jeudi 16 février 2017

21 février à Chenôve: pique-nique de soutien à un faucheur d'OGM

Tous les OGM ne sont pas interdits en France : 150 000 ha d' OGM cachés !!! sont cultivés en FRANCE (Colza et Tournesol)

Pour arriver à obtenir du gouvernement un moratoire sur tous les OGM, et en vertu du principe de précaution, les Faucheurs Volontaires se mobilisent fortement : 4 parcelles de colza OGM VrTH neutralisées près de DIJON !

Les Faucheurs revendiquant leurs actions Non-Violentes de lanceurs d'alerte, la liste des 70 Faucheurs venus de toute la France a été donnée à la police. Une trentaine a déjà été auditionnée à la gendarmerie, et Jean-Marc CONVERS, côte-d'orien est convoqué* le 21 février 2017 à 13 h 30 pour une "composition pénale" :

Pique-Nique de SOUTIEN le 21 février 12 h 30 à Chenôve !
 Afin de marquer votre opposition aux OGM et soutenir les Faucheurs Volontaires rdv devant la
Maison de Justice et du Droit de l'agglomération dijonnaise 8 r des Clématites Chenôve (près de la piscine, Tram 2 arrêt Mails).
Soyons nombreux ! Tous les OGM doivent enfin être réglementés !

Les Variétés rendus Tolérants aux Herbicides (VrTH pour les faucheurs) ou New Breeding Technology (NBT pour les semenciers) sont issus de la MUTAGENÈSE, technique définie comme OGM par la directive européenne 2001-18, mais exclue de son champ d'application. Malgré l'opposition d'une très forte majorité de français, ils se retrouvent donc cachés dans nos champs et nos assiettes, sans aucune évaluation, traçabilité et étiquetage. Parallèlement, les importations de soja transgénique destinées à l’alimentation du bétail français et européen continuent.

Suite à «l'Appel de Poitiers» 9 organisations saisissent le Conseil d’État pour exiger le retrait de l'article qui exempte le procédé de la MUTAGENÈSE de la réglementation OGM. Le Conseil d’État a renvoyé ce dossier devant la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) qui doit statuer en février 2017.

SOUTIENS : Vigilance OGM21, A.I.G.U.E. (Beaune), ALTERNATIBA Dijon, Alliance Ecologiste indépendante 21, Ami e s de la Confédération Paysanne, ATTAC 21, Confédération Paysanne
21, EELV 21, dijon-ecolo.fr, Ensemble ! 21, Gauche Alternative de Quetigny, Les Amis de la Terre 21, Ligue des Droits de l'Homme, Nature & Progrès 21, NPA 21 (Nouveau Parti Anticapitaliste), Nuit Debout Dijon, ...


Les faucheurs ont aussi envoyé un communiqué de presse aujourd'hui:

"Présence du Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt à DIJON !

A l'occasion de la venue à DIJON de M. Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, les Faucheurs Volontaires de Côte-d'Or rappellent que la réglementation en vigueur permet encore la culture d'OGM (Organisme Génétiquement Modifié*) en plein champ, malgré l'opposition d'une majorité de la population.

Vers DIJON les 28 novembre et 13 janvier, les Faucheurs de toute la France sont intervenus sur des plate-formes d’essai mises en place par DIJON-CÉRÉALES, pour dénoncer le développement de ces cultures d’OGM cachés : variétés rendues tolérantes à des herbicides (VrTH) issues de mutagénèse. Ils sont déterminés à poursuivre leurs actions de désobéissance civile, tant que ces semences de colza et de tournesol OGM resteront commercialisées.

IL Y A URGENCE ! Le gouvernement doit mettre enfin en place un MORATOIRE sur ces cultures avant les prochains semis de tournesol au printemps 2017.

Les Faucheurs Volontaires dénoncent par ailleurs la propagande mensongère développée par les promoteurs de ces cultures auprès des agriculteurs, alors que ce ne sont en réalité que de fausses solutions à des problèmes agronomiques créés par les pratiques de l’agriculture industrielle. Les plate-formes d’essai de ces variétés ont pour seul but de participer à cette propagande.
Le ministre ayant affiché sa volonté de faire de la France le leader mondial de l’agroécologie, les Faucheurs Volontaires rappellent leur position : Non à l’agroécologie industrielle, avec passage en force des OGM cachés, des brevets et des pesticides qui vont avec. Oui à l’agroécologie paysanne, la seule qui permet la préservation de nos systèmes de production agricole respectant notre santé et notre environnement. Oui à une alimentation choisie et de qualité.

Ils saluent la décision de François Rebsamen, Président du Grand Dijon, d’assurer, à l’horizon de 10 ans, l’autosuffisance alimentaire du Grand Dijon, étant bien entendu qu'il s'agit de développer l'agriculture biologique, sans chimie et sans OGM !

Les Faucheurs Volontaires et une vingtaine d'organisations appellent tous les citoyen(ne)s à venir soutenir les Faucheurs convoqués, notamment ce mardi 21 février lors du premier pique-nique de soutien à 12 h 30 devant la Maison de Justice et du Droit de l'agglomération dijonnaise 8 r des Clématites à Chenôve.

(*) Un Organisme Génétiquement Modifié (OGM) est un organisme (une plante, un animal, une bactérie, un virus) dans lequel on a introduit artificiellement un ou plusieurs gènes, soit inconnus de l'espèce à laquelle appartient cet organisme, soit appartenant à l'espèce mais ayant subi plusieurs manipulations génétiques."

mardi 14 février 2017

La Recyclade, une recyclerie bientôt à Marsannay-la-Côte

Une recyclerie sur la région Dijonnaise où vous trouverez des objets méritant une seconde vie, une boutique solidaire, des ateliers de customisation ? C'est en cours !

L'association La Recyclade y travaille.
Objet de cette association dijonnaise: assurer la gestion d’une recyclerie en valorisant et en gérant de façon innovante des déchets par la collecte, le tri, la remise en état d’objets, le détournement d’usage et la transformation artisanale ou artistique ; contribuer également au lien social, à la rencontre entre acteurs des filières du recyclage, artistes, créateurs professionnels ou amateurs et grand public, ainsi qu’à la création d’emplois par la vente, le troc et le don d’objets, par des actions de sensibilisation, d’éducation à l’environnement et par la réduction des déchets et tout autre moyen.

Informations complémentaires et petit historique sur le site la7hpile.fr

lundi 13 février 2017

Rénovéco, la plateforme du Grand Dijon pour rénover l'habitat et économiser l'énergie

"Rénovéco, le service public de la rénovation énergétique performante de l'habitat du Grand Dijon.
Territoire à Energie Positive pour la croissance verte, le Grand Dijon s'engage toujours plus en faveur de la transition énergétique et de la réduction des consommations d'énergies non renouvelables en créant Rénovéco, la porte d'entrée unique en matière de rénovation énergétique de l'habitat privé.
Ce nouveau dispositif fédère les structures locales de conseil aux particuliers ainsi que les professionnels du bâtiment, de l'immobilier et les banques, pour vous accompagner de manière optimale tout au long de votre projet.










Rénovéco est un service gratuit porté par la Communauté Urbaine du Grand Dijon, avec le soutien financier de l'Etat, de l'Agence nationale de l'habitat (Anah), de l'ADEME et de la Région Bourgogne-Franche-Comté.













Ce service s'adresse à tous les propriétaires ou copropriétaires, occupants ou bailleurs, d'un logement situé dans l'une des 24 communes du Grand Dijon."

samedi 11 février 2017

Des jardins partagés à Talant, c'est pour bientôt !

"Dans un espace collectif situé derrière La Turbine, seront installés entre mars et avril, 10 bacs individuels de 1,20 m x 1,20 m remplis de terre et qui seront proposés aux jardiniers en herbe ou aux plus chevronnés afin d’y cultiver un petit potager personnel."

Carottes, poireaux, choux, tomates et tous les légumes d’été : tout peut être semé ou planté pour sa consommation personnelle ou familiale. Les « jardins » seront accessibles au-delà des heures d’ouverture de La Turbine, bien entendu et les attributions aux demandeurs seront faites courant mars."
Source: Talant Magazine n°72


10 bacs de 1,20 m par 1,20m, cela reste modeste pour produire de la nourriture. Toutefois ce petit pas peut être une bonne dynamique avec de nombreux effets positifs: respect de la terre, rappel des saisons, autonomie alimentaire et liens sociaux.

lundi 6 février 2017

Maintenant, plus d'excuses pour rester dans une banque polluante

Communiqué des Amis de la Terre Côte-d'Or:
"6 février 2017, changeons de banque pour notre avenir et celui de ceux que nous aimons

La loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques va faciliter les démarches de changement de banque. Changer de banque parait un véritable défi pour la majorité des personnes ; trop de démarches administratives. A partir du 6 février, la banque vers laquelle vous voulez aller prendra en charge toutes les démarches.

"Le client n’a plus qu’une seule opération à faire : signer un mandat de mobilité à sa nouvelle banque et lui fournir les coordonnées bancaires du compte dans sa banque d’origine. La nouvelle banque réalise alors en son nom toutes les opérations nécessaires pour informer du changement de domiciliation bancaire tous ses émetteurs de prélèvements et virements récurrents. Ce nouveau dispositif reste gratuit pour le client. "(1)

Pourquoi changer de banque ? Pas content de votre banque actuelle ? Frais bancaires trop importants ?

