jeudi 27 avril 2017

Le dilemme du prochain vote pour les citoyens soucieux de la nature

Par téléphone, par mails, sur les réseaux sociaux ou tout simplement de vive voix, de plus en plus de dijonnais impliqués dans la préservation de la nature s'interrogent comment voter pour le second tour des élections vu le programme écologique minable des prétendants.
D'un point de vu strictement environnemental, les programmes des deux candidats se valent dans la nullité. Le site reporterre.net a fait une longue analyse des idées du front national: l'écologie est très mal lotie. D'un point de vue non écologique, il n'est pas possible de voter Front National !

Concernant le programme de Macron, ce n'est guère mieux. La rubrique "environnement et transition écologique" fait un certain nombre de propositions. Des propositions sans ambitions la plus part du temps car, comme le montre cet article du monde.fr, beaucoup des objectifs environnementaux du candidat d’En marche ! étaient ceux du gouvernement sortant, c'est à dire plusieurs de ses engagements ne sont en fait que des engagements qui sont déjà en cours. Avec aussi une franche rigolade sur le nucléaire: il fera fermer la centrale de Fessenheim que lorsque l'EPR sera mis en marche.
Alors, comment vont voter ces dijonnais soucieux de préserver la nature pour eux-même et leurs enfants ? Macron ou vote blanc ? Un véritable dilemme dont les barons de la politique nationale, mais aussi locale, sont totalement responsables car incompétents et malhonnêtes sur cette thématique depuis des années...

Ce qui est sur, c'est qu'il y a une augmentation du nombre de citoyens dijonnais ayant envie d'un monde où la nature est préservée.
Ces citoyens ont bien compris qu'ils doivent avant tout compter sur eux et entre eux pour accomplir cet objectif. Et ils ont commencé à le faire, et continueront à le faire encore, avec une plus grande volonté, quelque soit le résultat des élections présidentielles, sans attendre 5 ans.

mercredi 26 avril 2017

Deux chercheurs en agroécologie décorés de l'ordre du mérite agricole

Nicolas Munier-Jolain et Xavier Reboud, chercheurs à Dijon à l’UMR Agroécologie de l’INRA Bourgogne-Franche-Comté, ont été distingués pour leurs contributions respectives au développement de l’agroécologie le mardi 11 avril, à Paris, par Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt.

"Nicolas Munier-Jolain a été récompensé pour sa contribution à l’animation et à la valorisation du réseau de fermes DEPHY pour la démonstration de systèmes de culture économes en pesticides, notamment en lien avec les résultats de la récente thèse de Martin Léchenet, qu’il a encadrée. Pour mémoire, ce travail montre que la réduction d’usage de pesticides est possible sans dégradation des performances productives et économiques à l’échelle des exploitations. Mieux : qu’une transition généralisée vers des systèmes plus économes en pesticides aurait des impacts bénéfiques sur l’indépendance protéique de la France et sur sa balance commerciale."

"Xavier Reboud, lui, s’est vu décoré pour sa contribution à l’animation du métaprogramme SMaCH (Sustainable Management of Crop Health = Gestion Durable de la Santé des Cultures), dont le défi est de mener des recherches pour réconcilier production agricole et durabilité. Pour cela, SMaCH vise à mettre au point de nouveaux systèmes de culture ainsi que les outils d’accompagnement de ces innovations et de porter la réflexion sur l’objectivation des bénéfices obtenus sur leurs facettes économique, sociale et environnementale."
(Source: INRA)

Qu’est-ce que l’agro-écologie ? (selon le ministère de l'agriculture)
"L’agro-écologie est une façon de concevoir des systèmes de production qui s’appuient sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Elle les amplifie tout en visant à diminuer les pressions sur l’environnement (ex : réduire les émissions de gaz à effet de serre, limiter le recours aux produits phytosanitaires) et à préserver les ressources naturelles. Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement.
Elle implique le recours à un ensemble de techniques qui considèrent l’exploitation agricole dans son ensemble. C’est grâce à cette approche systémique que les résultats techniques et économiques peuvent être maintenus ou améliorés tout en améliorant les performances environnementales.
L’agro-écologie réintroduit de la diversité dans les systèmes de production agricole et restaure une mosaïque paysagère diversifiée (ex : diversification des cultures et allongement des rotations, implantation d’infrastructures agro-écologiques...) et le rôle de la biodiversité comme facteur de production est renforcé, voire restauré."
De plus en plus d'agriculteurs s'intéressent à l'agro-écologie comme l'explique cette plaquette.

Enfin, l'agro-écologie a été montré comme LA solution pour lutter contre la faim dans le monde, comme l'indique ce rapport des Nations Unies.

Que ce soit à Dijon ou de part le monde, il est plus que temps de passer d'une agriculture chimique à une agriculture respectueuse de l'environnement. Nos chercheurs sont récompensés pour leurs recherches sur le sujet. Les particuliers et maraîchers se mettent à la permaculture par exemple. Quand est-ce que les politiciens locaux choisiront de ne promouvoir que ce type d'agriculture ?

mercredi 19 avril 2017

La SNCF invente la poubelle pour fainéants

B.A.R.Y.L, le robot poubelle de la SNCF développé par Immersive Robotics, a fait un tour dans la gare de Dijon du jeudi 13 au vendredi 14 avril 2017. A bien y réfléchir, c'est une technologie pour fainéants, voir plus...

