mardi 11 juillet 2017

Avec les élèves de la Maladière et les Amis de la Terre, tout se transforme !

Communiqué des Amis de la Terre Côte-d'Or:
"Au début, il y a les Amis de la Terre Côte d’Or qui font écho à une opération nationale de recyclage de stylos. Et puis il y a les enseignants et les élèves de l’école de la Maladière qui relèvent le défi et collectent, sur plusieurs mois, tous leurs stylos usagés. Le résultat de ce partenariat : plus de 10 kgs de stylos récoltés. Ils seront ensuite recyclés et deviendront des bancs, des arrosoirs et autres objets en plastique."

"Sans cet effort collectif, ces stylos auraient terminé soit à la décharge soit incinérés. Et savez-vous combien de temps met le plastique pour se décomposer ? Vous pouvez le demander aux élèves de la Maladière qui ont, pour conclure cette opération recyclage, détaillé le cycle de vie d’un stylo. Ce cycle commence sous terre, avec du pétrole, des minéraux... que l’on transforme pour faire du plastique, du métal... qui pourront devenir stylos. Le cycle se termine soit par du recyclage, soit à la déchetterie où le plastique met environ 450 ans à se décomposer, soit encore à l’incinérateur (le cas à Dijon) pour produire des suies toxiques très dangereuses.
Le mardi 4 juillet, une adhérente des Amis de la Terre Côte-d’Or était présente à l’école de la Maladière pour informer les enfants, devant un monticule de plus de 40 kg de stylos usagés récupérés dans cette école, mais aussi provenant de l’Université de Bourgogne et ailleurs. Les élèves ont bien compris les enjeux et les conséquences de nos gestes quotidiens. Ils pourront ainsi faire les gestes et les choix nécessaires pour limiter leurs déchets.
Et vous ?"
"Si vous voulez participer avec nous à cette action de recyclage de stylos et/ou de sensibilisation, vous pouvez nous contacter à cotedor@amisdelaterre.org"

jeudi 22 juin 2017

Dijon protège et détruit le climat en même temps

Dijon vient de co-signer la tribune France Urbaine pour le climat ce 19 juin 2017 dans la presse nationale. Cette tribune appuie l’engagement de 54 villes de France en faveur des accords de Paris pour la défense du climat.
En même temps, la lettre d'information de la ville de Dijon met en avant l'augmentation de 15% pour le trafic global de l'aéroport Dijon Bourgogne par rapport à 2016 à la même période. Avec la conclusion: "Le tourisme d'affaires se porte particulièrement bien avec une hausse de 65%."
"La ville de Dijon, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco pour les climats de son vignoble, et référence écologique en France pour son plan climat énergie fait évidemment partie des signataires.
En co-signant cette tribune, François Rebsamen, Maire de Dijon Président de Dijon Métropole et ancien Ministre réaffirme l’engagement de la ville en faveur de la transition écologique. Alors que le retrait unilatéral des Etats-Unis de l’accord de Paris sonne comme un nouveau défi pour la planète, La ville de Dijon est fière de compter parmi les territoires qui poursuivront et renforceront quoi qu’il arrive la dynamique exceptionnelle issue de la COP 21."

Le déplacement en avion produit plus de CO2 au km que les autres moyens de transport. Développer ce petit aéroport c'est donc promouvoir le dérèglement climatique !

Protéger la planète pour mieux la détruire, voila une façon bien étrange d'envisager l'avenir. Mais bon, si le tourisme d'affaires se porte bien, alors continuez les bêtises messieurs les dirigeants...

lundi 19 juin 2017

Mémorandum de 11 associations et coopératives actives dans les énergies renouvelables en Bourgogne-Franche-Comte

