samedi 18 avril 2020

Gaspillage énergétique pendant la pandémie

Alors que tout le monde ou presque demeure confiné, notamment la nuit, un dijonnais a interpellé François Rebsamen afin qu'il agisse pour que les enseignes et panneaux publicitaires soient éteint la nuit. Normal puisqu'il n'y a personne pour les regarder.

Objet: Réclamation à propos des commerçants
Monsieur le Maire,
Tout d’abord, permettez-moi de vous exprimer mon entier soutien face à la crise actuelle.
L’épidémie de Coronavirus que subit actuellement la France et notamment Dijon est malheureuse et mérite de mettre tous les moyens qu’il faut pour combattre la maladie. C’est pourquoi, les mesures de confinement ont été prises et tant mieux. Les seules boutiques ouvertes sont celles qui sont essentielles, les bus et les trams sont vides, les écoles fermées et les rues quasi-désertes. Très bien, c’est ce qu’il faut.
Mais si les autres boutiques sont fermées et qu’il n’y a personne dans les rues, pourquoi leurs devantures sont-elles allumées le soir voire toute la nuit? Ces lumières sont inutiles s’il n’y a personne pour les voir (de même que pour les panneaux sucettes et autres panneaux lumineux). On ne peut stopper le confinement donc utilisons-le en profitant pour réduire notre impact écologique et énergétique. C’est pourquoi je vous écris ce courrier avec le soutien de l’association des Amis de la Terre de Côte d’Or pour imposer aux commerçants à réduire leur pollution lumineuse inutile.
Vous exprimant, une nouvelle fois, tout mon soutien et vous souhaitant une bonne continuation, je vous prie, Monsieur le Maire, d’agréer mes salutations distinguées.
Nicolas Gallant
Animateur en charge de l’écologie à Urbanalis

Une journaliste s'est intéressée au sujet et a contacté la mairie de Dijon pour savoir ce qu'elle compte faire, mais elle n'a pas eu de réponse... Dans son article paru sur le site de France 3 Bourgogne, la journaliste donne toutefois la parole à Mathieu Honnorat, directeur de Shop in Dijon, une association de 400 commerçants dijonnais. Selon lui la démarche est "malvenue" et non prioritaire. Il est compréhensible que les responsables des commerces aient d'autres soucis plus importants en ce moment, mais ce n'est pas quand tout va bien que ces commerces éteignent leur commerces. Ce ne serait donc jamais le bon moment. Concernant les panneaux publicitaires, ceux-ci sont branchés directement sur l'éclairage public, et donc ce sont les dijonnais qui payent pour ce gaspillage électrique. François Rebsamen le sait, il a été interpellé à ce sujet à plusieurs reprises par Les Amis de la Terre Côte-d'Or, mais il continue à ne rien faire. La sobriété énergétique n'est pas une priorité pour lui non plus.

Aucun commentaire: