mercredi 7 décembre 2016

Une cagnotte solidaire pour le maraîcher de deux AMAP dijonnaises

Monsieur Jérôme Clabeau vend ses légumes via trois AMAP, dont deux sur Dijon (« Les jardins de Lucie » et « Lulugume »). Pour développer son activité en agroforesterie, il a besoin de 5500€. Tout le monde peut participer à travers la cagnotte solidaire "Germe de blé".
"Créé par Jérôme Clabeau, le Jardin des Equinoxes se déploie sur 5 ha. Cet espace a pour vocation d’être un organisme agricole autonome, diversifié et résilient. Cela signifie qu’il se fixe comme objectifs, l’amélioration durable de la fertilité du sol, de la biodiversité, de produire en limitant les intrants, de nécessiter des investissements modérés, d’atteindre un rapport revenus/travail décent.
Pour cela, le travail est effectué selon le cahier des charges de l’agriculture biologique, avec un travail du sol simplifié en planches permanentes, allié à l’agroforesterie, avec des rotations longues d’engrais verts. Il est conduit sur des surfaces limitées et progressives. Le sol présente une granulométrie très équilibrée d’argiles, limons et sables.
Cette composition permet un ressuyage très rapide. De plus, sa légèreté ne nécessite que peu de puissance de travail et des pratiques superficielles. C’est pourquoi, un travail au motoculteur est suffisant pour la partie légumes de 1 ha, la surface restante étant couverte par du trèfle.
La commercialisation est réalisée au travers de 3 AMAP sur Dijon et Genlis et permet l’activité d’une personne."
"Le matériel à financer
Bien que la nature du sol se prête à un matériel léger, l’entretien des 5 ha nécessite un tracteur équipé d’un broyeur. Ce matériel va permettre une destruction rapide des cultures terminées. Le broyage réduit les résidus de végétaux en particules qui vont se dégrader rapidement et faciliter le travail du sol pour les cultures suivantes.
Le tracteur sera équipé d’un cultivateur à dent auto-construit pour la préparation des planches de culture en un seul passage et d’une dérouleuse à film auto-construite. Au final, l’acquisition de ce matériel permettra un important gain en temps de travail.
Le matériel envisagé est un tracteur d’occasion de type Massey Ferguson 1080 et un broyeur à marteau de 1,60m, dont le coût total s’élève à 5 500 €."

"La cagnotte solidaire, un circuit court de financement local, solidaire et citoyen
La cagnotte solidaire contribue au rapprochement solidaire entre paysans et citoyens dans le cadre d’un partenariat local, direct et transparent. C’est une association qui a pour objet social de soutenir des projets de création, de dévelop- pement et de maintien de l’agriculture paysanne de proximité, socialement équitable et écologiquement soutenable. Les fonds sont apportés par les adhérents pour être mis à disposition de projets sous forme de prêts à taux zéro. Au terme du remboursement du prêt, chaque adhérent récupère le montant de son apport. Il peut alors le mettre à disposition d’un nouveau projet, ou pas."

lundi 5 décembre 2016

Dijon obtient le label "APIcité"

"L’Union Nationale de l’Apiculture Française lance en 2016 le label national APIcité ®. Ce label, à but non lucratif, vise à mettre en avant l’implication des communes dans la préservation des abeilles domestiques et des pollinisateurs sauvages." Dijon a obtenu la note "démarche exemplaire".

"Le label APIcité® se situe dans le prolongement du programme « Abeille, Sentinelle de l’Environnement » : il s’inscrit dans cette même philosophie de communication et de sensibilisation sur le rôle primordial de l’ensemble des pollinisateurs dans le maintien de la biodiversité, et la nécessité de les protéger. De nombreuses communes s’inscrivent aujourd’hui dans cette dynamique, interdisant par exemple l’usage de produits phytosanitaires dans les jardins publics, installant des ruches en ville, ou encore mettant en place des programmes de sensibilisation autour de cette problématique dans les écoles. Ces actions traduisent une forte demande sociale de nature en ville, à laquelle les collectivités tentent de répondre.













L’objectif de ce label, accordé pour deux ans, est donc de valoriser les politiques locales en matière de protection des pollinisateurs."

dimanche 4 décembre 2016

Financement participatif pour une épicerie zéro emballage à Talant

"La Bonne Mesure est un concept qui vous proposera des produits alimentaires ou non, en vrac, sans emballage ou consignés." Un appel à financement participatif est en place pour aider au lancement de ce projet.

