mercredi 29 juin 2016

TAFTA: les multinationales pourront librement détruire la planète

A Dijon, la mobilisation contre TAFTA et ses dérivés se poursuit. Il y a quelques jours, un cheval de Troie géant appartenant à l'ONG Les Amis de la Terre Europe a été temporairement monté place Darcy par le collectif Stop Tafta de Côte-d'Or. Un moyen d'informer et d'alerter les dijonnais des dangers environnementaux et sociaux.










TAFTA, TTIP, PTCI, c’est quoi ?
Le 14 juin 2013, le Conseil de l’Union Européenne (chefs d’Etat et de gouvernement) a donné mandat à la Commission Européenne d’ouvrir des négociations avec les États-Unis en vue d’aboutir à un accord transatlantique pour créer le plus vaste marché du monde.
Plusieurs dénominations désignent ce projet de « grand marché transatlantique », qu’elles soient anglophones (TAFTA - Trans Atlantic Free Trade agreement ; TTIP - Transatlantic Trade and Investment Partnership) ou francophones (PTCI - Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement).
Ce projet d’accord de libre-échange et d’investissement vise à libéraliser encore davantage les échanges commerciaux entre les États unis et l’Union européenne en démantelant les droits de douane et en s’attaquant aux normes et régulations. Cet accord scellerait le sort des économies européennes et nord-américaine dans une même allégeance ultralibérale aux profits des multinationales.
Aucune consultation des peuples n’a eu lieu sur l’opportunité de débuter ces négociations. Au contraire, les citoyens sont tenus à l’écart de discussions se déroulant dans la plus stricte confidentialité entre une poignée de négociateurs, experts non-élus et lobbyistes invités.
Certaines villes se sont symboliquement déclarées "Hors TAFTA". Après la communauté de commune de Gevrey-Chambertin, le Grand Dijon fera t il le pas un jour ? Ou bien est-ce, comme trop souvent, aux citoyens de s'organiser pour dénoncer ces aberrations ?
Et dès maintenant signez la pétition.

mardi 28 juin 2016

Concerts des Bure Haleurs à Dijon

Le très énergique groupe de musiciens les "Bure Haleurs" va être présent à Dijon le 30 juin et au mois d'août pour toute une série de concerts engageants et engagés contre le nucléaire, à Bure et ailleurs !
Ils seront déjà le 30 juin au Black Market (59 rue Berbisey, Dijon).

Puis ils passeront à Dijon lors de la 5ème rando festive de Bure à Valduc pour porter le débat contre le projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure.

video

Enfin, ils reviendront pour le 3ème jeûne-action Dijon/Valduc pour obtenir un traité international d'interdiction des armes nucléaires. (dossier de presse 2015)

lundi 27 juin 2016

Pétition "Pas de pesticides dans l'espace protégé de La Fontaine aux Fées à Talant"

La ville de Talant a décidé de défricher une partie du parc de la Fontaine aux Fée pour y planter des vignes qui seront entretenus en "agriculture raisonnée", c'est à dire en chimie. Une pétition vient d'être mise en place pour demander l'interdiction des pesticides sur cette zone très sensible.









Samedi dernier, des militants de l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or sont venu soutenir les habitants de Talant déjà mobilisés.










Les promeneurs présent ont tous montré une déception à propos de ce défrichage et une grande tristesse d'apprendre que l'endroit sera bientôt pollué par des pesticides, une zone située juste à côté de jardins familiaux.










D'autant plus que lors des pluies, les pesticides se retrouveront rapidement dans la source en aval puis dans le lac Kir.










Tous les habitants et les structures indignés par le projet de la ville de Talant sont invités à signer cette pétition et à participer à la mobilisation.

mercredi 22 juin 2016

L'abeille, une sentinelle de la qualité de l'environnement

L'abeille est un tout petit animal connu de tous, aimé pour ce qu'elle nous apporte. Pourtant, elle est victime de nombreuses folies humaines.


Pour en parler, Bertrand Guéné et Catfish Tomei, co-fondateurs de l'association Apis Sapiens, répondaient récemment aux questions dans la dernière émission "Le Pissenlit" sur radio Dijon Campus.

mardi 21 juin 2016

Alain Houpert, sénateur de la pollution

Ce soir, c'était la fête de la musique, mais c'était aussi la fête pour le sénateur Alain Houpert. Pas de dégradation comme chez d'autres élus locaux, mais des messages explicites sur la devanture de sa permanence.










Avec des messages explicites: "Ici, je vote OUI à toujours plus de pollution".
L'explication vient sur d'autres affiches  où il est indiqué que Alain Houpert a voté contre l'interdiction des insecticides néonicotinoïdes, des insecticides contribuant à la mortalité massive des abeilles.

Une autre affiche en dit encore plus long sur ce sénateur. Il a rejeté le rétablissement de 20% d'aliments issus de l'agriculture biologique dans les cantines scolaires. Bref, Alain Houpert soutient la présence de pesticides dans la nourriture pour les enfants. Votre enfant développe un cancer ? Vous saurez qui remercier...

Monsieur Alain Houpert n'est pas le seul "grand élu" de Côte-d'Or a promouvoir régulièrement différentes sortes de pollution, à soutenir des lois scandaleuses. Il est temps que les citoyens osent montrer à ces sénateurs et députés combien ils sont à côté de la plaque. Mais bien sur, toujours de façon non violente et sans dégradation, comme l'a fait cette/ces personne(s) à Dijon ce soir.

vendredi 17 juin 2016

Présentation de l'association EVAD

L'association EVAD (Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise) était l'invité récemment sur radio Dijon campus, dans l'émission écolo Le Pissenlit. Depuis 1994, EVAD défend la cause du vélo dans l’agglomération dijonnaise.



