dimanche 15 mai 2022

AMAP "Les paniers d'Honoré"

C'est un rituel : chaque vendredi, de 12h15 à 13h15, les adhérents de l'AMAP "Les paniers d'Honoré" viennent chercher leur panier de légumes, des légumes bio en provenance de Saulx-le-Duc.

 

 

 

 

 

 

Le rendez-vous a lieu dans la cour de la maison Maladière, 25 rue Balzac à Dijon. En plus des légumes, les adhérents peuvent acheter des oeufs de Chanceaux, de brioches de la société Briochouette de Dijon, mais aussi parfois des produits de Baum'plante, et prochainement du pain artisanal.

Cette AMAP dijonnaise, comme d'autres locales, s'évertue à soutenir une économie locale avec des produits bio. Une AMAP gérée par des bénévoles sympathiques, à découvrir et à soutenir.

lundi 9 mai 2022

Dijon, cité de la gastronomie et de l’incitation à la malbouffe

Mobilisation des Amis de la Terre Côte-d'Or contre le double langage dijonnais : promotion de la gastronomie tout en incitant à la consommation d'alcools et de malbouffe industrielle.

Sérieusement, est-ce que des publicités pour Mc Donald, Quick, Heineken et autres hamburgers ont leur place dans une « cité de la gastronomie » ? A regarder les rues au quotidien, il serait plutôt judicieux de parler de « Dijon, cité de la gastro »…



Nous répétons aujourd’hui notre appel :

Fin de la publicité pour la malbouffe et alcools industriels, fin de la publicité pour les multinationales, fin de l’invasion de l’espace public par la publicité. Oui à l’information culturelle et associative locale, oui à la promotion des commerçants et artisans locaux, respectueuse des consommateurs et de la planète. Fin également de ces panneaux publicitaires éclairés toutes les nuits, consommateurs d’énergie devenue rare, coûteuse. Dans une capitale dite verte ?

La publicité est le moteur de notre société de surconsommation et surproduction, avec ses conséquences en termes de pollutions et dégradation de notre planète.

Le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur le Climat) l’affirme, c’est MAINTENANT qu’il faut agir !



Pourtant, cela fait plus de 15 mois que nous interpellons les élus de la Métropole, notamment son président François Rebsamen, pour leur demander de s’engager à en finir avec les publicités sur les abribus.

LE CONTRAT ENTRE LA SOCIÉTÉ CLEAR CHANNEL ET LA MÉTROPOLE PRENANT FIN CET AUTOMNE, NOUS SOUHAITONS QUE LES ÉLUS PRENNENT UNE DÉCISION COHÉRENTE AVEC LE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT.

Publicités pour des voitures, de l’électronique, des banques climaticides, …, mais aussi de la malbouffe et autres alcools industriels. Ca suffit ! STOP !



Ce samedi 7 mai, week-end de l’inauguration de la cité de la gastronomie à Dijon, nous avons expliqué nos revendications à de très nombreuses personnes et distribué près d’un millier de tracts.

vendredi 15 avril 2022

Financement participatif pour l'Herbivoriste, le Food Bike végétal

Un financement participatif dijonnais en cours : "Le projet consiste à vous proposer à bord d'un food bike, une cuisine 100% végétale, de saison, majoritairement biologique et locale pour vos déjeuners en semaine. L'objectif est de démocratiser la cuisine végétalienne et de vous montrer qu'elle est accessible, riche, colorée et pleine de saveurs!"

"Pourquoi un vélo?
J'ai fait le choix d'un vélo plutôt que d'un camion pour des raisons écologiques tout d'abord, de sa grande mobilité et de ses dimensions minimalistes qui permettent de s’installer facilement et rapidement dans de nombreux endroits.
Pourquoi une cuisine végétale?
A mon sens, le végétalisme est un art de vivre respectueux de la planète et de ses habitants humains et non humains. Je suis profondément convaincue que c'est la nourriture de l'avenir."

Le financement participatif permettra de financer une partie du vélo cargo. "Le food bike sera composé d'une partie cycle et d'un caisson à l'avant conçu sur mesure et tout équipé avec une caisse isotherme, une plancha, un évier et des bacs inox pour permettre de transporter les plats et de cuisiner sur place pour vous ! "

Un second palier de financement servira à financer le petit matériel nécessaire à l'activité. Tandis qu'un dernier palier aidera à acheter une partie du gros matériel.

samedi 9 avril 2022

Fin de la publicité pour les banques climaticides dans la métropole dijonnaise !

