lundi 31 mai 2010

Description de la première journée du Plan Climat

Vendredi 21 mai avait lieu la première journée du Plan Climat Energie Territorial (PCET) de l'agglomération dijonnaise.

Selon le site du Grand-Dijon, le PCET est "un cadre volontaire permettant aux territoires de regrouper et d’organiser l’ensemble des politiques visant à lutter contre le changement climatique. Fortement encouragé, il permet d’accomplir et d’anticiper les normes nationales et européennes en la matière."









La première journée était composée d'une matinée de présentation de la problématique avec Pierre Radanne (expert dans les politiques énergétiques), suivie de la présentation du bilan carbone de l'agglomération, sous l'oeil intéressé d'environ trois cents personnes.









L'après-midi fut studieuse. Les personnes présentes (quasiment toutes avaient reçues une invitation par le Grand-Dijon) se sont réparties dans cinq ateliers de travail (l'atelier "déchets" n'a pas eu lieu pour des raisons techniques, il est reporté). Etaient présent des représentants d'entreprises, d'associations environnementales, de la CCI, de la ville de Dijon, de l'ADEME, de la DREAL Bourgogne, etc...
1- produire et consommer autrement
2- améliorer les performances énergétiques de bâtiments
3- se déplacer autrement dans le Grand Dijon
4- organiser durablement le système de transport des marchandises
5- adopter une agriculture et une viticulture durables face au changement climatique
6- réduire l'impact de nos déchets sur l'environnement

Après une présentation de cinq minutes de l'atelier, chaque personne a reçu un post-it pour y inscrire une idée (possibilité d'avoir plus d'un post-it). Les coordinateurs ont alors regroupé les idées en groupes pour en faire quatre à six sous-thématiques. A partir de là, les personnes ont fait des sous-groupes par ateliers pour plancher plus d'une heure sur la sous-thématique dont ils souhaitaient faire partie. Il leur était fourni une grande feuille pour y inscrire la synthèse des échanges, selon le modèle de contribution ci-contre. Puis chaque feuille de synthèse a été présenté au reste de l'atelier dont il faisait parti.

La seconde partie de l'après-midi s'est déroulée de la même façon sur deux autres ateliers:
1- faire évoluer nos comportements
2- s'adapter au changement climatique

L'ensemble des remarques et autres suggestions ont été soigneusement gardées par les coordinateurs (employés du cabinet Soving Efeso). Une synthèse sera envoyée à tous les participants sous peu.

La prochaine concertation aura lieu le 29 juin 2010.

samedi 29 mai 2010

EVAD multiplie les actions pour promouvoir l'utilisation du vélo

L'association EVAD (Ensemble à Vélo dans l'Agglomération Dijonnaise a réalisé son quatrième parking éphémère place Grangier ce matin, dont l'objectif est de faire de la place aux vélos sans toucher à celle des piétons !










"Et un jour peut-être..., verrons nous fleurir autour du marché quelques nouvelles places de stationnement vélo, non plus éphémères, mais... durables !"

En attendant, EVAD invite tous les cyclistes à la fête du vélo le 5 juin.
Une balade à vélo partira de la place de la Libération à Dijon et rejoindra le parc des Cèdres à Quetigny pour une soirée pique-nique avec projection du film "Live Bicyle". "Live Bicycle est un documentaire consacré au vélo, au mouvement de la Critical Mass et au thème de la mobilité durable/soustenable. La Critical Mass est un mouvement planétaire de cyclistes qui exige que le vélo reprenne sa place dans l'espace public de la rue- le vélo, seul moyen de transport individuel absolument non polluant, qui, au lieu d'être encouragé, est poursuivi par la plupart des réglementations et des gouvernements de par le monde."


Sans oublier deux autres balades à la rencontre des Maires des communes du Grand Dijon, sur le thème « Bonjour, Monsieur le Maire ! Et le vélo, comment ça va chez vous ? ».

Sans les actions visibles (et celles invisibles du grand public...) de l'association EVAD, la place du vélo à Dijon ne serait pas la même.

mardi 25 mai 2010

C'est parti pour l'éco-quartier Hyacinthe-Vincent

Annoncé dès mai 2007, la transformation de l'ancien hôpital militaire en éco-quartier a fait un pas symbolique vendredi dernier, par la pose de la première pierre.

(ancienne maquette)
On apprend ainsi que c'est " un quartier qui, en 2015, accueillera, sur huit hectares en partie boisés, cinq cent trente quatre nouveaux logements, soit mille cinq cents à deux mille habitants environ."













"Écoquartier d’abord du fait de la disparition des voitures en surface. Seuls les véhicules de secours, poubelles et services pourront circuler à l’intérieur des lieux, les autres véhicules étant relégués dans un parking souterrain de six cent soixante trois places, privé mais commun à tous les logements.(...) Écoquartier également dans la mesure où toutes les constructions vont devoir respecter un niveau de performance minimum de type BBC (bâtiment à basse consommation)". (source: Le Bien Public du 25/05/2010)
Selon une plaquette du groupe SNI, celui-ci est propriétaire des huit hectares de l'ancien hôpital. Il est aussi indiqué que les constructions afficheront une performance énergétique de 40 kWh/m2/an.