Et si nous changions de banque sur des critères environnementaux ?
Posons la question de savoir à quoi sert vraiment notre épargne. Energies fossiles, nucléaire et grands barrages, des banques françaises soutiennent à l’étranger de nombreux projets énergétiques contreversés qu’elles ne pourraient financer en France en raison des risques légaux ou de réputation. À l’étranger, en particulier dans les pays moins développés, la législation environnementale est plus faible qu’en France ou dans l’Union européenne. Les normes internationales – qui devraient être appliquées lorsqu’elles sont plus exigeantes que les lois locales – sont quant à elles très lacunaires et peu contraignantes, de surcroît en matière climatique.

Depuis plusieurs années l’association Les Amis de la Terre France publie le guide éco-citoyen "Climat : comment choisir ma banque ?" (2) et classe les banques françaises selon les impacts de leurs activités. Ce guide est un outil concret pour nous guider dans le choix de notre banque et nous assurer que notre argent ne contribue pas aux dérèglements climatiques.

Le guide ne mentionne pas la fraude fiscale, pourtant il y aurait tant à raconter (3).
« C’est décidé, je change de banque ! »
Vous en avez assez de l’éco-blanchiment (ou greenwashing) de votre banque qui se dit engagée dans la lutte contre les changements climatiques alors qu’elle soutient des projets controversés climaticides aux quatre coins du globe ? Vous ne voulez plus que votre argent serve à financer des projets qui menacent la planète et les générations actuelles et futures ? Parce que toutes les banques ne se valent pas, comparez les pratiques des banques et choisissez- en une qui correspond à vos valeurs.

Bougeons nous pour le climat. Changer de banque, un moyen simple et efficace !


Et pour en savoir plus, rendez-vous sur le site http://financeresponsable.org/

dimanche 5 février 2017

La lettre d'information de Vigilance OGM21

"Bienvenue dans cette lettre d'informations rédigée par Vigilance OGM21, association côte d'orienne de soutien aux Faucheurs Volontaires, pour vous informer sur les évolutions de la lutte et des actions."












Cette nouvelle lettre est particulièrement intéressante et montre que la mobilisation est réelle en Côte-d'Or pour faire face aux OGM et dérivés.

Le dates à retenir sur Dijon:
- Jeudi 9 février à 18h00 place du Bareuzai, rassemblement de soutien et chaîne humaine de solidarité pour l'agriculteur ayant aidé des migrants (procès prévu le 10 février). 11 personnes à ce jour seront jugées pour les mêmes faits.

Soutien au faucheur de Côte d'Or interpellé pour les actions de novembre 2016:
- Mardi 21 février à 13h30 à la Maison de la justice et du droit de l'agglomération dijonnaise
- Mardi 9 mai 2017 à 8h30 au Tribunal de grande instance de Dijon pour refus de prélèvement d'ADN.

mardi 31 janvier 2017

Récupération de la chaleur du "data center" de l'Université de Bourgogne

L'université de Bourgogne possède un gros centre de calcul informatique. Celui-ci dégage de la chaleur qui est récupérée pour chauffer une partie des locaux ou pour chauffer de l'eau.


"L’université va ainsi récupérer environ 400 KW de chaleur, soit 5% de la chaleur nécessaire pour chauffer l'université. Le système servira aussi l'été pour produire l'eau chaude utilisée dans les cuisines du Crous et des résidences universitaires. L'université de Bourgogne est la seule en France à utiliser la chaleur de son data center pour le chauffage. Au vu des résultats, l'université de Strasbourg est intéressée par cette technique. "
(source: France 3 Bourgogne)


Les data centers sont ces gros ordinateurs qui stockent et véhiculent toujours plus de données. Selon le rapport Clicking Clean publié le 10 janvier 2017 par Greenpeace, le secteur informatique représente aujourd’hui environ 7 % de la consommation mondiale d’électricité. Alors, autant récupérer une partie de cette énergie.

mercredi 25 janvier 2017

39 commerçants et artisans de Dijon possèdent la charte éco-responsable en 2016

"L’opération «Mon commerce, ma ville, mon environnement» du Grand Dijon vise à identifier et promouvoir, conseiller et accompagner les commerçants et artisans qui souhaitent s’engager dans des actions durables et souvent financièrement intéressantes pour leur commerce.