Depuis quelques jours, des membres des associations Les Amis de la Terre Côte-d'Or et ATTAC21, et des citoyens engagés pour le climat recouvrent les publicités des banques climaticides imposées à la vue de tous sur les panneaux publicitaires des abribus.

Le message est double :
–  dénoncer la publicité toxique des banques qui soutiennent très fortement l’industrie fossile,
–  Réitérer la demande publique aux maires de la métropole dijonnaise et à son président François Rebsamen, de ne pas renouveler le contrat publicitaire sur les arrêts de bus et panneaux pub appelés « sucettes », qui prend fin en 2022. Cette mesure permettra d’en finir avec les publicités pour les multinationales et la surconsommation qui polluent les rues de Dijon, La solution proposée étant de créer une commission validant le contenu des informations présentes sur les futures aubettes dijonnaises, réservées aux commerces locaux.

Banques climaticides, explications
L’impact climatique des banques françaises est considérable. Aux trois premières places des entreprises françaises les plus polluantes, on retrouve BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole, qui ont chacune une empreinte carbone supérieure au territoire français.
Elles jouent un rôle prépondérant en finançant le modèle économique du passé, fortement émetteur de gaz à effet de serre.
Le rapport international Banking On Climate Chaos a révélé en mars 2021 que BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et le groupe BPCE ont au total presque doublé leurs financements au charbon, pétrole et gaz entre 2016 et 2020 – soit en moyenne + 19 % par an. En 2020 en se sont les premiers financeurs européens des énergies fossiles.
La  finance est un levier fondamental pour limiter le réchauffement planétaire sous la barre critique de 1,5 °C, mais elle persiste  à freiner la transition : c’est le secteur économique qui a l’impact carbone le plus important.

100 milliards pour détruire le climat
Une étude des Amis de la Terre France et Oxfam France montre que depuis janvier 2020, BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et le groupe Banque Populaire Caisse d’Epargne ont accordé 100 milliards de dollars de financements aux entreprises actives dans le charbon, le pétrole et le gaz. Leurs meilleures clientes sont les huit majors pétrolières et gazières, qui ont capté 25 % du total de ces financements. BNP Paribas a à elle seule financée ces majors pour 12 milliards de dollars.
Les quatre grandes banques françaises ont de surcroît toutes augmenté ces financements, de 22,5 % en moyenne entre 2019 et 2020. Cette hausse est le résultat d’un bond de leurs émissions d’actions et d’obligations pour le compte d’entreprises des énergies fossiles. Elles ont ainsi permis à de grands groupes polluants de lever rapidement et à grande échelle des capitaux sur les marchés financiers. En haut de la liste des entreprises qui en ont bénéficié, on retrouve ici encore les majors et notamment BP, qui a reçu en 2020 7,8 milliards de dollars de financements de BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale.

Et l’Accord de Paris ?
L’addiction aux majors des banques françaises représente un danger climatique avéré. Ces quelques multinationales continuent à miser massivement sur le développement des hydrocarbures – secteur qui capte plus de 90 % de leurs dépenses d’investissement, et n’ont pas l’intention d’y renoncer. Si, dans une tentative de verdissement de leur image, elles ont toutes pris des engagements en matière climatique, aucune de ces annonces ne se rapproche même des objectifs de l’Accord de Paris.

AXA IM (AXA Investment Managers) gère plus de 869 milliards d’euros d’actifs et est un des principaux assureurs du secteur pétro-gazier. AXA IM  a annoncé lors de la COP26 l’arrêt de ses soutiens aux hydrocarbures non conventionnels, mais se laisse malgré tout le droit d’investir dans les entreprises coupables de plus de 56% de l’expansion pétrolière et gazière actuellement prévue. Pourtant l’AIE (L’Agence Internationale de L’énergie) stipule clairement que l’atteinte des objectifs climatiques internationaux requiert de ne plus développer de nouveaux champs pétroliers et gaziers. AXA IM doit donc exclure dès aujourd’hui les entreprises ouvrant de nouveaux champs pétroliers et gaziers.

