vendredi 29 mai 2009

Le "100% Ecolo" version Pizza Station

De l'écolo par ci, de l'écolo par la, les habitudes changent, et il faut que ça se sache. Ainsi, la boutique de Pizza située au début de la rue d'Auxonne à Dijon affiche en gros sur ses scooters de livraison "l'environnement, une de nos priorités" avec une jolie photo de la terre dans le creux des mains et annonce la couleur: "100% Ecolo".
Quelque chose de nouveau dans le monde de la restauration rapide? Quelle est ou quelles sont les innovations? Des pizzas avec des légumes de saison? Des pizzas bio? Un four au bois ou avec de l'électricité Enercoop? Un arrêt des publicités dans les boîtes aux lettres ou des pub sur papier recyclé? Non, rien de tout cela. L'unique réponse est qu'ils utilisent des scooters électrique!

Est-ce une réelle avancée vers un travail plus vertueux envers l'environnement ou plutôt du "greenwashing"? A chacun de se faire sa propre opinion.

mardi 26 mai 2009

Bientôt une vélostation en gare de Dijon-ville

Lors du dernier conseil d'agglomération (14 mai), les conseillers communautaires ont adopté la proposition de madame Catherine Hervieu qui consiste en la création d'un local vélo au "Pôle d'échange multimodal" (gare de Dijon). Le site dijonews indique que "le local qui sera installé à la place actuellement occupée par les loueurs de voitures offrira 120 places de stationnement avec une extension indépendante de 56 places. L'accès sera régulé par une carte à puce moyennant 70€/an et permettra de disposer d'un service de petites réparations. Un projet financé par le Grand Dijon, la SNCF, le département et la région. Début des travaux le 1er octobre prochain pour une mise en service en février 2010".

Alors que plusieurs centaines de voitures peuvent stationner à l'abris des intempéries, les cyclistes doivent pour le moment laisser leur vélo dehors dans un endroit où les places sont insuffisantes, comme le faisait remarquer EVAD récemment.

Mais qu'est-ce que pourrait bien être cette "vélo-station"? Pour se faire une petite idée, petit tour sur le dossier "stationnement vélo longue durée dans les gares?" et visite en images de celui existant à Fribourg en Allemagne:

video

Les cyclistes méritent un véritable local vélo à la gare de Dijon.

mercredi 20 mai 2009

GRIFF+ fait une grande promotion sur le gachis de papier

GRIFF+ est une boutique de vêtements comme de nombreuses autres. 27 magasins en France, dont un à Quetigny dans la zone commerciale. Et comme toute boutique pas plus intéressante qu'une autre, elle fait de la publicité pour attirer le client qui n'a pas besoin de consommer. Pas de prospectus dans les boîtes aux lettres ni d'affichage immonde en format 4X3 le long des routes. Non, cette boutique a choisi une technique de spam. Aujourd'hui, bon nombre de sociétés dijonnaises ont reçu cette affiche ci-dessous par fax. Tout comme les "pourriels" de nos boîtes mails, GRIFF+ a choisi d'innonder les fax, via la société faxineurope. Cette dernière est spécialisée dans le spam par fax. On peut lire sur leur site web: "La diffusion de fax (Fax Broadcast) est compté parmi les moyens de marketing direct les plus efficaces en rapport coût /efficacité pour commercialiser des produits et services aux entreprises. FaxInEurope est un fournisseur complet de service pour la diffusion de fax et considéré comme parmi les plus sérieux dans ce domaine sur le marché. Notre plate-forme d’envoi est la plus performante du marché."

Ainsi, GRIFF+ a fait envoyer pas moins de 250 000 fax aujourd'hui! C'est à dire 500 ramettes de papier ont été utilisées, et payées par les innocents qui les ont reçu. C'est en quelque sorte le "nec plus ultra" de la pollution par la publicité: c'est celui qui la reçoit qui la paye!