"Depuis février 2017, B.A.R.Y.L fait le tour de la France pour se présenter à ses futurs clients et apprendre des divers environnements et situations qu'il va rencontrer. C'est une véritable innovation, puisque cette poubelle mobile ne se contente pas uniquement de rouler, mais également d'aller à la rencontre des clients en anticipant leurs besoins.
Au fil de sa tournée, il apprend petit-à-petit à reconnaître les clients qui veulent se débarrasser d'un déchet, pour se diriger vers eux. En chemin, il évite les obstacles, émet des sons ou des lumières en fonction des situations et des interactions.
Lorsque son bac est rempli, le robot détecte son taux de remplissage et retourne à sa base pour être vidé par un agent d'entretien.
(source: France 3 Bourgogne France Comté)

Faire quelques mètres pour déposer un déchet dans une poubelle, trop difficile ? Pas du tout pour une personne responsable, bien éduquée et respectueuse de son environnement. Mais faire ces quelques mètres est impossible à réaliser pour ceux et celles (malheureusement très nombreux) qui sont de véritables assistés mentaux puisque la SNCF doit développer une technologie de haut niveau pour tout simplement éviter de retrouver les déchets au sol. Pitoyable ! Comme diraient les Shadocks, "pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?". Quelle somme d'énergies et de matières précieuses ont été nécessaires pour fabriquer cette poubelle "high-tech"?  Lorsque l'on parle de sobriété énergétique, mettre en place une poubelle nécessitant de l'énergie pour fonctionner, c'est absurde ! Et que deviendra t elle une fois en panne ? Tout ça pour des idiots incivilisés !

lundi 10 avril 2017

Conférence en vidéo "L'arme nucléaire va être interdite !"

Conférence de Dominique Lalanne, physicien nucléaire, membre du Bureau national du Mouvement de la Paix et co-président de l'association Abolition des armes nucléaires.
L'arme atomique n'est pas une fatalité. La garder relève d'un comportement maladif qui nécessite une prise en charge psychiatrique.


Cette nouvelle conférence de monsieur Dominique Lalanne est particulièrement intéressante par l'approche qui y est développée. Il explique quelques citations ubuesques:
* Question d'un député au directeur général de la direction des applications militaires: Monsieur le directeur, donnez nous un exemple où le président de la république a eu besoin de l'arme nucléaire.
réponse du directeur: Mais, Monsieur, l'arme nucléaire sert tous les jours au président de la République.
* Claude Bartolone, président de l'assemblée nationale, 2014: "L'arme nucléaire est une question "identitaire" pour la France. C'est comme le fromage".

Enfin, selon le général Lenne, la dissuasion est fondée sur la défiance. Il y a un refus de remettre en cause cette problématique. C'est signe d'un autisme assimilable à un trouble psychotique. Chez le dissuadé comme chez le dissuadeur, ce sont des images de la terreur. Vouloir exercer une domination par la terreur est pathologique.

jeudi 6 avril 2017

Deux "Mannequin challenge" pour accuser la BNP

Le 25 mars, les militants des Amis de la Terre Côte-d'Or dénonçaient les activités d'aide à la pollution et d'évasion fiscale de la BNP Paribas. Cette association a aussi réalisé deux vidéos façon "mannequin challenge" pour dénoncer cette banque.


Devant BNP Paribas place Darcy à Dijon.


Devant BNP Paribas place de la République à Dijon

Que faire ? Choisir sa banque !

samedi 1 avril 2017

Dijon, "Vitrine Internationale de la Publicité"

Communiqué des Amis de la Terre Côte-d'Or de ce jour:
Après "Dijon, référence européenne de l'écologie", « Dijon, cité internationale de la gastronomie»  et « Dijon, "Smart city" de France » , Dijon s’apprête à devenir « Vitrine Internationale de la Publicité ». C'est en tout cas ce que laisse présager la consultation en cours devant aboutir au nouveau RLPi à l'horizon 2020.
Ce jour, l'association les Amis de la Terre Côte-d'Or dévoile en avant première le nouveau projet de Dijon métropole: devenir la "Vitrine Internationale de la Publicité". Pour preuve, voici quelques extraits d'un document encore non publié.
"Historique:
La commune dijonnaise possède depuis des années environ 450 panneaux publicitaires de grandes tailles bien connu de tous. Il y a une dizaine d'année l'agglomération a su développer son attrait pour cet art de la propagande publicitaire en permettant la mise en place de centaines d'abribus et panneaux sucettes.

L'ambition:
Pour aller plus loin le Grand Dijon a choisi de rédiger un Règlement Local de Publicité intercommunal (RLPi). Ce document, encore en cours d'élaboration, permettra à notre grande métropole d'obtenir une visibilité internationale, au même titre que Las Vegas et Tokyo.

Le projet d'aménagement de l'hôtel de ville de Dijon est extrêmement ambitieux et correspond à la volonté de favoriser l'attractivité économique. Un projet qui, nous n'en doutons pas, mettra notre belle ville un peu mieux en valeur. D'autres projets de même nature son en cours d'élaboration. Les dijonnais pourront aussi solliciter les services de la ville pour apposer sur leur propre maison ou immeuble des affichages publicitaires de tous formats. En échange ils recevront le label "VIP citoyen".