Suraffichage : les citoyens passent à l’action
Connaissant l’impact environnemental de ces entreprises, les Amis de la Terre Côte-d’Or, ATTAC21, accompagnés de citoyens volontaires, ont entrepris de sur-afficher  toutes leurs publicités présentes sur les abribus.
La technique consiste à fixer, avec du ruban adhésif, des affiches montrant le vrai visage de ces banques. Un acte non violent et sans dégradation pour dénoncer les investissements de ces multinationales et informer les habitants de la métropole.
Nous demandons à ces entreprises de ne plus s’afficher dans les rues de la métropole tant qu’elle continueront à avoir des investissements climaticides et à monsieur François Rebsamen, président de Dijon Métropole, de s’engager pour des aubettes locales sur lesquelles il pourra y avoir des informations économiques locales et écoresponsables, ou associatives et culturelles.
(communiqué des Amis de la Terre Côte-d’Or et ATTAC21)

vendredi 1 avril 2022

Sennecey-lès-Dijon, nouvelle ville de la métropole dijonnaise à passer à 30km/h

Et une ville de plus de la métropole à diminuer la vitesse de circulation en ville. Après Ahuy et Hauteville lès Dijon l'année dernière, c'est au tour de Sennecey-lès-Dijon. 

Une vitesse limitée à 30 km/h sur l'ensemble de la commune, excepté les routes métropolitaines 122 et 905 qui restent limitées à 50 km/h. Un bon moyen pour favoriser les déplacements doux localement. (Plus d'infos dans cet article du Bien Public)

La généralisation de la vitesse à 30 km/h se propage très vite partout. Ainsi, chaque semaine des villes de tailles différentes s'y mettent, comme à Lyon où depuis fin mars pas moins de 84% de la voirie est limitée à 30 km/h. Dijon, elle, reste plus lente à la détente, préférant transformer des bouts de rues avec une signalétique localisée. Un bel exemple de transition écologique à deux vitesses...

samedi 26 mars 2022

Elections présidentielles et climat : François Rebsamen soutient un des plus mauvais candidats

C'est officiel, François Rebsamen, maire de Dijon et président de la métropole dijonnaise, soutient Emmanuel Macron pour les élections présidentielles. Un choix étonnant pour un "maire écologiste" comme il aime à se définir, alors que son candidat est clairement parmi les pires candidats selon le classement du Réseau Action Climat.

(écouter de 4min22 à 8min51)

Le Réseau Action Climat-France fédère 26 associations nationales et 10 associations locales, autour de la lutte contre le changement climatique. Il agit à toutes les échelles pertinentes, de l’international au local. Il est par ailleurs le représentant en France d’un large réseau mondial et européen, regroupant près de 1300 membres à travers la planète. 

Ce réseau a regardé de près les programmes de 8 candidats aux élections présidentielles d'avril 2022 et les a noté avec un code couleur (vert, orange, rouge) selon 7 thématiques : transport, industrie, agriculture, logements, énergie, international et finances. 

Emmanuel Macron, le candidat que soutien François Rebsamen, fait partie des 4 plus mauvais candidats selon le RAC, avec tous les indicateurs dans le rouge. Un candidat catastrophique pour l'environnement selon toutes ces associations expertes, aussi mauvais que Valérie Pécresse, Marine Lepen et Eric Zemmour.


 

 

 

 

 

 

 

 

Anne Hidalgo et Fabien Roussel sont classés de façon intermédiaire.



Tandis que Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot arrivent exaequo en tête des meilleurs candidats.




Une explication complète des notes est disponible pour chaque candidat.

François Rebsamen expliquera t il aux dijonnais l'intérêt de voter pour un candidat qui, lors de son mandat, a fait un pas en avant et deux pas en arrière sur les questions environnementales, toujours selon le RAC ?

samedi 19 mars 2022

"Look Up", Marche pour le climat à Dijon

Samedi 12 mars à Dijon comme dans plus de 130 villes en France, des associations ont organisé une marche pour le climat et la justice sociale. Un événement pour rappeler la place de ces sujets dans les élections présidentielles à venir.

Le communiqué :

L’année 2022 débute sur des chiffres vertigineux : les 7 années les plus chaudes jamais mesurées ont toutes eu lieu depuis 2015, année de l’accord de Paris. Et alors que le dernier volet du 6ème rapport du GIEC fait état « d'impacts climatiques plus précoces, rapprochés et graves qu'anticipé par les scientifiques », les décideurs n'agissent pas en conséquence.