"Pourquoi ce projet ?
Vous en avez assez du gaspillage et des emballages inutiles, vous voulez mieux consommer, vous appréciez les conseils et surtout le sourire, vous allez être enfin satisfaits.
* Notre magasin a pour principal objectif de réduire nos déchets et agir directement sur l’environnement mais encore
* Nous voulons également mettre en avant les principes des circuits courts et de la valorisation des savoirs faire traditionnels locaux. Nous avons la chance de vivre dans une région où la gastronomie ou le bien manger tiennent une place privilégiée, alors faisons profiter au plus grand nombre les bons produits de notre région mais encore
* Nos produits seront sélectionnés pour vous donner le plaisir de consommer autrement et en payant le juste prix. Ce sera la qualité contre la quantité ! mais encore
* Nous proposerons, des recettes, des ateliers où des professionnels vous donneront des conseils pour préserver votre santé grâce à une bonne alimentation mais encore
* L’accueil et le sourire seront au rendez-vous tous les jours, mais encore
D’ autres surprises vous attendront, car vous l’avez compris, nous souhaitons que La Bonne Mesure devienne un lieu incontournable et ce grâce à Vous !

Comment va fonctionner la bonne mesure ?
C'est très simple :
Vous apportez vos contenants (pas de panique, vous en trouverez sur place à acheter)
Vous les pesez vides en arrivant
Vous les remplissez en choisissant la quantité souhaitée
Vous payez à la caisse uniquement le produit
Plus besoin de déballer vos courses, elles sont prêtes à ranger !

Que trouvera-t-on à la Bonne Mesure ?
Tout ce qu'il vous faut pour votre quotidien, que ce soit alimentaire mais aussi des produits cosmétiques, d'entretien .... soit plus de 500 références ....
Nous sélectionnons avec attention nos fournisseurs pour vous proposer des produits de qualité en encourageant l'économie locale."

Cette épicerie sera la première du genre dans l'agglomération. Une démarche vers le zéro déchet à soutenir.

vendredi 2 décembre 2016

Les faucheurs volontaires en action près de Dijon

Lundi matin près de Dijon, soixante dix Faucheuses et Faucheurs Volontaires ont neutralisé deux plate-formes d'essai de colza contenant des variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH).


Le communiqué de presse:
"Ce lundi matin près de Dijon, soixante dix Faucheuses et Faucheurs Volontaires ont neutralisé deux plate-formes d'essai de colza contenant des variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH) issues de mutagénèse, une technique définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclue de son champ d'application, ce qui exempte ces variétés de toute évaluation, traçabilité et étiquetage. Ces OGM se retrouvent donc cachés dans nos champs et nos assiettes.
Depuis les 1ers tournesols mutés il y a 8 ans, les Faucheurs Volontaires dénoncent le développement de ces cultures. De nombreuses démarches et mobilisations citoyennes ont fait valoir nos droits de paysans et de consommateurs à produire et à consommer sans OGM, et à sauvegarder notre patrimoine commun.
Mais l'industrie semencière continue de passer en force avec la complicité des Pouvoirs Publics, au mépris du bien commun. Il ne nous reste que la désobéissance civile, et entre autres cette action aujourd'hui que nous assumons et revendiquons pleinement.
Nous sommes aussi intervenus sur une plate-forme d'essai de Dijon-Céréales et leur avons livré une partie de notre récolte. Dijon Céréales doit non seulement mettre un terme à ses essais, mais également ne plus préconiser et commercialiser les semences VrTH. Nous demandons expressément au gouvernement la mise en place d'un moratoire sur ces variétés mutées rendues tolérantes à des herbicides
A l'heure où se profilent d'autres OGM issus de nouvelles techniques de modification génétique, le groupe Limagrain-Vilmorin investit les lieux de décision pour que ces nouveaux OGM et leurs brevets se retrouvent eux aussi cachés dans nos jardins, nos champs et nos assiettes.
Le gouvernement doit prendre position et agir pour que ces nouveaux OGM soient soumis au principe de précaution.
Non au passage en force des OGM cachés et de leurs brevets Oui à la préservation de nos systèmes agraires existants, de notre santé et de notre environnement. Oui à une alimentation choisie et de qualité."

mercredi 30 novembre 2016

" Qu'est-ce qu'on attend ?"

Qui connait les "lanceurs d'avenir" ? Ils sont de plus en plus nombreux. Marie Monique Robin a fait un film sur une poignée de ces lanceurs d'avenir qui ont réussi à transformer leur ville.