Lamentable et quel gachis de papier!

samedi 16 mai 2009

Manifestation du KAT KAT KLAN

La première manifestation du KAT KAT KLAN a eu lieu la semaine dernière en plein coeur de Dijon. Des manifestants très motivés pour défendre les 4X4 et autres grosses voitures. Ils ont ainsi défilé en vociférant des arguments provocateurs tels que "le climat, on s'en fout", "des cancers pour tous", "des 4X4 pour tous", ou encore "les vélos, pour les pauvres". 


Cette manifestation provocatrice était en réalité une parodie du groupe local de Greenpeace qui ainsi cherchait ainsi à interpeller les passants et automobilistes de l'absurdité de rouler en 4X4 et autres voitures puissantes en ville. Des tracts explicatifs sur la contribution automobile au changements climatiques ont été distribués.

mercredi 13 mai 2009

Jean-Marc Nurdin est l'invité de Greenpeace sur Radio Campus

Pour la seconde émission de Greenpeace sur les ondes de Radio Campus Dijon, l'invité était Jean-Marc Nurdin, maraîcher bio.

video

Monsieur Nurdin explique ses motivations de faire de l'agriculture biologique depuis près de 30 ans. Il vend ses légumes sur le marché, et livre aussi ses légumes à la première AMAP dijonnaise: les jardins de virgile, située rue de la corvée.

mardi 12 mai 2009

Présentation d'une bonne éco-communication

Bernard LASNIER, Chargé de communication à l'ADEME, explique comment limiter les impacts sur l’environnement et s’inscrire dans une perspective de développement durable en matière d'éco-communication. C'est ce que montre un reportage de dijonpremiere. C'est souvent beaucoup de bon sens, mais encore faut-il y faire attention.
Pour information, l'ADEME Bourgogne vient d'emménager dans ses nouveaux locaux, dans la tour Elithis.

lundi 11 mai 2009

Greenpeace passe sur Radio Campus

Une nouvelle émission mensuelle a débuté mi-avril sur Radio Campus Dijon. Il s'agit d'une émission préparée et animée par des bénévoles de l'association environnementale Greenpeace, plus précisément par l'équipe locale dijonnaise de cette ONG.

video
Une émission en deux partie: la première porte sur des informations générales relatives à l'environnement, la seconde est une interview d'une personne locale agissant à sa façon pour l'environnement. Christine Grandjean, première invitée,  décrit ici comment elle a monté le groupe local Greenpeace Dijon, ainsi que les actions qui sont menées.

jeudi 7 mai 2009

Dijon Notre ville invite à être écocitoyen

Le dernier numéro du magazine d'information municipale de Dijon propose plusieurs pages d'informations pour devenir écocitoyens. 

Les thématiques portent sur la propreté, le tri des déchets, la mobitité, les énergies, la nutrition et l'eau et assainissement. Ces différentes thématiques donnent quelques pistes d'actions évidentes que doit faire chaque citoyen et énumère quelques réalisations en cours et futures de la mairie. Ainsi, comme le dit le maire de Dijon, "de notre respect pour Dijon et son environnement dépendent non seulement la qualité des conditions de vie des générations qui nous succéderont, mais aussi le rayonnement et l’attractivité de notre cité."

Toutefois, cette jolie communication ne doit pas faire oublier le double langage de la municipalité. 
Par exemple, dans le partie "mobilité", il est écrit en gros "évitez de prendre la voiture en ville". Très bien, mais... cet hiver, de nombreuses affiches faisaient la promotion de la voiture en ville. Ainsi ces affiches indiquaient qu'il est facile de trouver une place en centre ville, et donc incitaient les automobilistes à se rendre en voiture en ville. Etonnant!

Dans la partie "eau et assainissement", il est écrit "les pesticides et autres herbicides peuvent être judicieusement remplacés par des techniques plus écologiques, comme le brûlage ou encore l’eau chaude." Alors, pourquoi voit on encore des agents municipaux et des sociétés privés payées par la ville épandre des herbicides poisons dans les rues? Etonnant!