"Se situant dans une attitude de co-construction d’une politique régionale, 11 associations et coopératives ont voulu apporter leurs réflexions et leurs propositions pour une politique régionale réussie au travers d’un mémorandum introduit par onze préconisations majeures."
"La Transition Energétique est aujourd’hui un impératif pour tous les pays et des régions du monde. C’est une fantastique opportunité pour redonner du sens à notre avenir et des perspectives optimistes à la population.
La transition énergétique est une des priorités de la Région Bourgogne-Franche-Comté, laquelle projette d’être « à énergie positive » en 2050. C’est un objectif très ambitieux. Dans ce cadre, la Région définit durant l’année 2017, sa politique en matière de développement des énergies renouvelables.
Les associations et coopératives agissant dans le domaine des énergies renouvelables sont proches des situations de terrain. Motivées pour réussir la transition énergétique, elles sont engagées dans des actions concrètes, aux côté des collectivités, des entreprises et des citoyens.
Le développement des énergies renouvelables nécessite un cadre européen, national et régional favorable. Mais c’est aux acteurs de terrain de jouer pour transformer des objectifs en réalités, permettre aux territoires et à leurs habitants de tirer parti de la production d’énergie sur leurs territoires et créer de nouvelles activités et de nouveaux emplois, tout en contribuant aux politiques de lutte contre le dérèglement climatique.
Collectivités territoriales, entreprises, artisans, agriculteurs, filières et secteurs industriels, établissements de formation, etc., chacun doit être invité à devenir à « énergie positive » en consommant moins et en produisant local et renouvelable.
Encourager et soutenir la diffusion de l’information et du conseil, favoriser les initiatives de ces acteurs et leur mise en réseau, la convergence de leurs actions, la formation de communautés citoyennes autour de projets dont les parties prenantes sont fières. C’est là que résident les solutions.
Se situant dans une attitude de co-construction d’une politique régionale, les associations et coopératives ont voulu apporter leurs réflexions et leurs propositions pour une politique régionale réussie au travers d’un mémorandum introduit par onze préconisations majeures."













Ci-dessus, en résumé,  les 11 préconisations pour les Energies Renouvelables des 11 associations et coopératives actives dans les énergies renouvelables en Bourgogne-Franche-Comte. (télécharger le dossier complet).

mercredi 14 juin 2017

La nuit de l'Agro-écologie: "Agriculture et environnement, quel avenir en commun ?"

"Jeudi 22 juin, dans le cadre de la 2ème Nuit de l’Agro-écologie, le Centre de recherche Inra de Bourgogne-Franche-Comté, AgroSup Dijon et AgrOnov organisent un café-rencontre intitulé « Agriculture et Environnement, quel avenir en commun ? », au Jardin des Sciences de Dijon. Citoyens, agriculteurs, chercheurs, entrepreneurs et représentants du monde associatif échangeront leurs visions de l’Agro-écologie."

"Réfléchir à des pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement, produire une alimentation saine, soutenir les agriculteurs dans leur activité, consommer autrement : tels seront les grands thèmes abordés lors de cette rencontre entre les citoyens et le monde de l’agriculture. La Nuit de l’Agro-écologie est un temps propice à la réflexion et au débat !

En plus des contributions d’agriculteurs, d’associations et de start-ups investis dans le mouvement agro-écologique, le débat s’enrichira des regards d’intervenants scientifiques tels que : Stéphane Cordeau (INRA, spécialiste de l’agronomie), Manuel Blouin, (AgroSup Dijon, spécialiste de l'écologie), Sylvie Mugnier (AgroSup Dijon, spécialiste de la zootechnie), Elsa Martin (INRA, spécialiste de l'économie)."
(source: INRA)
En 2010, un rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter, montrait que l'Agro-écologie pouvait être une solution d'avenir pour l'alimentation des humains.
Définition de l'agro-écologie: "L’agroécologie est à la fois une science et un ensemble de pratiques. Elle résulte de la fusion de deux disciplines scientifiques, l’agronomie et l’écologie. En tant que science, l’agroécologie est l’«application de la science écologique à l’étude, à la conception et à la gestion d’agroécosystèmes durables»16. En tant qu’ensemble de pratiques agricoles, l’agroécologie recherche des moyens d’améliorer les systèmes agricoles en imitant les processus naturels, créant ainsi des interactions et synergies biologiques bénéfiques entre les composantes de l’agroécosystème. Elle permet d’obtenir les conditions les plus favorables pour la croissance des végétaux, notamment en gérant la matière organique et en augmentant l’activité biotique du sol. Les principes fondamentaux de l’agroécologie sont notamment les suivants: le recyclage des éléments nutritifs et de l’énergie sur place plutôt que l’introduction d’intrants extérieurs; l’intégration des cultures et du bétail; la diversification des espèces et des ressources génétiques des agroécosystèmes dans l’espace et le temps; et l’accent mis sur les interactions et la productivité à l’échelle de l’ensemble du système agricole plutôt que sur des variétés individuelles. L’agroécologie utilise une forte intensité de connaissances et elle repose sur des techniques qui ne sont pas fournies du sommet à la base mais mises au point à partir des connaissances et de l’expérience des agriculteurs."

mardi 6 juin 2017

La plaquette "Linky" de Enedis transformée en plaquette d'informations

Tout le monde est au courant, ou presque, que Enedis cherche à tout prix à imposer son compteur faussement intelligent Linky. Un dijonnais a repris la plaquette de désinformations d'Enedis pour la transformer en plaquette d'informations.













