mardi 17 août 2010

Des dijonnais parmi les faucheurs d'OGM à Colmar

Dimanche 15 août, vers 5h du matin, une soixantaine de faucheurs volontaires provenant de toute la France ont décimé soixante dix pieds de vignes transgéniques dans un champ expérimental de l'INRA à Colmar. Plusieurs dijonnais étaient du voyage.

video
Les arguments du responsable de l'INRA et des faucheurs se contredisent évidemment. Etude expérimentale dans un but purement scientifique ou nouveau pas vers la généralisation de vignes OGM? Difficile de faire toute la lumière. Toutefois, de tels agissements deviennent compréhensibles lorsque l'on voit comment les gouvernements Français et Européen tentent inexorablement d'imposer des cultures OGM, sous la pression des lobbies agro-industriels, alors que les populations n'en veulent pas et que de nombreuses études démontrent que nous n'en n'avons pas besoin pour nourrir la planète. Et c'est sans parler des divers effets pervers et dangereux des OGM en pleins champs.

De plus, des solutions existent ici comme l'explique monsieur Denis Fetzmann dans Le Bien Public du 17/08/2010, même si elles demeurent imparfaites actuellement.
"Quelles sont les solutions existantes ?
Il y a d’abord la solution à long terme du « repos des sols ». Sachant qu’il faut entre 5 et 7 ans pour se débarrasser des petits vers qui transmettent le virus, cette solution est difficilement applicable. On a aussi eu les produits chimiques, aujourd’hui interdits car nocifs pour l’environnement. Aujourd’hui, on est obligés de chercher d’autres solutions. On a notamment les plantes dites nématicides, qui émettent des toxines propres à tuer les vers - la phacélie, par exemple, mais il faut en trouver d’autres. Il y en aurait une trentaine en tout."

Tant que les dirigeants continueront de se moquer des citoyens, ces derniers continueront à prendre de telles initiatives pour la défense de l'environnement. Des dijonnais veillent...

Aucun commentaire: