lundi 30 novembre 2015

COP 21 – 14 jours pour s’engager : à Dijon aussi ! (jour 1)



Jour 1 : Mobilité / Transport

 Place du 1er mai : Tram, auto-partage, marche et vélo

Constat :
26 % des émissions de gaz à effet de serre sont dus aux transports en France.
32 % des déplacements en voiture se font sur moins de 2 kilomètres en France, 15 % sur moins de 500 m.
40 000 morts prématurées en France à cause de la pollution atmosphérique, dues à nos moteurs de voiture et nos chaudières.
Environ 90 % des voitures n’ont qu’un passager.

Enjeux : 80 % des réserves d’énergie fossile doivent rester dans le sol pour limiter le réchauffement climatique à un niveau acceptable et vivable.

Solutions :
Privilégier les déplacements doux, tels que la marche à pied et les transports en commun
Organiser la ville pour favoriser la proximité des lieux de travail, de commerce, de loisirs et d’habitation.
Exemples à suivre : Strasbourg, Copenhague, Freibourg…

Citoyens et politiques, acteurs du changement à Dijon :
Citoyens :
- marchons, pédalons
- demandons davantage de pistes cyclables près de chez nous
- à l’arrêt sur un parking, coupons immédiatement le moteur de sa voiture
- se passer de voiture, c’est possible ! Et si nous en avons vraiment besoin, des solutions existent : co-voiturage, auto-partage…
Politiques :
- créez un réseau inter-communal de pistes cyclables, des trams train
- cessez de créer des routes et des parkings qui favorisent le nombre de voitures sur un territoire
- développez l’intermodalité des transports (vélos dans les trams, les TER et les Transco)

Préserver la terre c’est préserver la vie !

Changeons le système, pas le climat !


Alternatiba Dijon
www.facebook.com /alternatibadijon

vendredi 27 novembre 2015

Interdiction de manifester pour le climat à Dijon

Communiqué de l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or concernant l'interdiction de manifester pour le climat à Dijon:


"Dijon, le 26 novembre 2015

Les jours qui viennent de s’écouler ont été marqués par une série d’attaques terroristes dramatiques. Aux victimes des attentats de Paris, Bagdad, Beyrouth comme Bamako, ainsi qu’à leurs familles, nous exprimons toute notre solidarité et notre soutien. Nous dénonçons ces actes criminels insensés qui, partout dans le monde, visent à ébranler nos soifs de justice, de paix, d’équité, de liberté.

Et nous sommes effarés de constater que les seules réponses apportées à ces actes sont celles de la violence et des armes, alors qu’elles ne font qu’attiser les symptômes d’une crise aux fondements bien plus globaux. Nous considérons que toute réponse juste est celle qui s’attaque aux fondements de la crise sociale, climatique, écologique et économique que nous connaissons à l’échelle globale aujourd’hui, à savoir le pillage des ressources au Sud par les États et multinationales du Nord, les rapports inégalitaires au niveau mondial, la violation des droits fondamentaux, la dérégulation financière globale, la course effrénée à la surconsommation.

Nous sommes indignés par les actes islamophobes et racistes qui s’accroissent en France, et ailleurs. Le monde pour lequel nous nous mobilisons est celui de sociétés soutenables, d’un monde de paix et de justice, où les peuples vivent dans la dignité, la tolérance et le respect des droits, en prenant en compte leur environnement et les générations futures. Pour parvenir à cet objectif, notre combat pour la justice climatique est aussi celui de la lutte contre la violence, la militarisation, l’islamophobie, l’intolérance par rapport aux réfugiés et aux étrangers. Une lutte de résistance face à la peur.

Nous sommes révoltés de la confiscation de nos droits à la liberté d’expression sous couvert de notre propre protection. Nous refusons de subir cette stratégie du choc qui vise à profiter d’un traumatisme pour légitimer des pratiques autoritaires et liberticides.

Nous avons aujourd’hui une responsabilité, celle de résister. N’oublions pas le défi historique posé à notre génération : celui de lutter contre les dérèglements climatiques provoqués par un système capitaliste, extractiviste, consumériste et inégalitaire. Soyons lucides sur le fait que renoncer à une part de nos libertés ne nous amènera pas à plus de sécurité.

A la COP21, les décideurs du monde ne peuvent négocier un accord sur le changement climatique aussi crucial sans que la voix des communautés affectées ne se fasse entendre. C’est pourquoi nous devons soutenir les mobilisations dans les rues de Dijon et d’ailleurs du 28 novembre au 12 décembre pour faire entendre la voix de la justice climatique. Plus que jamais, bâtissons ensemble les sociétés soutenables de demain !