La crise sanitaire a plongé des millions de personnes dans la précarité. Les multinationales, leurs dirigeants, leurs actionnaires s’enrichissent de manière toujours plus indécente. Leurs richesses ont explosé pendant la crise, en grande partie via les aides publiques et elles continuent d’alimenter un système productif destructeur pour les peuples et la planète.

La situation de guerre en Ukraine, dramatique pour les populations civiles, ne doit pas nous faire oublier les enjeux auxquels le climat nous expose. Elle illustre d'ailleurs cruellement des situations qui sont amenées à se multiplier du fait du changement climatique, avec son cortège de tensions sur les ressources naturelles essentielles telles que l'eau ou les produits alimentaires et les mouvements de population qui vont en découler.

Dans ce contexte inédit, les débats politiques devraient se concentrer sur :
• Des objectifs de réductions des émissions de CO2 réellement contraignants pour l’État et les entreprises ;
• Les moyens de financer une transformation écologique et sociale de nos économies ;
• Un droit à l’alimentation choisie et de qualité pour tou·tes, s’appuyant sur une agriculture paysanne et des circuits relocalisés ;
• Un statut protecteur des salarié·e·s afin de réussir la relocalisation et la transformation de pans entiers de notre économie ;
• Le développement et l'amélioration de services publics à même de répondre aux besoins de la population, en particulier en matière de santé, de transports, de logement et d’éducation ;
• Un revenu qui permette au plus grand nombre de vivre dignement en conciliant les enjeux de fin du monde et les contraintes de fin de mois. 

Malgré la multiplication des mobilisations et initiatives pour le climat et la justice sociale ces dernières années, nos dirigeant·e·s refusent de prendre leurs responsabilités. Ils et elles favorisent le repli sur soi autoritaire, détournent délibérément le regard et laissent les multinationales et les ultra-riches saboter tout espoir d’un avenir juste et soutenable.

Les questions climatiques ne représentent que 2,7 % des sujets sujets abordés par les candidat·e·s et les médias dans cette période électorale. Sur plus de 9 heures d’antenne lors des débats de la primaire Les Républicains, seules 16 minutes ont été consacrées à la crise climatique et 10 secondes à la biodiversité !

À un mois de l’élection présidentielle, nous devons amplifier la mobilisation et faire de 2022 l’année où la France a enfin pris le chemin d’un avenir juste et soutenable pour toutes et tous.

Le nom de la marche n’est pas un hasard. Le message porté par les organisations signataires fait écho au film “Don't Look Up”, dans lequel les alarmes des scientifiques provoquent l’hilarité sur les plateaux de télévision et l’évitement des décideurs, à défaut de réactions appropriées. 

Signataires :
Amis de la Terre 21, Amis des Jardins de l'Engrenage, ATD Quart Monde, Attac 21, Extinction rebellion, Forestiers du Monde, Greenpeace, Il Est Encore Temps, Oxfam France, Sentinelles de la Montagne, Youth For Climat

jeudi 17 mars 2022

Capitaine Marteau contre Amazon : épisode 1

1er épisode du feuilleton Capitaine Marteau contre Amazon. Une enquête à suivre qui révélera peut être les causes et responsables d'un crime dans l'agglomération dijonnaise.

à suivre...

lundi 14 mars 2022

La chouette monnaie, la monnaie locale dijonnaise

Cela fait près d'une année que les billets de la chouette monnaie circulent de mains en mains dans l'agglomération dijonnaise. Une monnaie locale pour favoriser l'économie locale avec de fortes valeurs.

Selon un reportage de France 3 Bourgogne, 140 particuliers ont adhéré au concept et une vingtaine de commerçants ou de professionnels acceptent ces coupures. Un début timide, mais qui ne demande qu'à progresser.

samedi 5 mars 2022

Pourquoi tant de panneaux publicitaires dans l’espace public ?

"Pourquoi tant de panneaux publicitaires dans l’espace public ?", telle est le titre d'un article de l'association Paysages de France dans sa lettre de décembre 2021. Un article qui, normalement, devrait faire ouvrir les yeux de n'importe quel élu.e sur l'impact de la publicité dans les rues de sa ville. Une situation qui s'applique à l'agglomération dijonnaise....