Un dernier exemple est relatif à la partie "énergie" où il est indiqué qu'un bâtiment basse énergie de label français Effinergie consomme 60 Kwh/m2/an et pour cela il faut "quelques règles de bon sens: (...), une bonne isolation, la chasse aux fuites d'air (...)". C'est ce bons sens qui devait aussi prévaloir au quartier Junot puisque vanté comme "écoquartier" avec le concept HQE de ses bâtiments. Mais quand on se renseigne on trouve quelques "règles de mauvais sens".










Par exemple dans cet appartement où un propriétaire a mesuré la température extérieur cet hiver (9,9°C) et l'a comparé avec celle mesuré dans une pièce entre le plafond et le caisson du volet roulant: température de 9,6°C (17,7°C mesuré au milieu de la pièce). Le promoteur immobilier a été interpellé à ce sujet et a répondu: "D'une manière générale, nous vous informons que l'isolation de votre bâtiment est réalisé par l'extérieur, et que les mesures de températures s'effectuent au centre de la pièce et pas à un endroit précis. D'autre part, conformément à la réglementation thermique RT2000, l'installation de chauffage a été dimensionné afin de garantir les températures suivantes: par -11°C extérieur sous abri, +20°C dans séjour, chambres et cuisine, entrée et +24°C dans les salles de bain, salles d'eau. Il est bien entendu que pour obtenir ces valeurs, il est nécessaire que l'ensemble des robinets thermostatiques soient ouvert au maximum et que le thermostat d'ambiance est une consigne supérieure à la température souhaitée" (sic). En résumé cela signifie que ce n'est pas grave si c'est mal isolé, vous n'avez qu'à chauffer au maximum pour ne pas avoir froid! La SEMAAD ne devrait pas laisser un tel promoteur immobilier faire construire...

Et tout ça c'est sans parler de la LINO (dont monsieur Rebsamen (maire de Dijon) a déclaré lors d'une réunion de quartier que si le projet avait été déposé après le Grenelle de l'Environnement, il n'aurait pas pu être accepté) et du projet Renaissance.

vendredi 1 mai 2009

Le quartier Junot est aussi pollué que les autres quartiers

Le "fameux" quartier Junot n'est finalement qu'un quartier bien tristement comme les autres sur le plan de la pollution des sols.
Décrit initialement comme un "éco-quartier" par la municipalité, ce quartier devait être HQE. Un terme qui veut à la fois donner beaucoup de promesses, mais qui en réalité ne promet pas grand chose... La plaquette de la SEMAAD (société d'économie mixte d'aménagement de l'agglomération dijonnaise) écrit à propos de ce quartier "développement durable et respect de l'environnement". "Afin d’offrir un cadre de vie de qualité et adapté aux nouvelles exigences environnementales, la municipalité a souhaité que le projet d’aménagement du quartier Junot intègre pleinement les problématiques de développement durable."

De beaux textes, mais la triste réalité revient au galop. En effet, hier, toutes les mauvaises herbes pouvant se trouver sur les plantations et gazons ont été systématiquement traités avec du Round'Up par l'entreprise Duc & Preneuf (photo ci-dessus), un herbicide très puissant que l'on retrouve dans nos rivières, notamment dans l'Ouche en aval de Dijon. Bref, il est répandu du poison dans le sol de ce soit-disant quartier écologique. De toute façon ceci n'est pas étonnant puisque Dijon n'a pas participé à la semaine sans pesticides. Cette situation est inadmissible et démontre bien le côté "greenwashing" de la mairie de Dijon!

Les alternatives sont le désherbage manuel (créateur d'emplois), le désherbage thermique (appliqué dans l'hyper centre de Dijon, voir la vidéo), ou laisser pousser la nature (le pissenlit n'est pas une mauvaise herbe!) avec sensibilisation des dijonnais qu'il est normal de voir des plantes chercher à vivre.

video