso.fr

Vers une conception « globale » des maisons :
Avec l’épuisement des ressources et l’augmentation inéluctable du prix des énergies, il est nécessaire d’agir en nous inscrivant dans une démarche active et responsable visant à limiter nos consommations d’énergie.

Pour construire ou rénover sa maison, il faut respecter les réglementations thermiques en vigueur, elles fixent une limite de consommation maximale d’énergie. Et pourtant, les idées, les techniques, les matériaux, les équipements et les pratiques existent pour construire ou rénover en réduisant les besoins énergétiques de plus de la moitié en comparaison des maisons « réglementaires » : ces maisons « basse consommation » sont aujourd’hui accessibles.

Ne pas se contenter des règles d’usages c’est anticiper sur l’évolution nécessaire de nos consommations d’énergie et diminuer les impacts négatifs des bâtiments sur l’environnement : il convient dès à présent d’aborder les projets selon une approche globale.

Des incitations financières soutiennent les démarches vertueuses : éco-prêts, appel à projets basse énergie de la Région bourgogne, aides des collectivités locales, crédit d’impôt …

samedi 12 avril 2008

Loi OGM: le lecteur DVD du député Rémi Delatte était il en panne?

Pendant plus d'une semaine, nos député ont débattu sur le projet de loi OGM. A cette occasion, Greenpeace avait envoyé le 25 mars 2008 le DVD du film de Marie Monique Robin, "Le monde selon Monsanto" à tous les députés.


(Vidéo2, Vidéo3, Vidéo4, Vidéo5, Vidéo6, le débat)

Notre député Bernard Depierre avait confirmé l'avoir bien reçu. (Il disait "ne pas voter pour ce projet", d'où son abstention).
Des trois députés de l'agglomération dijonnaise, seul monsieur Rémi Delatte a pris la mauvaise décision d'un "vote irresponsable". (Madame Claude Darciaux a voté contre).
Mais que s'est il passé? Pourquoi? Il serait intéressant de connaître ses réelles motivations. Quoiqu'il en soit, certaines rumeurs dijonnaises affirment que monsieur Delatte avait bien reçu le DVD en question, mais qu'il n'a pas pu le regarder car son lecteur de DVD était en panne. Info? Intox? Comme toute rumeur, il est difficile de connaître la vérité.
En tout cas, dans une dizaine d'années, quand les dégâts des OGM en plein champs seront manifestes, il pourra difficilement écarter sa responsabilité en disant qu'il ne savait pas car son lecteur de DVD ne marchait pas...

vendredi 11 avril 2008

Développement du "centre de ressources fruitières" de l'agglomération dijonnaise.

L'association Nature et Progrès 21, en partenariat avec l'association des Amis du Vieux Fontaine et la mairie de Fontaine les Dijon on créé en 2004 un verger conservatoire. Près de 70 pommiers avaient été plantés, dont des variétés anciennes de fruits. "L'objectif était de recréer un verger sur un terrain qui en accueillait un autrefois et d'intéresser petits et grands à l'arboriculture". Mais pour Nature et Progrès 21, l'objectif est aussi de créer avec d'autres communes de l'agglomération « un centre de ressources fruitières », précise Gérard Boudier, vice-président de l'association. "Nous venons ainsi de planter 80 poiriers à Quetigny, et en septembre, nous devrions planter 120 arbres à noyau à Longvic".
Source: Le Bien Public du 10/04/2008
On ne peut qu'encourager cette excellente initiative.

mercredi 9 avril 2008

Le film "Les seigneurs de la mer" passe au cinéma Le Devosge

Le film "Les seigneurs de la mer" passe actuellement au cinéma Le Devosge (6 rue devosge à Dijon, tel: 03-80-49-83-83)

Dans la lignée des documentaires militants « We feed the world » ou « Le cauchemar de Darwin », Rob Stewart s'attaque ici à la mauvaise réputation et au mythe du requin mangeur d'hommes. Le film commence avec des séquences sublimes tournées dans les eaux du Costa Rica, de l'Equateur et des îles Galapagos. Puis tout s'accélère quand Paul Watson entre en scène. Images choc, discours alarmant mais réaliste, le pari de Rob Stewart est gagné : les spectateurs sont scotchés et révoltés de découvrir le business généré par l'action des braconniers et autres mafias asiatiques soutenues par des gouvernements corrompus.


Avec « Les Seigneurs de la Mer », il ne s'agit pas seulement de sauver les requins, mais plutôt de sauver l'humanité. Selon l'UICN, un tiers des espèces de requins est menacé d'extinction. Ces poissons sont pourtant indispensables à l'équilibre des écosystèmes marins. Alors pourquoi les extermine-t-on ?

lundi 7 avril 2008

Jancovici à Dijon: un cours sur la pollution dirigé vers les patrons et économistes.