"L’espace public a été progressivement envahi par des publicités qui vantent essentiellement l’alcool, la restauration rapide et les sodas, les « belles » et grosses voitures, et les parfums en s’appuyant sur la valorisation de corps féminins « désirables ». Pourquoi investir tant d’argent et tant d’intelligence pour des activités commerciales nocives pour la santé, la société et la planète ? L’alcool à lui seul est un problème de santé publique majeur en même temps qu’un important facteur de désordres sociaux. Il est la première cause de démence précoce, la deuxième cause de cancer évitable, en particulier cancer du sein et cancer du côlon ; il est la première cause non génétique de retard mental ; il provoque un millier de morts et 10 000 blessés tous les ans par les accidents de la circulation qu’il occasionne ; il est présent dans plus de la moitié des violences commises en France ; il multiplie par 8 le risque de violences conjugales et y est présent dans 55 % des cas ; il est responsable de 30 % des entrées dans les services d’urgence ; il est responsable de 50 000 morts par maladie tous les ans ; on estime qu’il est responsable de 120 milliards de pertes économiques chaque année ; 44 % des jeunes de 17 ans ont pris l’habitude d’avoir au moins une ivresse pathologique par mois ; ces ivresses tuent définitivement les neurones qui produisent les nouveaux neurones. Mais c’est 2,5 milliards de taxes pour l’État et c’est le deuxième produit exporté par la France avec 7,2 milliards par an ; c’est un secteur qui draine quelque 500 000 emplois ; les alcooliers dépensent 500 millions par an en publicité quand l’État dispose de 120 millions pour la prévention de toutes les addictions. Alors, pourquoi mettre des affiches dans l’espace public ? C’est parce qu’on commence à comprendre que l’alcool est un fléau que les alcooliers ont décidé de communiquer sur le thème du plaisir prétendument maîtrisé. Pour cela, ils utilisent un biais cognitif nommé effet de simple exposition, décrit par Robert Zajonc en 1968. Il se caractérise par une augmentation de la probabilité d’avoir un sentiment positif envers quelqu’un ou quelque chose par la simple exposition répétée à cette personne ou cette chose. C’est exactement ce que réalise la publicité dans l’espace public. Avec malheureusement des conséquences très nocives pour les personnes et la société. En l’occurrence, on pourrait considérer, d’une certaine manière, que l’État n’est plus dépositaire du bien commun."



Un argument supplémentaire (est-ce encore nécessaire d'en rajouter ?...) pour interdire ces publicités dans l'espace public concerne une étude anglaise sur les "changements dans les achats d'aliments et de boissons des ménages à la suite de restrictions sur la publicité pour les produits riches en matières grasses, en sel et en sucre sur le réseau de transport londonien : une analyse contrôlée de séries chronologiques interrompues". 




Traduction de l'introduction et de la conclusion de l'article : "La restriction de la publicité des produits à haute teneur en matières grasses, en sel et en sucre (HFSS - High Fat, Salt, Sugar) a été recommandée comme outil politique pour améliorer l'alimentation et lutter contre l'obésité, mais l'impact sur les achats HFSS est inconnu. Cette étude visait à évaluer l'impact des restrictions publicitaires HFSS, mises en place sur le réseau de transport de Londres (Royaume-Uni) en février 2019, sur les achats HFSS.
Cette étude trouve une association entre la mise en œuvre de restrictions sur la publicité HFSS extérieure et les réductions relatives de l'énergie, du sucre et des matières grasses achetées à partir de produits HFSS. Ces résultats appuient les politiques qui restreignent la publicité HFSS en tant qu'outil pour réduire les achats de produits HFSS.
"

Il en est évidemment de même pour toutes les autres publicités, à savoir l'électronique en tous genres, les voitures, les parfums, les vêtements,... Le GIEC a beau alerter encore et encore, tant que les élu.e.s ne supprimeront pas ces types de publicités sur la voir publique, ces élu.e.s ne seront pas crédibles pour agir contre le dérèglement climatique et pour la justice sociale !



 

 

 

 

 

 

Plusieurs associations locales interpellent sans cesse nos décideurs, comme Les Amis de la Terre Côte-d'Or ou XR Dijon.