Un projet en lien avec les autres grands projets:
* référence écologique européenne: les supports publicitaires usagés seront 100% recyclés en tôles pour l'industrie nucléaire bourguignonne.
* cité internationale de la gastronomie: les publicités relatives à la nourriture permettront aux dijonnais de mieux connaître l'alimentation industrielle et favorisera leur commercialisation dans les grands centres commerciaux (4).
* Smart City: un maximum de panneaux publicitaires seront automatiquement connectés à votre smatphone pour mieux vous inciter à dépenser sans que vous ayez besoin de penser.

Dijon, "Vitrine Internationale de la Publicité", soyons en fier !"

L'association les Amis de la Terre Côte-d'Or réitère sa volonté de libérer l'agglomération dijonnaise de l'emprise de la publicité dans les rues. Nous nous révoltons contre ce projet d’un RLPi qui n’est pas à la hauteur des enjeux de la société actuelle. Pour cela nous dévoilerons bientôt l'intégralité d'un document inédit sur la place de la publicité dans l'agglomération dijonnaise."

mercredi 29 mars 2017

#NousAccusons la BNP

Communiqué des Amis de la Terre Côte-d'Or:
"Samedi 25 mars, une dizaine de militants de l’association Les Amis de la Terre Côte-d’Or se sont retrouvés devant deux agences BNP-Paribas à Dijon. Sans aucune dégradation les devantures ont été recouvertes d’affiches dénonçant l’implication de cette banque à la fois dans l’évasion fiscale et dans le soutien financier aux énergies fossiles. Des centaines de tracts ont été distribués aux passants pour les informer de la face cachée de la BNP, expliquer que c’est à la BNP d’être sur le banc des accusés. Plusieurs exemplaires du nouveau livret "Choisis ta banque" ont aussi été distribués. Un moment fort en soutien à Florent Compain.

Florent Compain, président des Amis de la Terre France, est poursuivi en justice par la BNP Paribas pour avoir participé à une réquisition citoyenne de chaises dans une agence de la banque en novembre 2015. Cette action non-violente a eu lieu quelques semaines avant la 21e Conférence des Nations Unies sur le climat (COP21). Elle visait à la fois à dénoncer le rôle de la BNP Paribas dans le système de l’évasion fiscale, et à alerter sur le manque de financement pour le climat et la transition écologique et sociale, alors que 20 000 à 32 000 milliards de dollars sont abrités dans les paradis fiscaux ! Après avoir poursuivi un premier Faucheur de chaises en janvier, la BNP Paribas, l’une des plus grandes banques du monde et sponsor de la COP21, poursuit à présent Florent Compain : son procès aura lieu le 11 avril 2017 à Bar-le-Duc en France. Encore une fois, ce sont les citoyens qui agissent qui sont poursuivis, alors que c’est la BNP Paribas qui devrait être sur le banc des accusés !

Nous accusons  la BNP Paribas de participer à l’organisation de l’évasion fiscale, par exemple par la création de sociétés offshore, comme l’ont révélée les Panama Papers. Avec 2,4 milliards d’euros en 2014, la BNP est la banque française qui réalise le plus gros volume de bénéfices dans les paradis fiscaux.

Nous accusons la BNP Paribas d’aggraver la crise climatique, en continuant à financer les énergies fossiles ainsi que le nucléaire et autres fausses solutions incompatibles avec la transition sociale et écologique. Si la BNP Paribas a mis fin à ses soutiens directs à de nouveaux projets charbon, elle continue pourtant à financer les entreprises qui développent, extraient et brûlent le charbon, nocif pour le climat et la santé ! La BNP cherche aussi à financer d’autres projets d’énergies fossiles, comme le terminal d’exportation de gaz de schiste Texas LNG, aux Etats-Unis, alors que les gaz de schiste sont interdits en France !

Nous accusons la BNP Paribas de bafouer les droits des populations à un environnement sain et à décider par elles-mêmes de leurs conditions de vie, en finançant des entreprises connues pour les exactions menées à l’encontre de ceux qui contestent leurs activités (Glencore, BHP Billiton, Anglo American…) ou des projets comme le « Dakota Access Pipeline » aux Etats-Unis auquel résistent des Sioux de la réserve de Standing Rock.

Parce que les 5 à 10 prochaines années sont cruciales pour stabiliser le climat, l’argent qui est aujourd’hui dissimulé dans les paradis fiscaux et qui sert à financer les entreprises les plus polluantes doit être réorienté, de façon urgente, vers une transition écologique et sociale qui nous permette de relever le défi climatique.
Ce ne sont pas les Faucheurs de chaises, les lanceurs d’alerte ou les militants écologistes qu’il faut poursuivre, mais les puissantes multinationales qui organisent le système de l’évasion fiscale, la destruction de l’environnement et des conditions de vie des populations partout dans le monde.

C’est la BNP Paribas qu’il faut mettre sur le banc des accusés !"

lundi 27 mars 2017

La rocade de Dijon n'est pas une poubelle !

Sur la rocade de Dijon, 11 tonnes de déchets ont été ramassés en 2016 sur les 18 km de réseau. Une campagne d’affichage sur les panneaux à messages variables a eu lieu du 20 au 27 mars afin de sensibiliser les usagers de la route.

Le communiqué de la Direction interdépartementale des routes (DIR) Centre-Est:
"En Côte d’Or la Direction interdépartementale des routes Centre-Est (DIR Centre- Est) exploite et entretient l’autoroute A38 et la rocade de Dijon (RN274).
La DIR CE souhaite sensibiliser les usagers de la route à la nécessité de garder les routes propres.
Le volume de déchets est en hausse constante sur le réseau routier national.