Les informations sur ce futur éco-quartiers demeures limitées. Toutefois cet article du Bien Public , ainsi que les photos, annoncent un quartier intéressant.

samedi 22 mai 2010

Le potager des Lentillères en fête

Le 28 mars dernier, plus d'une centaines de personnes sont allés défricher un terrain abandonné dans Dijon avec pour objectif de le transformer en jardin potager participatif.
Aujourd'hui avait lieu une grande fête sur place.













Des curieux et des habitués du lieux étaient présent pour participer au jardinage.










Explications en images:



Une action pas si anodine que cela, puisque comme le disait monsieur Daniel Hilaire, de la Safer de Bourgogne, le bétonnage des terres agricoles continuent, même si le rythme s'est ralenti l'année dernière. "Ainsi, 1 011 ha vendus en 2009 sont destinés à perdre leur vocation agricole en vue d'une artificialisation. C'est un peu moins qu'en 2008 (1 120 ha), mais surtout bien en dessous de 2007 (1 625 ha). Cela reste tout de même l'équivalent de dix exploitations agricoles bourguignonnes. (...) Il faut bien comprendre que ce phénomène impacte à jamais le paysage. Une fois bétonnées, ces terres ne reviennent pas à l'agriculture." (source: Le Bien Public du 19/05/2010). Et sans terres agricoles, point de nourriture!
D'ailleurs le collectif "Urgence bio 21" avait fait des remarques concernant le PLU de Dijon au sujet du maintien et de la création de jardins familiaux.

Le potager des Lentillères est le symbole même de citoyens qui ont pris conscience de l'enjeux de la sauvegarde des terres agricoles, quelque soient leur dimension.

mercredi 19 mai 2010

Exonérations à propos de la TLPE

Le conseil municipal de Dijon vient de se prononcer à l'unanimité pour l'exonération de la TLPE (Taxe Locale sur la Publicité Extérieure) pour toute enseigne de taille inférieure à 12 m2, alors que l'état propose une exonération pour des enseignes de taille inférieure à 7 m2.

video
Il faut savoir que cette exonération a été demandé, entre autre, par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Dijon (CCI). Une fois de plus la CCI se serait bien passée du principe "pollueur-payeur" comme cela est exprimé dans un de ses mails: "Même si dans l'idéal, la suppression pure et simple serait la bonne solution...".
L'exonération des enseignes de taille inférieure ou égale à 12 m2 va t elle concerner les cinq cent panneaux publicitaires de type 4 X 3 m défigurants Dijon et leurs incitations à la sur-consommation? (La TLPE concerne les enseignes et les panneaux publicitaires)

Un point intéressant dans la présentation de monsieur Maglica, est que la taxe sera de 19,5 euros / m2 d'affichage publicitaire, quelque soit la taille de celle-ci. Selon l'article L.2333-9 du CGCT, la taxe est de 20 euros maximum dans les communes dont la population est comprise entre 50 000 et 200 000 habitants. Ce tarif maximal est doublé pour la superficie des supports excédant 50 m2. Qu'en sera-t-il pour les enseignes telles qu'IKEA déjà chouchoutées par la mairie? Selon le site gazetteinfo.fr, IKEA possède 645 m2 de publicité extérieure, ce qui rapportera 62 000 euros à la ville par an. C'est à dire 96 euros/m2 !

Cette TLPE va certainement faire diminuer un peu la pollution visuelle dijonnaise, mais ensuite il sera temps de ré-écrire le Règlement Local de Publicité de Dijon en vue d'éradiquer ce fléaux.

lundi 17 mai 2010

Quatre chercheurs dijonnais font parti des 60 savants lançant un appel à Nicolas Sarkozy pour sauver la biodiversité

"Soixante spécialistes de la biodiversité ont lancé jeudi dans France-Soir un appel à Nicolas Sarkozy, s'alarmant de "la disproportion persistante" entre les "grandes menaces qui pèsent sur notre planète" et les réponses jusqu'ici apportées.
"Devant l'urgence de l'action face aux graves menaces qui pèsent sur notre planète et sur les générations futures, nous, biologistes et scientifiques des autres disciplines travaillant sur la biodiversité, exprimons notre vive inquiétude quant à la disproportion persistante entre ces menaces et les réponses jusqu'ici apportées", ont-ils écrit dans une lettre envoyée au président. (...) La liste des signataires a été mise en ligne sur le site de France-Soir. "C'est la fine fleur de l'écologie française", a commenté pour l'AFP Yvon Le Maho.
Le texte salue les "avancées" du Grenelle de l'Environnement -la loi Grenelle 2 a été adoptée mardi à l'Assemblée-, mais estime qu'elles ne sont pas suffisantes face aux menaces qui pèsent sur la nature.
Parmi les espèces en danger, Yvon Le Maho cite les insectes pollinisateurs comme les abeilles. Le texte évoque également le thon rouge, rappelant que 20 ans après l'arrêt de la pêche de la morue de Terre-Neuve, les stocks ne sont toujours pas reconstitués.
"Force est de constater que l'érosion de la biodiversité se poursuit encore aujourd'hui à un rythme effréné. Une sixième grande crise d'extinction se profile", mettent en garde les scientifiques. (source: AFP)

Parmi ces 60 savants, on trouve quatre chercheurs de l'université de Bourgogne travaillant à Dijon:
- Frank Cézilly Professeur à l'Université de Bourgogne, membre senior 
de l'Institut Universitaire de France.
- Bruno David Directeur de recherche au CNRS, Université de Dijon.
- Thierry Rigaud Directeur de recherche au CNRS, Université de Bourgogne
- Gabriele Sorci Directeur de recherche CNRS, Université de Bourgogne.
Ces quatre chercheurs travaillent au sein du laboratoire Biogéosciences.

