jeudi 28 juin 2012

Projet de Règlementation Locale de Publicité pour l'agglomération dijonnaise

Le conseil municipal de Dijon se tenait ce soir. Un point important concernait la volonté de la ville de remettre à plat le Règlement Local de Publicité de Dijon dans le but de l'élargir à toute l'agglomération dijonnaise.

video

Monsieur Dugourd rappelle le conseil municipal du 29 septembre 2011 avec le voeux de réduire la pollution visuelle. Tandis que monsieur Masson indique que certains panneaux publicitaires peuvent consommer autant d'électricité que plusieurs ménages alors que la ville est engagée dans un Plan Climat; à ce sujet des citoyens agissent déjà pour réduire ce gaspillage
Comme le souligne avec insistance monsieur Rebsamen, ce nouveau règlement ne portera pas seulement sur Dijon, mais sur toute les communes de l'agglomération dijonnaise. A l'écouter, il semblerait que certaines villes seront plus ou moins réticentes à agir en ce sens. Toutefois, les dijonnais verront bien d'où viennent les freins. Peut être de monsieur Rebsamen lui-même qui a dit qu'il ne serait pas "maximaliste" sur ce dossier, préférant "soutenir l'activité économique". Et il sait bien ce qu'il dit puisqu'en 2009, il avait été le premier maire de France (et le seul) à légaliser une enseigne illégale, celle d'IKEA...  Au mois de mai 2010, il avait aussi baissé la tête devant le lobby de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Dijon pour minimiser le principe de "pollueur-payeur" à propos de la taille des enseignes..

Visiblement, les idées pré-conçues à propos de la publicité dans les rues ont la vie longue. Aux élus de se renseigner et d'ouvrir les yeux pour voir réellement l'impact positif et négatif de ce type de publicité. Que les défenseurs de ce type publicité démontrent l'intérêt économique, en prenant en compte TOUS les paramètres, ou bien se taisent !

samedi 23 juin 2012

RIO+20: parti de Dijon pour arriver nulle part

"Les sommets de la Terre sont des rencontres décennales entre dirigeants mondiaux organisées depuis 1972 par l'ONU, avec pour but de définir les moyens de stimuler le développement durable au niveau mondial. Le premier sommet a eu lieu à Stockholm (Suède) en 1972, le deuxième à Nairobi (Kenya) en 1982, le troisième à Rio de Janeiro (Brésil) en 1992, et le quatrième et dernier en date à Johannesburg (Afrique du Sud) en 2002." (source: Wikipedia)
Tandis que vient de s'achever le dernier sommet de la terre à Rio de Janeiro, aussi appelé RIO+20, des universités itinérantes ont eu lieu depuis un an. La première a eu lieu à Dijon du 16 au 18 juin 2011, avec les interventions de Stéphane Hessel, Edgar Morin et Hervé Kempf au Conseil Régional de Bourgogne









C'était il y a un an, et la situation s'est aggravée depuis. Le sommet de la terre qui vient de s'achever a été purement et simplement minable. Du Grenwashing à toutes les sauces. Les Amis de la Terre le résume par "le sommet de la terre brûlée" car les multinationales ont eu une influence excessive sur les négociations.



Comme l'explique la vidéo ci-dessus, les banques et autres multinationales se mettent à donner un prix à la nature. Pourtant, La nature n'est pas à vendre!

Il est temps de faire respecter les droits des communautés et d'empêcher la finance de s'emparer de la nature et du vivant. Ces sommets internationaux ont montré leurs limites et deviennent maintenant abjects. Comme le disait Stéphane Hessel, indignons nous, ne nous laissons pas faire, à Dijon comme ailleurs, par ceux qui ne voient que leurs profits au dépend de la nature!...

mercredi 20 juin 2012

Nouvelle soirée "Zero Watt"

Vendredi dernier, des dijonnais ont une nouvelle fois répondu présent pour la soirée nationale (plus de 52 villes "éteintes") sur le thème Zero Watt pour la publicité.

Le message est simple:
"L'énergie électrique a la valeur financière qu'on veut bien lui donner... A contrario l'impact de sa production sur l'environnement, lui, n'est pas monnayable...
La consommation électrique a, par sa production et son transport, un impact direct sur l'environnement, donc sur notre vie !
La publicité nous est-elle à ce point indispensable qu'il faille - à tout prix- lui réserver la plus grande visibilité ?
Peut-on accepter qu'un panneau lumineux puisse consommer plus d'électricité qu'une famille de 4 personnes ?
Peut-on accepter que l'on incite lourdement le consommateur à l'économie et qu'à côté de cela nous restions passifs devant tout ce gaspillage d'électricité dont l'intérêt est plus que discutable ?
La publicité lumineuse, les enseignes, les vitrines éclairées toute la nuit en sont des exemples concrets.
Eteindre ces lumières est un acte légitime de désobéissance civile... et de BON SENS !