Les deux manifestations à Dijon sont interdites par la préfecture de Côte-d'Or, toutefois chaque citoyen a encore le droit de s'exprimer personnellement et pacifiquement où il veut et quand il veut pour demander un monde meilleur et une justice climatique..."

jeudi 26 novembre 2015

Rencontre - débat autour du film "Demain"

Le cinéma Devosge organise un débat suite à la projection en avant-première du film "Demain", le dimanche 29 novembre.

Synopsis: Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ? Suite à la publication d’une étude qui annonce la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l'éviter. Durant leur voyage, ils ont rencontré les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…


"On n'a jamais vu un arbre participer à une marche pour le climat. Si on ne fait rien, personne ne le fera à votre place."

mercredi 25 novembre 2015

L’habitat participatif : un art de vivre ensemble dans la solidarité

Qui souhaite participer à créer le premier habitat participatif de Dijon ? Intéressé par le sujet ? Une réunion publique va avoir lieu le vendredi 18 décembre pour en parler.


"Nous voulons créer sur l’agglomération dijonnaise :
• un lieu intergénérationnel et interculturel
• permettant l’échange, la solidarité, le partage, l’entraide,
• chacun vivant chez soi et se retrouvant dans des espaces communs
• un lieu de rencontres et de convivialité.
Nous désirons en parler avec des personnes intéressées par ce type d’habitat. Rejoignez- nous !"



Selon le site des Colibris, en créant un habitat partagé vous :
* Favorisez les échanges entre citoyens et les relations intergénérationnelles en décloisonnant les habitants, en faisant du lieu un endroit apprécié par toutes les générations et en prévoyant des espaces communs.
* Réduisez l'impact écologique car l'habitat groupé implique l'utilisation de matériaux de constructions écologiques (bois, paille, terre cuite), des énergies renouvelables (solaire, éolien) et encourage les transports doux.
* Faites l'expérience de la coopération car la mise en place d'un habitat groupé suppose la participation des membres à la création, la réalisation et la gestion du projet.
* Permettez l'accès à un logement de qualité et à un prix juste car adapté aux besoins de chacun en économisant moyens et espaces.

dimanche 22 novembre 2015

4 entreprises implantées à Dijon sont nominées aux Prix Pinocchio

Communiqué de presse des Amis de la Terre Côte-d'Or:
"Le concept de Responsabilité Sociale et Environnementale des Entreprises (RSEE) peut être familier à beaucoup d’entreprises, mais pour beaucoup d’entre elles il ne dépasse pas le stade des beaux discours. Les Prix Pinocchio du Climat dénoncent ces entreprises et l’écart entre leur discours et leurs activités concrètes.

Organisés par les Amis de la Terre France, en partenariat avec le CRID et Peuples Solidaires-Action Aid France, les Prix Pinocchio du Climat ont pour but d’illustrer et de dénoncer les impacts négatifs des entreprises multinationales et spécialement celles qui se blanchissent avec un discours « vert ».














Sur les 9 entreprises nominées cette année, 4 sont implantées dans l'agglomération dijonnaise

* Catégorie "impacts locaux":
- BNP Paribas : des financements au charbon qui détruisent des vies et le climat
BNP Paribas, l’une des banques internationales les plus impliquées dans des opérations très lucratives de financement du charbon à travers le monde, porte une responsabilité directe dans l’expansion de cette source d’énergie, qui ravage à la fois le climat et les communautés locales.

* Catégorie "Lobbying":
- Total: total-ement accro au gaz ?
Total, le géant français des énergies fossiles, s’est lancé dans une offensive de lobbying à grande échelle pour promouvoir le gaz, y compris les gaz non conventionnels extraits au moyen de la fracturation hydraulique, comme solution au changement climatique. Il n'hésite pas à recourir à des tactiques insidieuses, comme de prendre le contrôle des principales associations professionnelles européennes des énergies renouvelables pour les miner de l’intérieur. Miser sur le gaz ne fera qu’enfermer l’Europe dans la dépendance envers les énergies fossiles, en détournant les investissements qui devraient profiter à la production délocalisée d’énergies renouvelables locales et à l’efficacité énergétique.