Cet appel français est à mettre en relation avec le rapport de l'ONU (en anglais), rendu public le 10 mai 2010, qui alerte sur l'érosion inexorable de la biodiversité.

"Après l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), l'ONU confirme à son tour que l'objectif, fixé en 2002 au Sommet de Johannesburg, de stopper la perte de la diversité biologique en 2010 ''n'a pas été atteint'' ! D'autant que plus de 17.000 espèces restent menacées d'extinction, soit 36% des 47.677 espèces répertoriées, et ce malgré des efforts de conservation, selon la dernière Liste Rouge de l'UICN. (...) ''Aucun des 21 objectifs secondaires qui accompagnent l'Objectif biodiversité de 2010 ne peut être confirmés comme ayant été atteints de façon définitive au niveau mondial'' : telle est la conclusion de ce rapport basé sur différentes évaluations scientifiques et 110 bilans nationaux issus des pays signataires de la CDB. Dix des quinze indicateurs principaux développés par la Convention sur la diversité biologique tels que les changements dans les populations des différentes espèces ou leur risque d'extinction, montrent ''des tendances défavorables pour la biodiversité''. Et surtout, aucun pays n'a réussi à atteindre cet objectif 2010, en cette Année internationale de la Biodiversité !" (source: actu-environnement.com)

Tant que le respect de la nature passera après les aspects économiques, il ne pourra pas y avoir d'amélioration. Il est temps que l'homme se réveille et cesse ses bêtises!

mercredi 12 mai 2010

"En mai, fais du vélo comme il te plaît"

" « En mai, fais du vélo comme il te plaît ! », EVAD invite chacun à mettre en pratique ce nouveau proverbe en veillant bien sûr à la sécurité, la sienne et celle des autres usagers de la rue, pour que le plaisir soit complet !"

Comme chaque deuxième jeudi de chaque mois, l'association EVAD invite tout le monde à une balade à vélo. Elle rappelle à juste titre que le vélo, c'est 0 g de CO2 / km, c'est 0 euro d'essence / km, et que c'est agréable.

Le vélo est le moyen de déplacement de l'avenir en ville, alors autant s'y mettre tout de suite.

dimanche 9 mai 2010

Table ronde sur le thème "consommation responsable et décroissance"

Les sociétaires du Crédit Coopératif de Dijon tenaient leur assemblée générale mardi 4 mai sur la péniche Cancale à Dijon.
Le Crédit Coopératif n'est pas une banque comme les autres. Ainsi, l'ONG Les Amis de la Terre indique sur leur site financeresponsable.org que "la vocation et le choix du Crédit Coopératif est d'être une banque coopérative, mettant ses métiers au service des acteurs d'une économie responsable, respectueuse des personnes et de leur environnement.". De plus on apprend que "En tant que banque de référence de l'économie sociale et de la finance solidaire, le Crédit Coopératif est un acteur clé de l'économie sociale et solidaire. C'est également la banque de nombreuses associations. Sa déclaration de principes indique clairement sa vocation : "concourir au développement des personnes morales qui composent l’Économie sociale, (..) des entreprises qui sont d’abord au service de l’homme et non du capital." Si l'essentiel des activités du Crédit Coopératif ont par nature peu d'impacts sur l'environnement, et si l'orientation du Crédit Coopératif est plus tournée vers le social, certaines PME du secteur industriel peuvent avoir des impacts non négligeables sur leur environnement." Bref, une banque qui n'est pas complice de la crise actuelle.

Après cette brève description, on comprend pourquoi Messieurs Denis Clerc (Fondateur d'Alternatives Economiques), Vincent Liegey (Porte Parole de l'Association des Objecteurs de Croissance) et Sébastien Ravut (Fondateur du site lemarchecitoyen.net) étaient invités à intervenir à la table ronde "Consommation responsable et décroissance: comment vivre et produire de façon durable":


Banque, entreprise, association, sans faire du greenwashing, les solutions existent pour vivre autrement.

mercredi 5 mai 2010

Foire bio tournesol

Les 8 et 9 mai va avoir lieu la nouvelle édition de la "foire bio tournesol" organisée par l'association Nature & Progrès de Côte d'Or.
Ces deux journées proposent des conférences et débats. C'est une bonne opportunité pour rencontrer des associations locales agissant pour la sauvegarde de l'environnement, ainsi que différents exposants ayant leurs activités commerciales plus respectueuses de l'environnement.