mardi 29 mars 2016

Journée mondiale contre la publicité, aussi à Dijon

Vendredi 25 mars, des adhérents de l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or ont participé à la 2ème journée mondiale contre la publicité, pour libérer la planète de la publicité.


C'est pourquoi plusieurs dizaines de panneaux publicitaires de l'agglomération dijonnaise se sont vu apposer, sans dégradation, des messages de sensibilisation et de réflexion aux méfaits de la publicité. L'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or tient à rappeler qu'actuellement un règlement local de publicité est en cours d'écriture pour l'agglomération. C'est l'outil indispensable pour supprimer les panneaux publicitaires. Un outil que certaines villes utilisent pour rendre le paysage de leur ville à leurs habitants, comme Quetigny (depuis des années) et Grenoble (plus récemment). Nos élus de l'agglomération auront-ils la volonté d'agir en faveur de l'environnement ? Réponse dans quelques mois.


L'appel : "Ce 25 mars 2016, libérons la planète de la pub !

La journée mondiale de lutte contre l’oppression publicitaire continue
Parce que de nos pays respectifs, sur tous les continents, au Nord comme au Sud, la publicité est un pilier du conditionnement social, qui maintient le système de domination à la fois injuste humainement et insoutenable écologiquement. Parce que la publicité est un système qui envahit, pollue nos esprits et influence les média.
Les annonceurs investissent 700 milliards dans la publicité au niveau mondial chaque année, et ce budget ne cesse de croitre.
Au Forum Social Mondial en 2015, la première journée de mondialisation des luttes contre la pub a été lancée le 25 mars, avec l’Appel de Tunis, soutenu par des centaines de participants de tous les continents. Cette année, l’association française Résistance à l’Agression Publicitaire se met au service des militants du monde pour poursuivre et accroître la mobilisation internationale de la journée du 25 mars.
Pourquoi le 25 mars ? Parce que c’est la date d’une décision de justice qui confirme la légitimité de notre lutte commune. C’est le 25 mars que, dans un État de droit, un juge a relaxé des activistes – lanceurs d’alerte ayant agit en désobéissance civile contre la publicité. Poursuivis en justice pour avoir écrit symboliquement et publiquement à la bombe de peinture sur des panneaux publicitaires, ces militants furent relaxés au nom de la « liberté d’expression » et de l’ « état de nécessité » face à l’oppression publicitaire. Cette jurisprudence historique a eu lieu en 2013 en France. Elle doit dorénavant s’étendre dans d’autres pays du monde.
La publicité est partout ! Mobilisons nous partout où elle se trouve. Individuellement, collectivement, avec des actions directes, non violentes, en pointant les publicités qui nous énervent. Montrons au monde notre mobilisation commune et diverse en nous rejoignant sur http://journee.contrelapub.org/ .
Le 25 mars, agissons pour dépolluer le monde de la publicité !"

vendredi 25 mars 2016

Conférence du Professeur Henri Joyeux sur le thème "Faut-il manger bio ?"

"Les études scientifiques apportent des preuves précises : les produits issus de l’Agriculture Biologique, apportent plus de nutriments positifs pour la santé que ceux issus des agricultures conventionnelles productivistes ou raisonnées.
L’Agriculteur devient le premier acteur de notre santé en nous envoyant à l’hôpital quand nous consommons des pesticides et autres perturbateurs endocriniens. A l’inverse il nous maintient en bonne santé avec des produits de qualité. L’Agriculteur qui s’oriente vers le BIO, quel que soit son secteur d’activité, doit être soutenu par l’Etat et plus encore par les consommateurs."













Cette conférence sera réalisée par le professeur Henri Joyeux, chirurgien-cancérologue passionné d’anatomie et de physiologie humaine.
Professeur de chirurgie digestive et cancérologie au Centre Régional de lutte contre le Cancer de Montpellier, il enseigne aussi à la Faculté de Médecine de Montpellier la chirurgie cancérologique et la nutrition. Il dirige une importante équipe chirurgicale composée de deux professeurs de chirurgie qu‘il a formés et de nombreux assistants français et étrangers.
Il a publié de nombreux ouvrages sur la santé. Ses derniers livres, dont le best-seller Changez d’alimentation (2013), Les Abeilles et le chirurgien (2014), ou Comment se soigner avec le chocolat (2015) sont parus aux Éditions du Rocher.

jeudi 24 mars 2016

Une conférence citoyenne sur le projet de monnaie locale à Dijon

La mondialisation, vous aimez ? Un monde régulé par l'argent, un argent qui à lui seul autorise toutes les sortes de pollutions et tous les désastres sociaux. Ce monde n'est pas une fatalité ! Parmi les diverses solutions pour y remédier existent les monnaies locales. Et à Dijon, des citoyens souhaitent mettre en place une monnaie locale, c'est chouette !
Alors pour soutenir le projet ou tout simplement pour en savoir plus, le rendez-vous est donné à la Péniche Cancale le jeudi 7 avril à 20h. Et d'ici là, il est possible de consulter la page facebook dédiée.