* Catégorie "Greenwashing":
- EDF : partenaire officiel d’un monde carburant aux énergies du passé
L’entreprise énergétique française EDF utilise son statut controversé de sponsor officiel de la Conférence internationale sur le climat (COP21) pour lancer une campagne publicitaire à grande échelle vantant les vertus du nucléaire comme énergie « propre » et « sans CO2 ». En réalité, le nucléaire est tout sauf propre, et nécessite des prix et des subventions publiques astronomiques, qui seraient mieux utilisés au profit des véritables solutions

- Engie (anciennement GDF-Suez): leader de la transition vers le chaos climatique
Qui mérite de devenir sponsor officiel des négociations internationales sur le climat de Paris, à la fin de l’année ? Sûrement pas une entreprise qui possède des centrales à charbon parmi les moins efficientes au monde, et qui se distingue par son lobbying contre les énergies renouvelables ! Et pourtant si : c’est Engie.

L'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or invite tout le monde à prendre part au vote jusqu'au 2 décembre 2015.

vendredi 20 novembre 2015

28 novembre, marche festive pour le climat à Dijon

L'association Alternatiba Dijon organise une grande marche festive pour le climat le 28 novembre. Rendez-vous à 14h place de la Libération pour nous retrouver nombreux et affirmer haut et fort nos revendications pour le climat.


Vu les évènements récents, les grandes marches parisiennes du 29 novembre et du 12 décembre ont été interdites. Toutefois, à l'heure actuelle, les organisateurs, regroupés dans la coalition climat 21, réfléchissent à une autre forme de mobilisation à Paris pour ces mêmes dates. Voici une partie des toutes dernières infos:













On ne lâche rien, on reste mobilisé pour le climat !

lundi 16 novembre 2015

Tout savoir sur le "Stop au ralenti"

Fin octobre, les associations Rires sans Frontière et Les Amis de la Terre Côte-d'Or informaient les dijonnais sur l'intérêt du "Stop au ralenti". Long reportage sur Radio Campus puis sur France Bleu Bourgogne:



Le reportage de France Bleu Bourgogne:
video

De très nombreux dijonnais ont pu être sensibilisés lors de cette journée.











Maintenant, c'est aux responsables en tous genres (chefs d'entreprises de transport, élus,...) de prendre le relais de la sensibilisation.

dimanche 15 novembre 2015

Total, serial Killer du climat !

"Dijon, le 14 novembre, des militants d’Action Non-violente COP21 et des Amis de la Terre Côte-d’Or se sont retrouvés symboliquement devant une station essence Total afin de dénoncer le rôle néfaste de cette entreprise dans le dérèglement climatique."
"5ème compagnie pétrolière et gazière du monde, Total contribue massivement au dérèglement climatique en exploitant les sources d’énergie les plus polluantes de la planète, en violant les droits humains et en freinant la transition énergétique. Total fait notamment partie des 90 entreprises mondiales qui ont le plus émis de gaz à effet de serre dans l’atmosphère."

Des militants étaient présent devant une station Total à Dijon ce samedi 14 novembre pour mettre en lumière toute une série de pratiques climaticides dans lesquelles Total est investi :
* La pratique dévastatrice du torchage de gaz au Nigéria
* L’exploitation des sables bitumineux en Alberta (Canada) et au Venezuela
* La poursuite des projets de gaz et pétrole de schiste en Patagonie (Argentine), au bassin de Gainsorough Trouggh (Grande-Bretagne) et à Timimoun (Algérie)
* Le forage en eaux profondes avec le projet Yamal (Arctique), Vega Pleyade (Argentine) et en Uruguay pour le gaz.














« Alors que le dérèglement climatique est déjà une tragédie pour des millions de personnes, Total agit comme un « serial killer du climat » en continuant d’investir massivement dans les techniques les plus destructrices pour le climat »

Malgré ses activités fortement climaticides et qui affectent directement les conditions d’existence de nombreuses communautés dans le monde, Total apparaît aujourd’hui dans l’Agenda de l’Action Paris-Lima (LPAA) dit Agenda des Solutions, de la COP21. L’entreprise se présente comme une entreprise « verte », notamment depuis le lancement fin 2014 de sa campagne de publicité « engagé pour une énergie meilleure ». De plus, Total a des techniques de lobbying très agressives, ce qui lui vaut par ailleurs d’être nominée cette année aux Prix Pinocchio du Climat dans la catégorie « Lobbying »

lundi 9 novembre 2015

Les grandes dates pour l'élaboration du RLPi et analyses.

Le Règlement Local de Publicité intercommunal est en cours d'élaboration. Le site du Grand Dijon en dévoile les grandes étapes:


"Le mot du Président
L’attractivité, c’est la capacité des territoires à attirer des individus, des ménages, des entreprises et des créateurs de richesses, qu’elles soient économiques, sociales ou culturelles. C’est aussi devenu le maître mot du développement urbain durable, car une ville est d'autant plus attractive qu'il y fait bon vivre dans un environnement de qualité.