Un joli résultat qui synthétise les mensonges, non-dits et arnaques de ce compteur. Toutes les données de cette maquette ré-écrite est basée sur les sources ci-dessous:

Selon le collectif Stop Linky 21, toutes les personnes du Grand Dijon ont le droit de refuser ce compteur, il n'est pas obligatoire ! En cas de problème ou pour toute information en Côte-d'Or, contactez le collectif: coll-stoplinky21@riseup.net

mercredi 31 mai 2017

"En selle avec Clémentine et Augustin"

Les associations Les Amis de la Terre Côte-d'Or et EVAD lancent un financement participatif pour réaliser 10 clips vidéos qui cassent les vrais faux prétextes pour ne pas faire de vélo.

"Pour beaucoup de nos concitoyens, prendre la voiture pour se déplacer est souvent un réflexe, une évidence : "je suis obligé de prendre ma voiture" parce que "j'ai des enfants à conduire à l'école", "j'ai de grosses courses à faire", "je n'ai pas envie d'arriver en sueur à mon travail", "je n'ai pas de temps à perdre", "à vélo, c'est beaucoup trop dangereux"...

De mauvais prétextes tenaces pour ne pas se déplacer à vélo. Afin de montrer qu'à chaque problématique des solutions existent, les associations Les Amis de la Terre Côte-d'Or et EVAD ont décidé de réaliser des petits films financés à l'aide d'un financement participatif. Chaque film donnant une ou plusieurs solutions simples et réellement efficaces pour répondre à ces vraies fausses justifications afin que chacun puisse choisir de ne pas utiliser la voiture lorsque cela est possible. La plupart des gens ont une idée très floue de tout ce qu'il est possible de faire avec un vélo et des accessoires adéquats ! Ces très courts-métrages seront réalisés dans une ambiance humoristique avec un comédien et une comédienne très motivés par le projet.



Où seront diffusés les films ?

Partout !
Notre objectif est qu'un maximum de personnes découvrent les solutions qui existent face à un problème pour se mettre à vélo. Alors nous envisageons de les mettre sur Youtube, Dailymotion, Vimeo, Facebook... Nous chercherons à les diffuser le plus possible par tous les moyens possibles."

Vous souhaitez nous participer ?





Le site de financement participatif n'a pas été pris au hasard puisque zeste.coop est la plateforme de financement créée et gérée par La Nef, la banque la plus respectueuse de l'environnement selon une étude des Amis de la Terre France.

dimanche 28 mai 2017

La première journée du tigre à Dijon

Samedi, l'association talantaise Planète Tigre organisait place François-Rude la Journée du tigre. Les Dijonnais étaient invités à se pencher sur le destin de ce grand félin de légende. Objectif : sensibiliser les passants aux menaces qui pèsent sur les tigres et collecter des fonds.
Le tigre est une préoccupation grandissante en Inde, où il est le deuxième attrait touristique, après le Taj Mahal. En 50 ans, la population mondiale des tigres a chuté de 100 000 individus à... 3000. Les animaux sont victimes de la réduction de leurs aires naturelles de vie, de la surpopulation en Asie, et du braconnage.
(source: infos-dijon.com)

"L'association Planete Tigre s'engage à mettre en oeuvre tous les moyens possibles afin que le tigre de Sibérie, le tigre de Sumatra et le tigre du Bengale (ou tigre royal) se perpétuent. Il fallait un commencement : l'Inde nous ouvre une porte, et c'est là-bas que le tigre du Bengale peut survivre.
Planete Tigre est le début d'un projet de longue haleine, en coopération avec ceux qui connaissent le terrain et s'investissent, chaque jour, de façon conséquente."


Les objectifs de l'association: "Libérer des moyens financiers, mettre un terme au braconnage et au trafic illégal, restaurer les habitats naturels des derniers tigres. Ces actions requièrent une mobilisation intelligente de la part de tous, et ce, pour une grande cause : la survie des tigres et la préservation de l'écosystème." 
(source: planete-tigre.org)

jeudi 25 mai 2017

Un institut de beauté labellisé « Institut responsable pour une beauté durable » à Dijon

Prendre soin de la planète tout en prenant soin du bien-être de son client, c’est de cette idée qu’est né en 2013 un nouveau label, celui d’institut responsable pour une beauté durable, porté par la CNAIB, Confédération nationale artisanale des instituts de beauté.
Son objectif : sensibiliser les esthéticiennes et leurs clients à l'importance du développement durable pour les instituts, pour la planète et pour la peau de leurs clients.