Une chouette soirée en perspective, avec des perspectives vraiment très chouettes pour la protection de l'environnement et l'économie locale !

lundi 21 mars 2016

Le nucléaire n'a pas d'avenir

Le 12 mars, le groupe Greenpeace de Dijon avait organisé un moment de sensibilisation aux dangers du nucléaire, en hommage aux victimes du nucléaire.



video

Pour rappel, le 11 mars 2011, l'accident nucléaire de Fukushima provoque des zones stériles et des milliers de déplacés.

Plusieurs années après, le problème n'est absolument pas résolu.

Cette vidéo réalisée en 2015 reste malheureusement d'actualité.

Pour rappel, le 26 avril 1986, l'accident nucléaire de Tchernobyl a provoqué des milliers de morts.
Le nucléaire civil n'est pas une fatalité, quoiqu'en disent certains responsables aux idées obsolètes. Chacun peut agir, notamment en quittant EDF pour Enercoop, le seul fournisseur d'électricité 100% renouvelable.

samedi 19 mars 2016

Nos députés voteront-ils la loi sur le devoir de vigilance des multinationales ?

Communiqué de presse de l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or:

"En avril 2013, le drame du Rana Plaza a montré l'impunité dont bénéficient les multinationales lorsque leurs décisions ont des impacts graves sur les droits humains et l'environnement via leurs filiales ou leurs sous-traitants. Des députés ont souhaité corriger cette lacune du droit avec une proposition de loi appelant à la vigilance des multinationales.

Ce texte a fait l’objet de plusieurs transactions entre les ministères, la société civile et le secteur privé. Le texte actuel est moins ambitieux que ce que nous, la société civile, espérions. Ce texte de compromis est soutenu par certains acteurs économiques, comme le Forum pour l'Investissement Responsable.

Il est réexaminé en deuxième lecture le 23 mars prochain à 16h30. C'est pourquoi nous avons envoyé un message à chacun de nos 5 députés de Côte-d'Or (Laurent Grandguillaume, Kheira Bouziane, Rémi Delatte, François Sauvadet et Alain Suguenot) afin qu'ils soutiennent cette proposition de loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d'ordre. Son adoption par la France ne manquera pas d’être saluée et de provoquer des avancées européennes et internationales en la matière.


Le groupe Côte-d'Or des Amis de la Terre a déjà interpellé nos députés au mois de novembre 2012 et nos sénateurs en février 2013 et octobre 2015.
Nous veillerons à nouveau à ce que nos élus prennent leur responsabilité.

Pour information voici le lien vers le dossier législatif concernant cette proposition de loi : http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/devoir_vigilance_entreprises_donneuses_ordre.asp

Et lors de la 1ère lecture à l'Assemblée, la liste des députés qui sont intervenus : http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2014-2015/20150193.asp

Les Amis de la Terre Côte-d'Or"











Pour en savoir, les Amis de la Terre France avaient créé le document CRAD40 en 2012 pour expliquer l'intérêt de cette loi, en prenant exemple sur Total.





En octobre 2015, lors du passage de la loi devant les sénateurs, Public Sénat avait fait un reportage sur le sujet.

Mercredi 23 mars, nous saurons si nos députés choisissent de défendre les populations et l'environnement, ou bien les profits des multinationales.

mercredi 16 mars 2016

Une pétition pour une meilleure qualité de l'air à St Apollinaire

Saint Apollinaire est le point noir de la qualité de l'air dans l'agglomération dijonnaise. C'est pourquoi l'association Saint Apo Environnement a lancé une pétition en vue d'améliorer la qualité de l'air dans cette commune.
"A la demande de St-Apo Environnement, ATMOSF'air, association chargée de la surveillance de la qualité de l'air en Bourgogne, a présenté le 5 juin 2015, les résultats de ses récentes études sur l'Est dijonnais.

Une station mobile avait été installée entre novembre 2013 et février 2015 rue de la Glacière, vers le château d'eau au bord de la rocade-est, où circulent désormais 65.000 véhicules /jour.

Les résultats sont préoccupants : cette campagne de mesure a relevé des concentrations très élevées de dioxyde d'azote, notamment aux heures de pointe, avec 35ug/m³, le plus fort taux de l'agglomération dijonnaise.
Concernant les émissions de particules fines, la concentration est également forte avec 15ug/m³.
Rappelons que ces polluants, irritants pour les voies respiratoires, augmentent les maladies cardio-vasculaires et sont suspectés dans la survenue d'AVC et de cancers.