ZERO WATT POUR LA PUB ! ON ÉTEINT TOUT !"



C'est ainsi qu'un petit groupe de personnes est parti chasser le gaspillage électrique vendredi dernier, tout en sensibilisant avec des affiches.
A noter que d'autres groupes ont agit à d'autres endroits de la ville le même soir, ce qui démontre que le phénomène prend de l'ampleur. Tandis que la ville de Dijon tente de sensibiliser des familles à la sobriété énergétique, cette même ville de Dijon laisse, voir favorise, le gaspillage électrique. Que ce soit lors de soirée Zero Watt, ou lors de gaspillage évident, tout citoyen peut agir concrètement pour prendre son avenir énergétique en main!

samedi 16 juin 2012

Les résultats du concours "Familles à énergie positive"

Le site infos-dijon.com a publié les résultats du concours qui s'est tenu du 25 novembre 2011 au 12 mai 2012. Composé de familles dijonnaises regroupées en 7 équipes, le concours, organisé par la ville de Dijon, l'association Prioriterre et Bourgogne Energie Renouvelables, consistait à économiser le plus possible d'énergie. Energie pour le chauffage, l'eau chaude et l'électricité.

Voici les informations fournies par le site:
"Les résultats obtenus ne concernent que 42 familles car certaines n'ont pu être prises en compte (déménagement durant la période du concours, pas de factures sur l'année précédente permettant d'avoir un historique de consommations mais ces familles ont tout de même participé à titre informatif, arrêt d'une famille pour cause de déplacements trop répétés à l'étranger ne permettant pas d'obtenir des relevés réels, pas du tout de relevés durant la période pour d'autres familles).

Ainsi, 112 personnes ont donc concouru, soit une moyenne de 2,7 personnes par foyer avec une surface d'habitation moyenne de 90 m².

La moyenne des économies d’énergies par famille a été de - 17,3 % soit environ 2 016 kwH par famille (si on veut aller plus loin, en se basant sur le prix du kwH à 6 cts le kwH, cela correspond à une économie moyenne, comprenant à la fois électricité et gaz, de 120 euros, ce chiffre restant bien sûr une moyenne par foyer). La moyenne de CO2 évité a été de - 17,3 % également par famille.

Au total, pour l’ensemble des familles dijonnaises participantes, pendant la durée du concours, entre 133 060 KwH et 134 711 kwH ont été économisés (et entre 22 668 et 23 183 kilos d’émissions de CO2 évités).

Pour donner quelques indications plus "parlantes", cela représente :
- la consommation annuelle, chauffage + électricité de 7 familles avec 2 enfants
- ou 15 années d’aspirateur passé en continu (un aspirateur de 1 000 watts) ou un micro ondes de 1 000 watts qui chauffe sans s’arrêter pendant 15 ans
- ou une ampoule incandescente de 100 watts qui reste allumée pendant 150 ans
- ou une ampoule à basse consommation d’énergie de 10 watts qui reste allumée pendant 1 500 ans
- ou la consommation de 13 000 litres de fuel
- ou l’équivalent en kms pour une automobile à 112 219 kms soit 2,5 fois le tour de la terre

Résultats :
L’équipe ayant réalisé le plus d’économies d’énergie est donc l’équipe gagnante de ce concours (à noter que toutes les équipes ont atteint les 8 % d’économies d’énergie, le pari a donc été atteint) :
1ère avec 38 % d'économies d'énergies réalisées Équipe ÉCO-GRZ
2ème avec 20 % d'économies d'énergies réalisées Équipe ÉLEKTRON CONNEXION
3ème avec 19 % d'économies d'énergies réalisées Équipe ARRÊTONS LE GASPILLAGE
4ème avec 17 % d'économies d'énergies réalisées Équipe MÉDIATERRE
5ème avec 16 % d'économies d'énergies réalisées Équipe LES ÉCOLOGIENS
6ème avec 10 % d'économies d'énergies réalisées Équipe LES ÉCONOMISEURS
7ème avec 8 % d'économies d'énergies réalisées Équipe LA SOURCE

Un petit plus
On ne s’arrête pas simplement aux résultats de la ville de Dijon !
Au niveau national, sur tout le territoire, 2 614 foyers se sont inscrits et 2 065 foyers ont participé activement, soit 5 549 personnes, ce qui a permis d’économiser au total 5 835 677 kwH ! (soit 618 720 kilos de CO2).
La moyenne des économies d’énergies a été de - 16,1 % et pour les émissions de CO2 de - 17,2 %.
A signaler cependant la très belle performance de la ville de Dijon puisque dans le top 10 en % d’économies d’énergies réalisées, la capitale bourguignonne arrive en tête, avec l’équipe ÉCO-GRZ et son - 38%.
Dans le top 10 en % de CO2 évités, DIJON se classe à la 4ème place, toujours avec l’équipe ÉCO-GRZ.
Forte de ce succès et parce que la municipalité poursuit son engagement sur les enjeux énergie-climat, un nouveau concours sur les économies d'énergie sera lancé à la rentrée prochaine."