En 2016, environ 1 250 tonnes de déchets divers ont été ramassés sur les 1 200 km de réseau géré de la DIR Centre-Est, soit l’équivalent de la production annuelle d’une ville de 5 000 habitants.
En moyenne, cela représente chaque année 1 tonne de déchets divers par km de réseau géré.
La grande majorité de ces déchets sont des ordures ménagères ramassées sur les aires et accotements par les agents lors des patrouilles ou à l’occasion de campagnes de ramassage au bord des routes. Mais les agents de la DIR ramassent aussi régulièrement des déchets insolites ou dangereux (extincteurs, matelas, électroménager, ...).
Ces déchets divers représentent une menace pour l’environnement et ils constituent également un danger sur la route pour les usagers notamment quand ils sont jetés sur la chaussée au mépris de toute considération de sécurité.

Sur la rocade de Dijon, 11 tonnes de déchets ont été ramassés en 2016 sur les 18 km de réseau. Une campagne d’affichage sur les panneaux à messages variables aura donc lieu du 20 au 27 mars prochain afin de sensibiliser les usagers de la route.

L’autoroute A38 est également touchée par le problème mais dans une moindre mesure étant donné le trafic moins important. On dénombre malgré tout environ 2 t de déchets ramassés par an sur l’A38.
La DIR Centre-Est appelle donc les usagers à faire preuve de civilité. Nous rappelons que les déchets ménagers doivent être jetés dans les poubelles. Les objets volumineux quant à eux n’ont pas leur place sur la route mais dans une déchetterie. Nous invitons les médias à relayer l’information."

Des chiffres effarants mettant en lumière une incivilité incroyable. A Dijon même, il n'est pas rare de voir des automobilistes jeter leur mégôt de cigarette par la fenêtre. Petits ou grands déchets, ce sont des comportements scandaleux.

dimanche 26 mars 2017

Donnez et prenez ce qu'il vous plait !!!

Une gratiferia va avoir lieu le samedi 8 avril à la Grande Orangerie du jardin des sciences de Dijon. Le principe est simple: vous avez un objet propre, fonctionnel et légal que vous n'utilisez plus ? Apportez le, il pourra servir à quelqu'un d'autre. Et vous pourrez repartir avec un autre objet si vous le souhaitez.

Ceci concerne les jouets, vêtements, chaussures, livres, CD, DVD, et autres objets en tout genre. La Gratiferia permet de limiter notre impact environnemental en donnant une seconde vie à nos objets.

vendredi 24 mars 2017

"Soyons nature" à Marsannay-la-Côte

Actuellement, dans le cadre de son agenda21, la ville de Marsannay-la-Côte organise une série d'ateliers, d'expositions et de balades sur le thème de l'eau.













 Les animations ont commencé le 6 mars et se terminent le 14 avril.











 
A découvrir aussi le 6 avril la pièce de théâtre "Pendant que la viande pousse dans les supermarchés". D'après les témoignages de paysans et de consommateurs, suivi d'un échange citoyen avec les acteurs.
 "Quand on ne sait pas qu'on ne sait pas, on ne saura jamais. Mais quand on sait qu'on ne sait pas, on saura un jour". Avec ces animations, les visiteurs sauront et pourront ensuite agir pour préserver l'environnement.

mardi 21 mars 2017

Nucléaire: 2 conférences à venir

1 - Conférence : L’ARME NUCLÉAIRE VA ÊTRE INTERDITE !
Vendredi 31 mars 20 h à URBANALIS 4 rue du Pont des Tanneries

Incroyable ! Personne ne parle de ce sujet, alors que ce devrait être à l’ordre du jour d’une campagne présidentielle, alors que se prépare un budget pour le renouvellement des armes nucléaires françaises. Dominique Lalanne participe aux réunions internationales à l’ONU. Il fera le point sur cette situation paradoxale : Les 2/3 des Etats membres ont voté une résolution fin 2016 pour décider d’un Traité d’interdiction des armes nucléaires. Ce sera l’objet de réunions en mars et juin 2017 à l’ONU mais la France refuse d’assister à ces réunions ! Les candidats à la présidentielle vont-ils s’exprimer ? Nos futurs élus parlementaires vont-ils voter une augmentation de 50% du budget nucléaire ?

Dominique Lalanne est physicien nucléaire. Co-président de “Abolition des armes nucléaires-Maison de Vigilance”. Il est très impliqué dans la campagne internationale ICAN (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires).

A noter que cette conférence fait suite à précédente conférence de Dominique Lalanne:   "Les armes atomiques, Valduc". Et elle est complètement actualité car plus de 120 parlementaires demandent un référendum sur le sujet.


2 - Conférence : NUCLÉAIRE : ARRÊTONS LES FRAIS !
Vendredi 21 avril 19 h à Latitude21, 33 rue Montmuzard à Dijon

Mélisande Seyzériat, chargée des groupes et actions au Réseau "Sortir du nucléaire" nous présentera la campagne "ARRÊTONS LES FRAIS" et ses 4 enjeux principaux :
- Abolition des armes nucléaire. La France gaspille 4 milliards € / an pour une arme immorale, et bientôt illégale !
- Abandon des EPR. Sans risques et sans déchets toxiques, les renouvelables sont devenues bien moins chères !
- Fermeture des centrales en fin de vie : Stop au rafistolage !
- Arrêt du projet Cigéo d’enfouissement des déchets à BURE. Le bois Lejuc occupé par les opposants, les victoires juridiques contre l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs).