Quel rapport avec la réglementation de la publicité ? Le lien est simple. L'affichage publicitaire est à la croisée de deux composantes majeures de l’attractivité d’une ville : le développement économique, d'une part, et la préservation du cadre de vie, de l'autre.

En effet, le développement économique est un des moteurs de l’attractivité. La concentration des emplois et des services en milieu urbain, stimulée par des entreprises dynamiques, attire de nouveaux habitants et d'autres activités. Or, la publicité et les enseignes participent à ce développement en permettant la diffusion d’information sur les activités existantes, leur nature, leur localisation et les services qu'elles procurent.

En parallèle, la qualité de l’environnement et du cadre de vie est un facteur essentiel d’attractivité, comme l’attestent les palmarès annuels des villes les plus prisées, qui sont aussi celles qui soignent le mieux leur environnement. La qualité du cadre de vie est devenue un critère déterminant dans le choix de localisation des habitants, des salariés et des entreprises elles-mêmes. Or, les dispositifs de publicité, s'ils prolifèrent et sont implantés sans égards pour le paysage ou le patrimoine, peuvent dégrader un environnement urbain remarquable tel que celui de l'agglomération dijonnaise, désormais reconnu par l'UNESCO.

Trouver les bons équilibres entre ces deux leviers de l’attractivité – d’un côté le soutien au développement économique et, de l’autre, la préservation de la qualité de l’environnement – tel est l’objectif qui motive l'élaboration du Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi) du Grand Dijon.

Les mesures de concertation présentées sur cette page, vous pourrez découvrir les enjeux du Règlement Local de Publicité et apporter votre contribution à son élaboration.

François Rebsamen
Président du Grand Dijon


RLPi : qu'est-ce que c'est ?
R comme règlement : l'objectif premier de la démarche est de réglementer la publicité extérieure (pas le message) afin de préserver les paysages urbains (entrées de villes, vue remarquable, patrimoine bâti,...) des publicités trop envahissantes ou proliférantes.

L comme local : ce règlement sera propre au Grand Dijon et complétera la réglementation nationale (le RNP) intégrée dans le code de l'environnement, qui s'applique déjà sur tout le territoire français et dont les dispositions ont été renforcées à la suite de la loi dite « Grenelle de l'environnement ».

P comme publicité : les éléments visés sont les dispositifs qui supportent de la publicité (panneaux sur façade ou sur pied, bannières, totem,...) et les enseignes (constitue une enseigne toute inscription, forme ou image apposée sur un immeuble ou son terrain et relative à une activité qui s'y exerce).

i comme intercommunal : un même règlement s'appliquera dans un objectif d'harmonisation - c'est une nouveauté - sur l'ensemble du territoire du Grand Dijon, où il remplacera les 8 règlements locaux existants, hétérogènes dans leur contenu et discontinus dans l'espace.

RLPi : c'est quand ?
La procédure d'élaboration du RLPi est définie par les codes de l'environnement et de l'urbanisme, elle se déroule en plusieurs étapes :
1-études diagnostic : été/automne 2015
2-propositions réglementaires automne/hiver 2016
3-bilan de la concertation et arrêt du projet de RLPi : mi-2016
4-consultation des personnes publiques associées et avis de la commission départementale de la nature, des paysage et des sites : été 2016
5-enquête publique : automne 2016
6-approbation du RLPi : début 2017
7-mise en conformité des publicités avant début 2019
8-mise en conformité des enseignes avant début 2022

La concertation : quand et comment ?
La concertation se déroulera entre les étapes 1 et 5, c'est-à-dire pendant toute la durée d'élaboration du projet.
Outre l'information disponible sur le site internet du GD, qui sera complété au fur et à mesure de l'avancement des études, la concertation prendra plusieurs formes :
* un registre d'observations est tenu à la disposition du public au siège du GD et dans chaque mairie du GD ;
* une exposition publique sera mise en place au Grand Dijon sera mise en place sur le diagnostic et les dispositions réglementaires ;
* une réunion publique d'information sera organisée ;
* des articles seront publiés dans les journaux d'information intercommunaux et communaux.
Chaque étape de la concertation sera annoncée par voie de presse locale.
Un bilan de la concertation sera tiré et approuvé par délibération du conseil communautaire avant l'arrêt du projet de RLPi."