En 2015, 23 commerçants se sont lancés dans cette opération. Accompagnés d’un expert, ils ont pu établir un diagnostic propre à leur commerce, afin d’identifier des actions existantes, et entreprendre les bons gestes à adopter en matière de tri, de réduction de déchets, de mobilité, d’économies d’énergie et d’eau… Des démarches concrètes ont ainsi été engagées par différents types de commerce : substitution des ampoules et halogènes par des leds plus économes en énergie, suivi du chauffage au plus juste en le réduisant quand cela est possible, communication dématérialisée (site internet, blog, Facebook), promotion du vélo et des transports en commun, dons des invendus pour éviter le gaspillage alimentaire ou donner une seconde vie au produit, installation d’économiseurs d’eau (mousseurs). Certains commerces ont pu constater une baisse allant jusqu’à 50% de leur facture d’électricité.
Des gestes simples, et efficaces salués par les initiateurs du projet, à savoir le Grand Dijon, la CCI Côte d’Or, la fédération des commerçants et artisans Shop In Dijon, la ville de Dijon, la Chambre des métiers et de l’artisanat Bourgogne section Côte d’Or, et l’ADEME." (source: centre-ville.org)













Fin 2016, 39 commerçants et artisans dijonnais ont reçu ce label. 

Une initiative à saluer et à soutenir, d'autant plus qu'elle est complètement méconnue des dijonnais.

mardi 24 janvier 2017

Pollution atmosphérique aussi dans le Grand Dijon

Comme dans une grande partie de la France, les seuils d'alerte à la pollution par les particules fines sont dépassés. Dans l'agglomération dijonnaise, on ne respire pas bien.

Les chiffres de l'association atmos'fair Bourgogne sont explicites. La qualité de l'air est mauvaise à Dijon.













Pour comprendre la situation d'une façon générale, un article de reporterre.net fait une synthèse de cette pollution... permanente. On y apprend notamment que les PM10 (particules fines) "proviennent avant tout de la combustion (notamment de bois dans les foyers ouverts) et des gaz d’échappement des véhicules (dioxyde de soufre, oxydes d’azote NOx), mais également du freinage des véhicules, des carrières, incinérateurs et décharges." On y apprend aussi que nous n'exportons pas seulement notre camembert et notre vin, mais aussi notre pollution. Cocorico ?

En tout cas ça ne doit pas être si grave puisque la ville de Dijon ne communique pas sur le sujet, pas de recommandations, ni même de sensibilisation sur la page internet, twitter ni facebook...

mercredi 18 janvier 2017

Vague de froid : le Grand Dijon va-t-il agir ?

Communiqué de l'association Les Amis de la Terre Côte-d'Or :
Tous les médias en parlent : avec la vague de froid de cette semaine, la France risque un manque d’électricité dû notamment à l’utilisation de radiateurs électriques - appareils vendus pour développer l’industrie nucléaire, et aux divers gaspillages.

Les messages d’alertes défilent à la radio, la télé, la presse papier ou internet. Citoyens, soyez sobre en énergie, éteignez les lumières, coupez votre frigo, diminuez votre chauffage,... Sans quoi nous risquons la coupure de courant ! Ainsi le citoyen est tenu pour responsable. Nous soutenons bien entendu la sobriété énergétique, mais pas seulement en ce moment, toute l’année.

Mais dans quel sens agit le Grand Dijon ? Pendant que les dijonnais feront acte de sobriété, plus d’un millier de panneaux publicitaires restent éclairés partout dans l’agglomération dijonnaise, toute la nuit ! Et c’est jours et nuits que cela consomme ; et depuis des années. Et malheureusement pour des années encore selon nos informations. En effet, en dépit de nos demandes répétées et la rédaction d’un RLPi (Règlement Local de Publicité intercommunal), le Grand Dijon souhaite garder des centaines de panneaux publicitaires, dont une grande majorité utilisant de l’électricité.

D’un côté nous devons être sobre suite aux messages d’alerte, et les dijonnais sont positivement sensibilisés en participant aux "familles à énergies positives", mais d’un autre côté le Grand Dijon continue à vouloir garder des panneaux publicitaires, aberration écologique et économique !

Note pour rappel : Tous les panneaux sucettes et affichages publicitaires présents sur les abribus (environ 600 au total) utilisent de l’électricité fournie par le réseau d’éclairage public. C’est à dire que chaque nuit les dijonnais payent pour ce gaspillage.

Nous appelons une nouvelle fois Monsieur Rebsamen et nos élus du Grand Dijon à mettre en place un RLPi exemplaire, sur le modèle de Quetigny et Grenoble, et ne prévoyant aucun affichage publicitaire électrique ; pour que Dijon devienne une référence écologique en France et en Europe.

"L’énergie est notre avenir, économisons-là REELLEMENT !".