lundi 12 octobre 2009

Le circuit automobile de Prenois fait son Greenwashing

Ce week-end avait lieu la manche française du DTM (Deutsche Tourenwagen Masters, une course allemande de voiture de tourisme) sur le circuit de Prenois, près de Dijon.

Une course de voiture, voila une nouvelle fois l'incitation à économiser le pétrole qui en prend un coup et d'une façon plus générale l'environnement. Mais que l'on se rassure, l'infrastructure est éco-responsable. C'est ce qui était indiqué sur une bâche présente dans la semaine à la mairie de Dijon.










On pouvait clairement lire: "Entreprise citoyenne, le circuit Dijon Prenois s'est engagé à valoriser l'ensemble de ses déchets. Qu'il s'agisse de déchets spécifiques issus de la course automobile, tels que les pneus, huiles, hydrocarbures... ou de nature plus conventionnelle l'intégralité rejoint la filière locale de retraitement, recyclage ou revalorisation." Mais de qui se moque t on? Il ne manquerait plus qu'ils balancent tout dans la nature! Ca se dit "Eco-responsable" alors que c'est le minimum du minimum.

Toujours sur la même bâche à la mairie, on pouvait y lire "des travaux prioritaires pour l'environnement".










Ici, il est question du bruit, c'est à dire de la pollution sonore, même si ce n'est pas mentionné ainsi. "Dans le domaine de l'environnement, un des axes principaux est la limitation des nuisances sonores générées par l'activité du circuit." Des travaux sont donc réalisés pour diminuer ce bruit. Quel est le résultat? Pour cela rendez-vous dans une forêt située précisément à 6 km du circuit à vol d'oiseau (réalisé sans trucage):

video
Un peu de vent dans les feuilles, quelques chants d'oiseaux, et comme un fond sonore bien étrange dans une forêt... Comme un silence dans les deux dernières séquences? Normal, la course de voiture était terminée.

Tout ceci, c'est sans compter les rejets de CO2 des voitures et autres pollutions. Mais finalement, peu importe l'écologie le temps d'un week-end? On trouve toujours des sondages démontrant que nous sommes sensible à l'écologie, mais il ne faut pas exagérer. Le Bien Public le montre clairement par le sondage qui était disponible en ligne ce week-end. Ainsi, hier à 23h, sur les 260 internautes ayant voté au questionnaire sur l'intérêt du circuit, 62% y voient "une chance pour la notoriété de Dijon" (aspect économique), tandis que 29% y voient "une honte pour Dijon" (pour raisons écologiques).

Bref, Nicolas Hulot va devoir faire d'autres films, même en hélico, pour sensibiliser à la cause environnementale tous les irréductibles promoteurs de ce style d'événement.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

"Dans le domaine de l'environnement, un des axes principaux est la limitation des nuisances sonores générées par l'activité du circuit."

Il n'y a qu'a voir l'aspect environnement dans l"éco"-PLU qui sera voté a l'horizon 2010 :
Axe 1 : reductions des nuisances
Axe 2 : exploitations durable des ressources.

Autant dire que c'est du vent. Et dire que F. Rebsamen a eu le prix marianne de l'environnement... Rebsamen, le roi du greenwashing !

Léna Delantes a dit…

Il est a noter également que la société Aldorende, bien connue dans le greenwashing, vient de mettre son site internet, consacré à son évènement phare, Bourgogne Trophy en "maintenance technique". Pourquoi ? Certainement parce qu'elle participera au salon Pollutec en fin d'année. A moins, a moins, que le greenwashing soit plus porteur financièrement que cette manifestation ? Pourtant le dirigeant de cette société, pourtant très généreux en communiqués de presse en tout genre, n'a pas communiqué sur l'abandon officiel de cette opération… étrange non ?
A noter également, l'utilisation quelque peu abusive du nom de l'ADEME sur leur site internet. En effet, l'ADEME n'est actuellement partenaire que de l'Ecochallenge. Aldorende n'est donc pas à une approximation près…

Anonyme a dit…

Quand on voit ce genre d'article et de commentaire on voit bien que vous n'etes que des égoiste de plus pure espece. Vous avez juste envie qu'on parle de vous sans penser aux autres.

Un jour vous allez le regrettez, je vous en fais la promesse