Et notez dès à présent dans votre agenda :
* Halage du Débat, de BURE à Maastricht 13 – 23 juillet 2017
Pédaler et naviguer pour porter le débat contre l’enfouissement !
* Dijon-VALDUC, 4ième Jeûne-Action 6 – 9 août 2017
Actions internationales : OUI à un Traité d’interdiction des armes atomiques !

dimanche 19 mars 2017

"La Bonne Mesure", épicerie en vrac et sans emballage

"La Bonne Mesure" est un concept qui propose des produits alimentaires ou non, en vrac, sans emballage ou consignés. Il s'agit de la première boutique avec l'objectif zéro emballage de Côte-d'Or; elle vient d'ouvrir à Talant au 31 rue de la Libération.

On y trouve des produits secs et des boissons dont les bouteilles en verre sont consignées !













Divers produits d'entretien.

Des savons sans emballage. Les informations sont sur les affiches.










Vous voulez diminuer la taille de vos poubelles ? La Bonne Mesure est un très bon outil !
A noter que La Bonne Mesure a bénéficié d'un financement participatif. Comme quoi, les citoyens ont envie de nouvelles façons de consommer.

jeudi 16 mars 2017

Des compteurs Linky installés sous la menace et dans le mensonge à Dijon

Le compteur Linky vendu comme outil pour la transition énergétique est en fait une belle arnaque. Les arguments le démontrant sont nombreux. Malgré tout, les agents techniques de la société "Solution 30" font le forcing pour imposer ce compteur, au mépris des habitants. Exemple de ce témoignage éloquent rédigé par une dijonnaise et relayé par le "Collectif Stop Linky 21".

Selon le "Collectif Stop Linky 21", la mairie de Dijon s'est engagée à faire respecter le refus de la pose du compteur communiquant Linky par les usagers.

Pour comprendre vraiment la problématique de ce pseudo compteur écologique, le livre "Sexy, Linky ?" du magazine l'âge de faire explique tout de façon très simple. Ou alors consulter le site "http://refuser-compteur-linky.fr/".

lundi 13 mars 2017

La Semaine pour les alternatives aux pesticides

La Semaine pour les alternatives aux pesticides, qui a lieu chaque année entre les 20 et 30 mars en France et dans 11 autres pays, vous informe sur les dangers sanitaires et environnementaux des pesticides et fait la promotion de leurs alternatives.

C’est l’occasion pour les acteurs locaux de se mobiliser afin de démontrer que les alternatives existent et qu’elles sont viables. Le collectif 21 "ni OGM ni pesticides" diffusera, jeudi 23 mars à 17 h au Caf&Co Café Solidaire Dijon, 27 rue Jean Jacques Rousseau, le film documentaire réalisé par Veille au grain-Bourgogne "18 communes en zéro phyto" suivi d’un débat.

Veille au grain-Bourgogne, Quetigny-Environnement et le collectif pour une Côte d’Or sans OGM ni pesticides organiseront vendredi 31 mars à 20h à Quetigny, salle municipale de la Fontaine-aux-Jardins une conférence intitulées "les insectes des auxiliaires mieux que les pesticides" par Vincent ALBOUY entomologiste.



L'agriculture chimique n'a pas d'avenir; vive l'agriculture bio !

mercredi 8 mars 2017

Pas de lingettes dans la nature, ni dans les toilettes !

Actuellement, certains arrêts de tram de Dijon affichent un message d'information pour se débarrasser correctement des lingettes.
"Bien jeter mes lingettes c'est simple !" "D'une manière générale, je ne jette pas les lingettes dans les toilettes." L'affiche incite à jeter ces lingettes dans la poubelle, même si elles sont biodégradables. Toutefois, le message de droite indique qu'il est tout de même possible de jeter ces lingettes dans les toilettes si elles comportent la mention "jetable dans les toilettes" et de ne pas en jeter plus de 2 ou 3 à la fois. Et bien évidemment, les lingettes ne sont pas à jeter dans la nature.


Alors, finalement, quel avenir pour la lingette usagée ? Un peu ou pas du tout dans les toilettes ? Selon le Grand Lyon, c'est pas de lingettes dans les toilettes !

Bref, les lingettes ne sont pas si nettes, et bien souvent elles comprennent des produits toxiques pour ceux qui les utilisent. Alors, autant agir autrement: il existe des lingettes lavables et ré-utilisables, notamment pour l'entretien de la maison. C'est autant de déchets en mois, c'est donc moins polluant et c'est plus économique.

lundi 6 mars 2017

Le faucheur d'OGM a refusé la composition pénale

Un des faucheurs d'OGM qui avait agit le 26 novembre 2016 a été convoqué le 21 février 2017 à Chenôve dans le cadre de la procédure de composition pénale. Dans une lettre, les 67 faucheuses et faucheurs volontaires ont indiqué qu'ils ne répondraient pas à cette convocation.

Le 21 février, environ 80 personnes représentant une trentaines d'associations étaient présent devant la maison de la justice et du droit à Chenôve pour soutenir ce faucheur, autour d'un pique-nique chaleureux.


Suite au refus de don d'ADN pour inscription au fichier FNAG, il sera convoqué le mardi 9 mai 2017 à 8h30 au TGI de Dijon.