"Qui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune française ? C’est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit. « Qu’est-ce qu’on attend ? » raconte les multiples initiatives qui permettent à cette petite ville alsacienne de 2 200 habitants de réduire son empreinte écologique."
"La municipalité d’Ungersheim a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. « L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis). Depuis 2005, la commune a économisé 120 000 euros en frais de fonctionnement et réduit ses émissions directes de gaz à effet de serre de 600 tonnes par an. Elle a créé une centaine d’emplois. Et elle n’a pas augmenté ses impôts locaux. Alors, qu’est-ce qu’on attend ?"
Marie Monique Robin est venue à Dijon le lundi 28 novembre lors de la projection au cinéma Eldorado. Elle a répondu aux questions dans une salle comble. Pour la petite histoire, une seule élue était présente dans la salle. Comme le disait madame Robin: "nous avons des élus éclairés et courageux; nous avons des élus courageux mais pas éclairés; nous avons des élus pas courageux mais éclairés; nous avons aussi des élus ni courageux ni éclairés"...
Maintenant, qu'est-ce qu'on attend pour faire aussi bien à Dijon ? 
Le film continue à être visible au cinéma Eldorado.

mardi 29 novembre 2016

La première carte PokeTerre avec le monstre Charbonito dévoilée à Dijon

Plusieurs centaines de cartes à collectionner "PokeTerre" avec le monstre "Charbonito" ont été distribuées récemment par l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or. Un Charbonito aux couleurs de la banque BNP Paribas dans un paysage détruit.

Le communiqué de presse:
"Tout le monde ou presque a entendu parler des cartes Pokemon dont de nombreux enfants font la collection.
Personne ou presque n'a entendu parler du financement du secteur du charbon par les banques internationales, dont la banque BNP Paribas.
En ce moment a lieu la COP22, grande messe de négociations sur le climat, dont les décisions impactent l'avenir des jeunes d'aujourd'hui.
Afin d'informer et de sensibiliser une population qui va être très touchée par le réchauffement climatique, les Amis de la Terre Côte-d'Or ont créé les cartes PokeTerre. Il s'agit de cartes à collectionner où les monstres sont des entités réelles responsables de catastrophes écologiques.

La première carte PokeTerre montre l'image de la BNP Paribas via un monstre fumant devant un paysage anéanti. Une métaphore pour illustrer la triste réalité: la banque BNP Paribas finance l'industrie minière et la production d'électricité à partir de charbon. Avec 52 milliards d'€ de financement aux énergies fossiles entre 2009 et 2014, dont 14 milliards au seul secteur du charbon, BNP Paribas est de loin le champion français des énergies carbonées

L'association les Amis de la Terre Côte-d'Or demande à la BNP Paribas de tenir ses engagements de la COP21: cesser tout financement dans le secteur du charbon.

Choisir sa banque peut avoir des conséquences sur le changement climatique : chacun(e) de nous peut faire le choix d'une banque responsable !"
Il est possible que d'autres cartes PokeTerre voient le jour à Dijon. Quels seront les prochains monstres ?

jeudi 24 novembre 2016

La ville de Dijon adhère au Club des Territoires "Un Plus Bio"

Lundi dernier, lors du conseil municipal, une majorité d'élus ont voté pour que Dijon adhère au  Club des Territoires "Un Plus Bio". Une très bonne nouvelle pour que les enfants puissent manger davantage d'aliments issus de l'agriculture biologique dans les cantines scolaires.


"Vous êtes un village qui cherche à mieux faire dans ses repas scolaires, un conseil départemental ou régional déjà engagé dans une dynamique vertueuse, une communauté d’agglomération qui se pose les bonnes questions, une grande ville qui met du bio dans les assiettes ou bien un pays qui souhaite partager ses expériences en restauration collective de qualité ? Alors rejoignez le premier Club des Territoires initié par l’association Un Plus Bio !
Porter la voix des collectivités, peser sur les évolutions des mentalités et des réglementations, apporter notre marque dans les débats nationaux sur l’alimentation : le Club des territoires Un Plus Bio est officiellement né en juin 2013. Un club pourquoi faire ? Tout d’abord un peu d’histoire. Cette structure n’est pas née par hasard mais d’un besoin: de plus en plus de collectivités introduisent des produits biologiques dans leur service de restauration et cherchent à relocaliser leur alimentation. Paradoxalement, elles sont nombreuses à se sentir seules devant l’ampleur des changements à opérer. En créant le premier Club des Territoires engagés dans une restauration collective de qualité, l’association Un Plus Bio entend répondre au besoin des collectivités d’agir ensemble. Le club se donne ainsi pour objectif de faire entrer la bio, la qualité de la nutrition et les questions de santé partout où cela est possible et bien au-delà des positions de principe du Grenelle de l’Environnement."