A noter que bon nombre de ces familles étaient déjà sensibilisées aux économies d'énergies avant le concours, ce qui laisse entrevoir les économies possibles avec des personnes non déjà sensibilisées...

mercredi 13 juin 2012

Le Lorax sera visible dimanche prochain

"Malgré les avertissements du protecteur de la nature, le Lorax, un entrepreneur avide dépeuple une forêt de ses arbres Truffula pour fabriquer des vêtements. Les conséquences sont désastreuses car tous les animaux partent..."


Ce nouveau film d'animation sera visible en avant première au cinéma Olympia à Dijon dimanche prochain, avant de sortir dans les salles au mois de juillet.

Un conte pour enfants avec de nombreux sous-entendus sur notre société "moderne". Une caricature de la triste réalité...

samedi 9 juin 2012

La ville de Talant diminue ses consommations d'énergies

Le numéro 21 de Talant Mag explique sur trois pages comment la ville de Talant a diminué ses consommations d'énergies dans ses bâtiments publiques. Ainsi, la ville a économisé 1 620 948 kWh depuis 2005, soit une économie financière de 84 496 euros.














Pour y parvenir, la ville s'est basée sur des actions techniques, comme le remplacement de chaudières ou le changement de menuiseries extérieures devenues inefficaces. Parallèlement, des actions de sensibilisations envers le personnel de la ville ont été réalisées.



La publication des consommations d'énergies dans le bulletin municipal est très intéressante. C'est un moyen de sensibiliser les habitants et de montrer l'exemple. Il serait sûrement payant que toutes les villes de l'agglomération fassent de même une fois par an. Cela permettrait ainsi de comparer les villes les plus engagées dans la sobriété énergétique.

mardi 5 juin 2012

Recyclage des DEEE, mais quid de l'obsolescence programmée?

Selon le site gazetteinfo.fr, "jusqu’au 9 juin, la Côte-d’Or participe à l’édition nationale de la tournée des DEEEglingués. L’occasion de sensibiliser les habitants sur le recyclage des appareils électriques usagés.
Les DEEE sont les Déchets d’Equipement Electriques et Electroniques. Autrement dit, les déchets électroménagers (réfrigérateur, machine à laver, écrans…) mais aussi, tous les petits objets du quotidien tels que les téléphones, grille-pains, lampes, consoles de jeux, etc. Une problématique : que faire de ces appareils lorsqu’ils arrivent en fin de vie ? Durant une semaine, les DEEEglingués vous guideront."


"La fin de vie de ce type d’appareils représente un enjeu environnemental. Leur recyclage et leur réemploi permettent de diminuer le volume de déchets. Tout comme détruire les substances dangereuses contenues en leur sein. Les risques de pollution s’en retrouvent ainsi limités. La collecte et le recyclage des DEEE dépendent essentiellement de la volonté des usagers à trier leurs déchets. En quelque sorte un geste citoyen. Jean-Patrick Masson estiment que les Dijonnais s’inscrivent dans cette volonté de recyclage : « A Dijon, l’accroissement de la récupération des DEEE est régulier ». Rappelons que le Grand Dijon ambitionne de réduire la production d’ordures ménagères de 7 % d’ici 2015."


"Fin de vie d'un appareil électrique", mais combien de temps "vie" un tel appareil? Quatre ans pour un téléphone portable à dix ans pour un frigidaire, mais aussi souvent bien moins... Un appareil qui tombe en panne, c'est un appareil à racheter et l'ancien à mettre à la poubelle bien souvent. Et plus la panne est rapide, plus le changement est rapide, et plus les déchets augmentent. C'est ce qu'ont bien compris les fabriquant d'appareils.



Cela s'appelle l'"obsolescence programmée". Un concept souvent ignoré du grand public, mais bien connu de l'association Les Amis de la Terre qui a fait un dossier explicatif sur le sujet pour le dénoncer.



Un scandale écologique puisqu'il s'agit ni plus ni moins de pousser au gaspillage. Recycler lors des DEEEglingués, c'est bien, ne pas se faire avoir par ces fabricants escrocs et pollueurs, c'est mieux.