Les faucheurs ne sont pas des délinquants mais des lanceurs d'alerte responsables de la planète et des générations futures.

vendredi 3 mars 2017

Prochaines actions des Faucheurs de Chaises dans différentes agences BNP de Côte-d’Or

Communiqué des Amis de la Terre Côte-d'Or, envoyé aux responsables des 15 agences BNP-Paribas de Côte-d'Or:













"Madame, Monsieur,

Nous vous adressons cette lettre pour vous annoncer que dans les jours et les semaines qui viennent, Les Faucheurs de Chaises (1) allons reprendre nos actions dans les agences BNP. Nous vous prions d’en avertir votre personnel, sachant que comme par le passé, nos actions sont absolument pacifiques et non-violentes, et nos militant-e-s profondément respectueux-ses des salarié-es de la BNP.

Nous regrettons d’avoir à revenir si vite manifester dans vos agences, après avoir déjà réalisé une centaine d’actions dans des BNP, de novembre à début janvier. C’était à l’occasion du procès d’un de nos porte-paroles, M. Jon Palais, qu’une plainte de la BNP a conduit le 9 janvier dernier au Tribunal de Dax pour "vol en réunion" suite à une action de réquisition de chaises dans une de vos agences, visant à dénoncer la responsabilité de la BNP-Paribas dans l’évasion fiscale de masse. Le tribunal a prononcé la relaxe de Jon Palais et tout aurait pu en rester provisoirement là, mais une seconde plainte de la BNP a entre-temps visé un autre militant, qui n’est autre que Florent Compain, le président des Amis de la Terre-France. Il sera jugé le samedi 11 avril au Tribunal de Bar-le-Duc.

C’est pourtant la BNP-Paribas qui devrait se retrouver sur le banc des accusés, au lieu d’y envoyer les citoyens qui l’interpellent et l’appellent à plus de vertu. En effet, c’est la banque française qui réalise le plus gros volume de bénéfices dans les paradis fiscaux. La BNP-Paribas participe ainsi à priver les pouvoirs publics de moyens pour répondre aux besoins des populations les plus vulnérables, ainsi que pour répondre aux défis de la transition écologique et énergétique. La BNP-Paribas contribue en outre à aggraver la crise climatique en finançant des projets d’énergies fossiles dévastateurs et leur promoteurs irresponsables, alors qu’elle s’est engagée à tout faire pour respecter les objectifs de l’Accord de Paris visant à limiter l’augmentation de la température globale de la planète bien en dessous du seuil de + 2°C, voire à +1,5°C.

C’est cette face peu reluisante de la BNP-Paribas que nous viendrons prochainement rappeler à votre clientèle et à l’opinion publique. Ce ne sont pas les Faucheurs de Chaises qu’il faut juger mais l’évasion fiscale en bandes organisées, et l’irresponsabilité sociale et écologique de la BNP-Paribas et de ses investissements dans le monde.

Veuillez recevoir Madame, Monsieur, l’expression de nos salutations les plus respectueuses.

Pour les Faucheurs de Chaises,
Les Amis de la Terre Côte-d’Or

(1) Plateforme de mobilisation citoyenne contre l’évasion fiscale, lancée notamment par les Amis de la Terre, ANV-COP21, ATTAC, Bizi, et Solidaires Finances Publiques, ainsi que diverses personnalités comme Claude Alphandery, Alain Caillé, Susan George, Edgar Morin ou Patrick Viveret"

mercredi 22 février 2017

Un supermarché collaboratif à Dijon

En 1973, deux Américains décident de monter un supermarché d'un nouveau genre: collaboratif, il proposerait à ses membres des produits de qualité, le plus souvent biologiques et locaux, toujours éthiques, à des prix 30% moins chers que dans des supermarchés classiques. En échange, chaque acheteur-coopérateur s'engagerait à travailler bénévolement 3h par mois. Fin 2016, des dijonnais décident de monter un supermarché d'un nouveau genre...

Plus de 40 ans plus tard, la réussite est complète: écologique, payant dignement ses fournisseurs, proposant des prix très bon marché aux coopérateurs grâce à leur participation bénévole, la Coopérative compte aujourd'hui environ 16 000 membres. Son chiffre d'affaires a été de 39,4 millions de dollars en 2010, entièrement réinvesti dans le développement de la coop'.



Le film Food Coop réalisé par Tom Boothe, également co-fondateur de La Louve, est sorti en 2016. Véritable mode d'emploi de la création de ce type de structures, il a suscité un grand engouement partout en Belgique et en France. Dans une dizaine de villes, des citoyens se sont lancés dans l'aventure pour créer leur propre "Food Coop" locale.

C'est dans ce même état d'esprit, avec l'envie de prendre modèle sur cet exemple inspirant tout en l'adaptant aux réalités locales et aux envies de ses futurs membres, que le projet Dijonnais est en train de se créer.


Vous en avez assez des Carrefour, Géant et autres Leclerc qui font avant tout du profit sur le dos des producteurs et des consommateurs, qui fourmillent de filiales dans les paradis fiscaux et qui continuent à vendre des produits essentiellement non bio ? Soyez acteurs de votre magasin bio et éthique, devenez consom'acteurs, rejoignez ce supermarché collaboratif.

jeudi 16 février 2017

21 février à Chenôve: pique-nique de soutien à un faucheur d'OGM

Tous les OGM ne sont pas interdits en France : 150 000 ha d' OGM cachés !!! sont cultivés en FRANCE (Colza et Tournesol)

Pour arriver à obtenir du gouvernement un moratoire sur tous les OGM, et en vertu du principe de précaution, les Faucheurs Volontaires se mobilisent fortement : 4 parcelles de colza OGM VrTH neutralisées près de DIJON !

Les Faucheurs revendiquant leurs actions Non-Violentes de lanceurs d'alerte, la liste des 70 Faucheurs venus de toute la France a été donnée à la police. Une trentaine a déjà été auditionnée à la gendarmerie, et Jean-Marc CONVERS, côte-d'orien est convoqué* le 21 février 2017 à 13 h 30 pour une "composition pénale" :

Pique-Nique de SOUTIEN le 21 février 12 h 30 à Chenôve !
 Afin de marquer votre opposition aux OGM et soutenir les Faucheurs Volontaires rdv devant la
Maison de Justice et du Droit de l'agglomération dijonnaise 8 r des Clématites Chenôve (près de la piscine, Tram 2 arrêt Mails).
Soyons nombreux ! Tous les OGM doivent enfin être réglementés !

Les Variétés rendus Tolérants aux Herbicides (VrTH pour les faucheurs) ou New Breeding Technology (NBT pour les semenciers) sont issus de la MUTAGENÈSE, technique définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclue de son champ d'application. Malgré l'opposition d'une très forte majorité de français, ils se retrouvent donc cachés dans nos champs et nos assiettes, sans aucune évaluation, traçabilité et étiquetage. Parallèlement, les importations de soja transgénique destinées à l’alimentation du bétail français et européen continuent.

Suite à «l'Appel de Poitiers» 9 organisations saisissent le Conseil d’État pour exiger le retrait de l'article qui exempte le procédé de la MUTAGENÈSE de la réglementation OGM. Le Conseil d’État a renvoyé ce dossier devant la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) qui doit statuer en février 2017.

SOUTIENS : Vigilance OGM21, A.I.G.U.E. (Beaune), ALTERNATIBA Dijon, Alliance Ecologiste indépendante 21, Ami e s de la Confédération Paysanne, ATTAC 21, Confédération Paysanne
21, EELV 21, dijon-ecolo.fr, Ensemble ! 21, Gauche Alternative de Quetigny, Les Amis de la Terre 21, Ligue des Droits de l'Homme, Nature & Progrès 21, NPA 21 (Nouveau Parti Anticapitaliste), Nuit Debout Dijon, ...


Les faucheurs ont aussi envoyé un communiqué de presse aujourd'hui:

"Présence du Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt à DIJON !

A l'occasion de la venue à DIJON de M. Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, les Faucheurs Volontaires de Côte-d'Or rappellent que la réglementation en vigueur permet encore la culture d'OGM (Organisme Génétiquement Modifié*) en plein champ, malgré l'opposition d'une majorité de la population.

Vers DIJON les 28 novembre et 13 janvier, les Faucheurs de toute la France sont intervenus sur des plate-formes d’essai mises en place par DIJON-CÉRÉALES, pour dénoncer le développement de ces cultures d’OGM cachés : variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH) issues de mutagénèse. Ils sont déterminés à poursuivre leurs actions de désobéissance civile, tant que ces semences de colza et de tournesol OGM resteront commercialisées.

IL Y A URGENCE ! Le gouvernement doit mettre enfin en place un MORATOIRE sur ces cultures avant les prochains semis de tournesol au printemps 2017.

Les Faucheurs Volontaires dénoncent par ailleurs la propagande mensongère développée par les promoteurs de ces cultures auprès des agriculteurs, alors que ce ne sont en réalité que de fausses solutions à des problèmes agronomiques créés par les pratiques de l’agriculture industrielle. Les plate-formes d’essai de ces variétés ont pour seul but de participer à cette propagande.
Le ministre ayant affiché sa volonté de faire de la France le leader mondial de l’agroécologie, les Faucheurs Volontaires rappellent leur position : Non à l’agroécologie industrielle, avec passage en force des OGM cachés, des brevets et des pesticides qui vont avec. Oui à l’agroécologie paysanne, la seule qui permet la préservation de nos systèmes de production agricole respectant notre santé et notre environnement. Oui à une alimentation choisie et de qualité.

Ils saluent la décision de François Rebsamen, Président du Grand Dijon, d’assurer, à l’horizon de 10 ans, l’autosuffisance alimentaire du Grand Dijon, étant bien entendu qu'il s'agit de développer l'agriculture biologique, sans chimie et sans OGM !

Les Faucheurs Volontaires et une vingtaine d'organisations appellent tous les citoyen(ne)s à venir soutenir les Faucheurs convoqués, notamment ce mardi 21 février lors du premier pique-nique de soutien à 12 h 30 devant la Maison de Justice et du Droit de l'agglomération dijonnaise 8 r des Clématites à Chenôve.

(*) Un Organisme Génétiquement Modifié (OGM) est un organisme (une plante, un animal, une bactérie, un virus) dans lequel on a introduit artificiellement un ou plusieurs gènes, soit inconnus de l'espèce à laquelle appartient cet organisme, soit appartenant à l'espèce mais ayant subi plusieurs manipulations génétiques."

mardi 14 février 2017

La Recyclade, une recyclerie bientôt à Marsannay-la-Côte

Une recyclerie sur la région Dijonnaise où vous trouverez des objets méritant une seconde vie, une boutique solidaire, des ateliers de customisation ? C'est en cours !