Considérant la surexposition quotidienne aux polluants des habitants de Saint Apollinaire vivant à proximité de la rocade-est, de l'ARC, des habitants de l'éco-quartier Hyacinthe-Vincent de Dijon, ainsi que des personnels et patients du CHU régional, l'Association ST-APO-ENVIRONNEMENT en appelle aux différents décideurs pour que des solutions concrètes soient apportées et lance une pétition en ligne sur son site internet.

En résumé, les habitants de l'Est dijonnais, riverains de la voie Georges Pompidou et de l’ARC, respirent l’air le plus pollué de toute l’agglomération dijonnaise."

lundi 14 mars 2016

Les sénateurs Houpert et Loisier soutiennent l'alimentation chimique et cancérigène dans les cantines scolaires

Le 9 mars, les sénateurs avaient à voter une proposition de loi concernant "l'ancrage territorial de l'alimentation". Cette proposition de loi "a pour "ambition de créer un environnement juridique favorisant l'ancrage territorial de l'alimentation". Elle s'appuie ainsi sur le rapport de Brigitte Allain sur les circuits courts et la relocalisation des filières agricoles et alimentaires de juillet 2015". Manger local donc.
Selon une directive de 2007, il était prévu 20% de bio en restauration collective pour 2020. Mais d'un coup de baguette magique, cette ambition avait disparu dans le projet de loi, à cause du sénateur Gremillet (Les Républicains). Alors, le sénateur Desessard (Ecologiste), soutenu par le groupe écologiste, a proposé un sous-amendement à l'amendement de Gremillet de façon à rétablir cet objectif de 20% de bio.

Une pétition, signée par plus de 60 000 personnes, demandait alors aux sénateurs de soutenir ce sous-amendement afin de rétablir l'objectif des 20% de bio.

Quel est le résultat ? Sur nos trois sénateurs de Côte-d'Or, seul monsieur François Patriat (PS) a voté en faveur de ces 20%. 













Tandis que les sénateurs Alain Houpert (Les Républicains) et Anne-Catherine Loisier (UC) ont voté contre cet amendement, et donc contre le fait d'atteindre seulement 20% de bio dans les cantines scolaires. Le choix de ce sénateur et de cette sénatrice est affligeant. C'est honteux de vouloir soutenir une alimentation chimique et donc cancérigène aux enfants, sans parler des dégâts sur la nature!

Le texte va repasser dans les mains des députés. A suivre...

lundi 7 mars 2016

Bâchage des panneaux publicitaires Oxialive

L'appel avait circulé sur les réseaux sociaux, le message était simple: "pourquoi les télés publicitaires doivent disparaître". Une cible: les 7 panneaux publicitaires Oxialive implantés à Dijon. La technique: le bâchage.













C'est ainsi que plusieurs dizaines de personnes se sont retrouvés samedi 5 mars à recouvrir plusieurs panneaux pour exprimer leur refus de ceux-ci.













Cette journée était focalisée sur ces télés géantes, mais la pollution visuelle à Dijon est beaucoup plus importante. Rien que sur la commune de Dijon, c'est environ 450 panneaux publicitaires de grande taille (4X3) qui salissent le paysage.


Est-ce que ce sera suffisant pour que les responsables de la voirie au Grand Dijon se mettent enfin à agir pour faire disparaître ces panneaux publicitaires ? Cela est moins sur...

Pour l'anecdote, le directeur d'Oxialive, monsieur Christophe Pawletta, considère ses panneaux publicitaires comme étant écologiques, comme le montre cet extrait d'un article sur K6FM.  Encore un qui n'a pas compris que le principe même d'inciter à la sur-consommation ne peut pas être écologique !

dimanche 6 mars 2016

Fukushima 5 ans - Tchernobyl 30 ans. Hommage aux victimes du nucléaire

Le groupe local de Greenpeace Dijon appelle à un rassemblement pour la commémoration des deux grands accidents nucléaires, le samedi 12 mars à 14h place François Rude à Dijon. Les conséquences de ces accidents sur les populations et l'environnement n'ont à ce jour pas entraîné la prise de conscience de nos politiques.
La France est la pays le plus nucléarisé au monde. 58 réacteurs, 19 centrales dont 5 ont plus de 30 ans et sont sévèrement dangereuses. Pourtant le nucléaire n'est pas une fatalité.


N'importe qui peut agir, en se mobilisant le 12 mars, mais aussi au quotidien en quittant EDF (pro-nucléaire) pour aller chez Enercoop (100% énergies renouvelables).