L’association milite notamment :
* pour le développement du vélo comme moyen de transport usuel et quotidien, bon pour l’environnement et la santé !
* pour des aménagements (pistes, bandes et double-sens cyclables, zones 30, zones de rencontre...) et des équipements (arceaux, parkings à vélos, ...) qui encouragent et permettent la pratique du vélo en ville en toute sécurité
* pour le partage de la rue et l’élaboration d’un « code de la rue »
* pour une ville apaisée accueillante pour les cyclistes, les piétons (particulièrement enfants, personnes âgées ou à mobilité réduite) et les transports en commun.

mardi 14 juin 2016

Mettons de la couleur dans la ville, pas de la pub ; en images

Communiqué des Amis de la Terre Côte-d'Or :
"La publicité est le moteur de notre société de sur-consommation, avec des conséquences sur l’épuisement des ressources et sur la production de déchets.

Le RLPi (Règlement Local de Publicité intercommunal), texte régissant la place de la publicité dans les rues de l’agglomération, est actuellement en train d’être rédigé en catimini par quelques personnes au Grand Dijon. Il a été proposé aux maires de l’agglomération récemment.













Selon nos informations, le contenu de ce règlement semble avoir été rédigé selon des critères subjectifs, voir obscurs, et sans ambition écologique digne d’une ville qui se vante d’être "une référence écologique européenne". Ce règlement s’appuie sur un diagnostic en partie erroné (sous estimation du nombre de panneaux publicitaires) et avec des préconisations en faveur des annonceurs publicitaires. Bref, un diagnostique biaisé.








Depuis au moins les dernières élections municipales, notre association environnementale demande à participer à l’élaboration de ce RLP. Dans notre questionnaire auprès des candidats à la mairie de Dijon, monsieur Rebsamen avait promis que les associations pourraient y participer. Les grandes paroles de "démocratie participative" ont rapidement laissées place à un vide démocratique sur Dijon et au Grand Dijon.










Depuis des mois nous demandons une véritable concertation avec les associations et tous les citoyens pour choisir quel type d’agglomération nous voulons tous. Une agglomération avec des panneaux publicitaires promouvant la malbouffe, de l’alcool, les transports polluants, des banques voyous, des multinationales et divers sortes de sur-consommation ? Ou bien une agglomération exemplaire d’un point de vue écologique ?










Samedi dernier, des adhérents des Amis de la Terre Côte-d’Or et des sympathisants ont une nouvelle fois essayé de se faire entendre. Cette fois, en recouvrant des dizaines de panneaux publicitaires par du papier de couleur. Les encouragements des passants ont été nombreux, des touristes ont pris des photos. Cela sera-t-il suffisant pour faire ouvrir les yeux de nos dirigeants et se faire entendre ?"

lundi 13 juin 2016

La ville de Talant va t elle ré-introduire les pesticides ?

Une à une toutes les villes de France cessent d'utiliser des pesticides, pour des raisons biens connues et évidentes. Pourtant la ville de Talant sera peut être la seule à faire marche arrière!

C'est la question qui se pause suite à la diffusion d'une lettre dans les milieux écolos locaux (Le nom et les coordonnées de l'auteur ont été volontairement enlevées ici). Il est écrit:

"Cette lettre fait suite au projet d’extension de la vigne située sur la colline de Talant à proximité immédiate de la réserve naturelle de la « Fontaines aux Fées » (géré par le conservatoire des espaces naturels de Bourgogne), de jardins familiaux déclarés « zones sans pesticide », de sources.
Cet espace est fréquenté par des centaines d’enfants qui utilisent les terrains de sport, des sportifs, des jardiniers, des promeneurs.
Cette vigne ne sera pas « bio » mais pratiquera l’agriculture dite raisonnée, « faux nez » de l’agro-industrie puisque figurent notamment parmi ceux qui la préconisent les bien connus laboratoires Monsanto et Bayer.
Outre les atteintes contre la faune et la flore, la pollution des sources et du lac Kir situés en contrebas sera également une des conséquences possibles de ce projet aberrant.
La plantation de vigne à cet endroit va également accentuer l’érosion des sols et la pollution par ruissellement.

Alors que nous portons déjà tous (alors que nous ne sommes pas agriculteurs et donc au contact direct de ces produits) des traces de pesticide dans notre urine ou sur nos cheveux, Talant sera la seul ville de France à réintroduire les pesticides dans la ville (cherchez un autre exemple ?) au cœur d’une réserve naturelle.
C’est donc un curieux exercice de biodiversité (pourtant promulgué et mis en valeur dans chaque bulletin municipal) que de remplacer des dizaines d’espèces végétales où s’abritaient de nombreux oiseaux par une seule, la vigne.
Cette décision est un non sens et il faut absolument bannir l’usage des pesticides qui n’ont pas lieu d’être à cet endroit.

La ville organise une randonnée sur ces nouvelles zones de plantation le Samedi 25 Juin de 17 à 19 heures : que tous les opposants à ce projet aberrant se réunissent également à cet endroit pour manifester leur opposition et le retour à une gestion plus harmonieuse de cet espace…

Une pétition sera diffusée auprès de habitants de Talant et des usagers du parc."













Ci-dessus, informations du magazine de Talant n°65, juin 2016














Ci-dessus, informations du magazine de Talant n°60, janvier 2016
Aucune mention à une viticulture bio, il est donc logique de penser que les pesticides se développeront à Talant.

Des vignes, pourquoi pas, mais uniquement en bio, c'est évident !