L'association La Recyclade y travaille.
Objet de cette association dijonnaise: assurer la gestion d’une recyclerie en valorisant et en gérant de façon innovante des déchets par la collecte, le tri, la remise en état d’objets, le détournement d’usage et la transformation artisanale ou artistique ; contribuer également au lien social, à la rencontre entre acteurs des filières du recyclage, artistes, créateurs professionnels ou amateurs et grand public, ainsi qu’à la création d’emplois par la vente, le troc et le don d’objets, par des actions de sensibilisation, d’éducation à l’environnement et par la réduction des déchets et tout autre moyen.

Informations complémentaires et petit historique sur le site la7hpile.fr

lundi 13 février 2017

Rénovéco, la plateforme du Grand Dijon pour rénover l'habitat et économiser l'énergie

"Rénovéco, le service public de la rénovation énergétique performante de l'habitat du Grand Dijon.
Territoire à Energie Positive pour la croissance verte, le Grand Dijon s'engage toujours plus en faveur de la transition énergétique et de la réduction des consommations d'énergies non renouvelables en créant Rénovéco, la porte d'entrée unique en matière de rénovation énergétique de l'habitat privé.
Ce nouveau dispositif fédère les structures locales de conseil aux particuliers ainsi que les professionnels du bâtiment, de l'immobilier et les banques, pour vous accompagner de manière optimale tout au long de votre projet.










Rénovéco est un service gratuit porté par la Communauté Urbaine du Grand Dijon, avec le soutien financier de l'Etat, de l'Agence nationale de l'habitat (Anah), de l'ADEME et de la Région Bourgogne-Franche-Comté.













Ce service s'adresse à tous les propriétaires ou copropriétaires, occupants ou bailleurs, d'un logement situé dans l'une des 24 communes du Grand Dijon."

samedi 11 février 2017

Des jardins partagés à Talant, c'est pour bientôt !

"Dans un espace collectif situé derrière La Turbine, seront installés entre mars et avril, 10 bacs individuels de 1,20 m x 1,20 m remplis de terre et qui seront proposés aux jardiniers en herbe ou aux plus chevronnés afin d’y cultiver un petit potager personnel."

Carottes, poireaux, choux, tomates et tous les légumes d’été : tout peut être semé ou planté pour sa consommation personnelle ou familiale. Les « jardins » seront accessibles au-delà des heures d’ouverture de La Turbine, bien entendu et les attributions aux demandeurs seront faites courant mars."
Source: Talant Magazine n°72


10 bacs de 1,20 m par 1,20m, cela reste modeste pour produire de la nourriture. Toutefois ce petit pas peut être une bonne dynamique avec de nombreux effets positifs: respect de la terre, rappel des saisons, autonomie alimentaire et liens sociaux.

lundi 6 février 2017

Maintenant, plus d'excuses pour rester dans une banque polluante

Communiqué des Amis de la Terre Côte-d'Or:
"6 février 2017, changeons de banque pour notre avenir et celui de ceux que nous aimons

La loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques va faciliter les démarches de changement de banque. Changer de banque parait un véritable défi pour la majorité des personnes ; trop de démarches administratives. A partir du 6 février, la banque vers laquelle vous voulez aller prendra en charge toutes les démarches.

"Le client n’a plus qu’une seule opération à faire : signer un mandat de mobilité à sa nouvelle banque et lui fournir les coordonnées bancaires du compte dans sa banque d’origine. La nouvelle banque réalise alors en son nom toutes les opérations nécessaires pour informer du changement de domiciliation bancaire tous ses émetteurs de prélèvements et virements récurrents. Ce nouveau dispositif reste gratuit pour le client. "(1)

Pourquoi changer de banque ? Pas content de votre banque actuelle ? Frais bancaires trop importants ?

Et si nous changions de banque sur des critères environnementaux ?
Posons la question de savoir à quoi sert vraiment notre épargne. Energies fossiles, nucléaire et grands barrages, des banques françaises soutiennent à l’étranger de nombreux projets énergétiques contreversés qu’elles ne pourraient financer en France en raison des risques légaux ou de réputation. À l’étranger, en particulier dans les pays moins développés, la législation environnementale est plus faible qu’en France ou dans l’Union européenne. Les normes internationales – qui devraient être appliquées lorsqu’elles sont plus exigeantes que les lois locales – sont quant à elles très lacunaires et peu contraignantes, de surcroît en matière climatique.

Depuis plusieurs années l’association Les Amis de la Terre France publie le guide éco-citoyen "Climat : comment choisir ma banque ?" (2) et classe les banques françaises selon les impacts de leurs activités. Ce guide est un outil concret pour nous guider dans le choix de notre banque et nous assurer que notre argent ne contribue pas aux dérèglements climatiques.

Le guide ne mentionne pas la fraude fiscale, pourtant il y aurait tant à raconter (3).
« C’est décidé, je change de banque ! »
Vous en avez assez de l’éco-blanchiment (ou greenwashing) de votre banque qui se dit engagée dans la lutte contre les changements climatiques alors qu’elle soutient des projets controversés climaticides aux quatre coins du globe ? Vous ne voulez plus que votre argent serve à financer des projets qui menacent la planète et les générations actuelles et futures ? Parce que toutes les banques ne se valent pas, comparez les pratiques des banques et choisissez- en une qui correspond à vos valeurs.

Bougeons nous pour le climat. Changer de banque, un moyen simple et efficace !


Et pour en savoir plus, rendez-vous sur le site http://financeresponsable.org/