Le seul cours d'économie à l'ESC-Dijon qu'il ne fallait pas rater cette année a eu lieu jeudi dernier.
Ce jeudi 3 avril, Jean-Marc Jancovici, expert en changement climatique, est venu à l'Ecole Supérieure de Commerce de Dijon pour donner une conférence sur l'"Energie et Changements climatiques: deux grands défis pour notre siècle". Invité aussi par EDF, le MEDEF de Côte d'Or et la SFEN (association pour la promotion du nucléaire), on pouvait s'attendre à ce qu'il fasse la promotion du nucléaire pour contrer le CO2. En fait, il a passé une partie de son temps à expliquer devant une salle archi-comble (près de 300 personnes, dont de nombreux patrons et des étudiants de l'ESC) que nos sources actuelles d'énergie sont en quantité finie, c'est à dire qu'un jour il n'y en aura plus! D'ailleurs, il a rappelé que nous sommes arrivé à l'apogée du système et qu'il va y avoir de moins en moins de pétrole, gaz, charbon, uranium... De ce constat, il a enchaîné sur les émissions de CO2 et a rappelé l'urgence de diminuer nos rejets de CO2 en indiquant que "le problème est pour les générations actuelles, pas pour les générations futures"!
Ensuite, puisqu'il se trouvait devant des économistes, il en a profité pour parler économie en rappelant quelques vérités qui dérangent: "notre système économique est faux du début à la fin". Il a pris comme exemple "le PIB qui n'a aucun sens puisqu'il mesure le passé et non l'avenir". Devant le directeur de l'ESC et le patron du MEDEF de Côte d'Or, il n'a pas hésité à affirmer qu'il faut utiliser des indicateurs alternatifs qui prennent en compte des pénuries de matières premières et donc d'énergie à venir, au lieu de chercher la croissance à tout pris, synonyme bien souvent de pollution.
Comme le montre le reportage de dijonpremiere, Jean-Marc Jancovici a dit dans un style bien à lui quelques évidences qui dérangent que seuls ceux qui sont capable d'ouvrir les yeux comprendront... Deux heures d'un cours intense qui devrait être obligatoire de suivre par une majorité de responsables politiques et économiques (entre autre) pour qu'ils commencent à entrevoir les conséquences de leurs décisions!

dimanche 6 avril 2008

Une pétition contre le projet "Renaissance"

Sept associations environnementales ont lancé une grande pétition contre le projet de l'aéroport civil de Dijon-Longvic, appelé aussi "projet Renaissance".

Ils mettent en doute l'intérêt économique du projet, mais aussi ils estiment que "ce projet est incompatible avec le développement durable. Il est source de nuisance sonores, de pollution atmosphérique dans une zone où se concentrent déjà les polluants d'un trafic routier intense avec des effets insidieux sur la santé, des risques d'accidents accrus dans un secteur en forte croissance urbaine. Il tourne le dos aux conclusions du Grenelle de l'environnement, en gaspillant la ressource énergétique et en contribuant au réchauffement climatique."
Pour rappel, le respect de l'environnement n'est pas une priorité pour certains porteurs du projet Renaissance.

vendredi 4 avril 2008

Première distribution des "Jardins de Capucine"

Jeudi 3 avril avait lieu la première distribution des paniers des Jardins de Capucine au centre social des Grésilles.


Des pommes de terre, des radis, des salades, des épinards et du persil constituaient le panier des 59 premiers adhérents.

Pour la petite histoire, c'est au mois de novembre dernier qu'Armel Martin, producteur maraîcher à Auxonne, récupère des terres cultivées selon les méthodes de l'agriculture biologique. Il vend déjà sur différents marchés, mais souhaite écouler ses légumes via un système d'AMAP. Deux réunions plus tard en compagnie des responsables d'AMAP déjà existantes et des volontaires inscrits sur le site web http://amapdijon.free.fr, et le tour est joué.

Cette association de type AMAP est la cinquième créée dans l'agglomération dijonnaise (voir carte "alimentation").
La rapidité avec laquelle cette AMAP s'est montée indique que:
-La demande des consommateurs est très grande pour ce type de vente en directe. Pour information, les AMAP déjà existantes à Dijon refusent du monde chaque semaine; elles sont complètes (plus de 160 adhérents au total).
-Il y a un manque flagrant de maraîchers bio autour de Dijon puisque la demande est bien supérieure à l'offre.
-La demande de produits frais, de saison et issus de l'agriculture biologique est manifeste.

Cette association arrêtera de prendre des adhérents lorsqu'elle atteindra une centaine de personnes, ce qui ne devrait pas tarder. Le bouche à oreille est la meilleure des publicité lorsque le produit est de qualité.

jeudi 3 avril 2008

Loi OGM: la sage décision du député Bernard Depierre

Interpellé à propos du vote sur la loi relative aux OGM, notre député Bernard Depierre confirme qu'il a bien reçu le DVD envoyé par Greenpeace. Il a indiqué par mail à dijon-ecolo.fr que "c'était une excellente initiative qui a contribué à alimenter ma réflexion sur ce sujet."
D'ailleurs, il fait suivre cette lettre qui explique sa position:
On ne peut que saluer ce choix courageux car contraire à son parti politique (UMP), mais aussi sage comme il l'écrit lui-même.

Madame Darciaux devrait également voter contre puisque qu'elle avait demandé un moratoire sur les OGM comme l'indique Greenpeace. Quant à monsieur Delatte, suite à son absence de réponse claire, les dijonnais peuvent agir!