L'association "Un plus bio" a aussi réalisé un guide pratique à destination des parents pour que ceux-ci puissent agir efficacement et obtenir une alimentation biologique, donc saine, pour leurs enfants.

mercredi 23 novembre 2016

Comment l'entreprise Engie trompe les dijonnais

Engie fait actuellement de la publicité, dans les rues de Dijon, pour une "électricité verte". Un message accrocheur qui cache une triste réalité.
"Ne pas choisir l'électricité verte quand c'est au même prix, c'est comme dire: le réchauffement climatique ? 2 degrés de plus, c'est que dalle." Puis vient le texte en plus petit: "C'est pourquoi Engie poursuit son engagement dans les énergies renouvelables. Pour tout kWh que vous consommez, l'équivalent en électricité renouvelable est injecté dans le réseau."

Engie, une entreprise impliquée dans les énergies renouvelable ? Une entreprise qui permet de lutter contre le réchauffement climatique ? Pas si sur... En effet, le 3 novembre dernier, suite à une grande mobilisation de la société civile et notamment des Amis de la Terre, Engie a annoncé la fermeture de sa centrale à charbon de Hazelwood en Australie dès fin mars 2017.


Il a tout de même fallu, entre autre, une chanson


et la mobilisation de kangourous pour faire plier Engie.

Engie va donc fermer sa centrale ultra-polluante dans quelques mois, mais ce n'est pas pour autant que cette entreprise est vertueuse car en réalité elle continue à gagner de l'argent avec le secteur du charbon !

Les dijonnais qui souhaitent utiliser de l'électricité d'entreprise vraiment responsable peuvent se fournir chez Enercoop.

dimanche 13 novembre 2016

Conférence "La biodiversité c'est la santé"

La ville de quetigny et l'association Quetigny Environnement organisent une conférence intitulée "La biodiversité c'est la santé".

L'intervenant est Philippe Perrin, éco-infirmier.


Une éco-infirmier c’est "un infirmier spécialisé sur les liens entre "pollutions et santé". Un professionnel de santé qui travaille dans le champ de la prévention primaire (celle mise en œuvre avant la maladie !) en réalisant différents types d’interventions visant à sensibiliser le public -ou d’autres soignants- aux risques sanitaires liés à la dégradation de l’environnement."

samedi 12 novembre 2016

Soutenons la création du jardin en permaculture du Cercle Laïque Dijonnais !

Tout près de Dijon, un projet éco-citoyen, original, innovant, participatif !
"Construisons ce grand jardin collectif ; partageons nos savoirs ; remettons nous en lien avec la Terre pour mieux vivre et se nourrir autrement ; aidons un paysan à vivre de son travail.
A Corcelles-les-Monts, avec le Cercle laïque dijonnais, Cultivons, construisons, imaginons, partageons et agissons :
Nous avons l'énergie et l'envie, il nous manque un peu de matière, de la paille, des plants, des semences, un peu de matériel et un petit coup de pouce..."

"« Corcelles, de la Terre au Ciel » est un projet participatif du Cercle Laïque Dijonnais pour réinventer sa base de loisirs située à Corcelles-les-monts.
Petit à petit nous créons ensemble un jardin naturel en favorisant la diversité du vivant, des aménagements pour des activités de loisirs nature et jardin, sciences et astronomie et nous rénovons les locaux en éco-construction... Ensemble, nous mettons de la vie !"

Pour démarrer ce magnifique projet, le groupe a lancé un financement participatif.



Les 3000 euros demandés serviront à:
- La préparation de la terre (paille, laines, location camion, carburant, …
- l'achat de petit matériel (tuyau arrosage, voiles, filets, outils)
- l'achat de consommables pour premières plantations (terreau, plants, semences, engrais verts, …)
Si le montant de la collecte est dépassé, l'excédent servira à financer le création d'un verger conservatoire et l'acquisition de clôture car la zone est très giboyeuse (chevreuils, sangliers, lièvres, blaireaux,...).
(Télécharger la plaquette de présentation)