Et ça continue, comme pour l'exposition à la mairie de Dijon l'année dernière. Maintenant c'est au tour de François Rebsamen de mélanger économie, cadre de vie et écologie. Un mélange utilisé pour soutenir l'affichage publicitaire. Mais pourquoi donc les élus, qu'ils soient de gauche comme de droite, persistent-ils dans les croyances archaïques et destructrices ? Affirmer que l'affichage publicitaire dans les rues est nécessaire à la croissance économique demeure à prouver. De plus, quelles enseignes s'affichent ? A 95 % il s'agit de groupes nationaux ou internationaux (présent majoritairement dans les paradis fiscaux...) et non des activités locales.
Alors que la COP21 approche à grands pas, alors que tous les indicateurs sont dans le rouge, monsieur Rebsamen fait encore l'apologie de la sur-consommation. Un jour comprendra t il qu'il est temps de changer de système au lieu de changer le climat ? Probablement jamais...

La procédure décrite ci-dessus en 8 points en dit long sur la façon bien Dijonnaise de procéder: arrêt du projet dès le point 3. Ensuite il y a "consultation des personnes publiques" comme "la commission départementale de la nature, des paysage et des sites". Quelque soit le résultat de cette consultation, la mairie fera très certainement ce qu'elle veut, comme elle l'avait fait avec l'affaire IKEA (vote défavorable, la mairie n'en n'avait pas tenu compte).
Il y aura aussi enquête publique, une obligation légale. Cette procédure que la mairie a l'habitude de réaliser pour simplement ignorer le résultat...
Et enfin, juste après il y a l'approbation du RLPi. On l'aura compris, il n'est indiqué nulle part que le projet puisse évoluer entre le point "3" et le point "6". Bref, il est fort à parier que comme d'habitude sur ce sujet des panneaux publicitaires, tout sera bouclé d'avance entre la mairie et les publicitaires. La démocratie participative étant morte à Dijon dès que ce sujet est abordé. Par exemple l'exposition publique sera t elle aussi faussée que celle qui était présente à la mairie de Dijon ? Très probablement...
Il est bien prévu une "réunion publique", mais pas un "débat publique" comme le demandent Les Amis de la Terre Côte-d'Or et une élue du Grand Dijon en juin dernier.

A suivre (pour en savoir, lire le dossier Pollution visuelle)...

dimanche 8 novembre 2015

La dijonnaise J. S. A. milite contre la publicité dans la rue

A la demande de la personne intéressée, cet article a été supprimé. Cette personne a fait cette demande pour raison personnelle. Cela n'a rien à voir avec "dijon-ecolo" ni avec ce qui était écrit.

mercredi 4 novembre 2015

Le plus haut immeuble à énergie positive au monde construit par une entreprise dijonnaise

"La première pierre du plus haut immeuble à énergie positive au monde vient d’être posée ce lundi 2 novembre à Strasbourg. La Tour Elithis, installée dans l’écoquartier Danube près du port de Strasbourg, fera 50 mètres de haut et comportera 63 logements dès 2017.










Grâce à sa conception unique et les panneaux photovoltaïques sur ses façades, l’énergie produite par Elithis, 90,3 kWh par mètre carré et par an, devrait couvrir les besoins individuels de chauffage, d’électricité, de ventilation et d’eau chaude sanitaire de chaque logement estimés à 88,5 kWh/m2 pour une température intérieure de 21 degrés selon son promoteur la société dijonnaise Elithis.


L’énergie produite par Elithis couvrira également l’usage des équipements des parties communes (ascenseurs, éclairage…) et le fonctionnement des appareils domestiques, réfrigérateur, lave-linge ou télévision.
Les futurs locataires seront eux-mêmes associés au contrôle de leur consommation d’énergie. Pour ce faire, ils disposeront par exemple d’un tableau de bord qui leur permettra de désactiver les appareils en veille a précisé Anouk Legendre l’architecte."
(source: jaimedijon.com)
(Télécharger le dossier de presse)

dimanche 1 novembre 2015

Marches pour le climat les 28 et 29 novembre

A la veille de l'ouverture de la 21ème conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques (COP21), Alternatiba Dijon propose de se retrouver le samedi 28 novembre pour une marche à Dijon, et le dimanche 29 novembre pour une grande marche à Paris.
Le samedi 28 novembre, la marche aura lieu de la place Darcy à la place du Théâtre. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour participer à l'organisation et au déroulement de cette journée.
Le dimanche 29 novembre, une grande marche aura lieu à Paris. Alternatiba Dijon organise le transport depuis Dijon ! (inscription préalable obligatoire)