Seules une soixantaine de professionnelles sont labellisées en France sur les 8.000 instituts existants et toutes ont suivi une formation spécifique avant labellisation.

« O de Peau » est le 1er institut de beauté de l'agglomération dijonnaise labellisé ainsi par la Confédération nationale artisanale des instituts de beauté (CNAIB).

(source et plus d'informations: la7hpile.fr)

mercredi 24 mai 2017

EVAD propose des stages de remise en selle avec le vélo-école

«Faire du vélo en ville, j’aimerais bien, mais... j’ai peur de la circulation !», «Je fais déjà du vélo en ville, mais... je ne suis pas toujours très sûr(e) de moi !»... Ces craintes, fréquemment entendues, bien compréhensibles, font que beaucoup renoncent à utiliser le vélo pour certains de leurs déplacements en ville, même pour de très courtes distances !

Pour aider à surmonter ces appréhensions et permettre à chacune et chacun de faire ou refaire du vélo en ville avec confiance, sécurité, efficacité et plaisir, l’association Ensemble à Vélo dans l’Agglomération Dijonnaise (EVAD) propose désormais, dans le cadre de sa vélo-école, des formations «remise en selle» régulières.
Par petit groupe, au cours d’une séance de deux heures, combinant mises en situation et apports «théoriques», les participants pourront se familiariser avec les bons réflexes, les bonnes attitudes, les droits et devoirs du cycliste urbain, nécessaires pour circuler en sécurité dans le trafic.

Vous apprendrez par exemple, à anticiper le comportement des autres usagers, à bien vous positionner sur la chaussée, à tourner à gauche, à aborder un rond-point, à circuler dans un double sens cyclable ou un couloir bus, à utiliser un sas vélo, etc.

lundi 15 mai 2017

Marche contre Bayer et Monsanto: Notre santé avant leurs profits

Le 20 mai 2017, pour la 5ème année consécutive, des citoyens du monde entier feront converger leurs luttes contre Monsanto leader mondial des semences et Bayer, leader mondial de la chimie. A Dijon, RDV à 11h place de la Libération.

"Le rachat de Monsanto par Bayer, c’est la prise de contrôle des semences et du marché des pesticides, c’est la mise sous dépendance des paysans, c’est la mise en danger de la souveraineté alimentaire.
Ces multinationales de l’agrobusiness mènent des stratégies agressives : lobbying, science sous influence, conflits d’intérêts au sein des institutions ou capture de la décision. Pour imposer les OGM ou maintenir des pesticides toxiques sur le marché, elles disposent de "leaders d’opinion " pour vanter leurs louanges dans les médias, de réseaux d’influence qui ne se soucient pas de l’éthique jusqu’à rétribuer des scientifiques infiltrés dans les groupes d’expertises. Dans le cadre d’une action intentée contre Monsanto, la justice fédérale américaine vient de déclassifier, jeudi 16 mars, plus de 250 pages de correspondance interne de la firme agrochimique. Dans ces pages, des études cachées depuis 1999 ont montré le potentiel mutagène du glyphosate, principe actif de son produit phare, le Roundup, et molécule phytosanitaire la plus utilisée au monde."

"Réalisé par l’ONG bruxelloise Corporate Europe Observatory (CEO) et Combat Monsanto, le rapport "Le lobbying de Monsanto : une attaque contre notre planète et la démocratie" a été publié à l’occasion du Tribunal Monsanto à La Haye (Pays-Bas) du 14 au 16 octobre 2016. Les experts de l’ONU évaluent à 200 000 le nombre de décès provoqués par les pesticides chaque année. S’ajoute à ce mythe industriel les conséquences catastrophiques sur la santé humaine (lien entre une exposition régulière aux pesticides et la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, les troubles endocriniens, les troubles du développement et la stérilité) sans oublier les nombreuses répercussions des pesticides sur le plan neurologique ... Certaines coopératives agricoles, comme DIJON-Céréales, Limagrain ... vendent ces produits aux agriculteurs, avec les semences mutées (OGM issus de la mutagénèse).
Marchons contre Monsanto et les multinationales de l’agrobusiness, contre les écocides et les génocides, contre un système agricole intensif et destructeur. Marchons pour une agriculture locale, saine et écologique ! Consommons autrement pour infléchir les modes de production et pour agir en faveur de la promotion d’une agriculture respectueuse de l'humain et de la nature, de la fourche à la fourchette."

Pour en savoir plus: combat-monsanto.org