mercredi 16 janvier 2019

1ère session à Dijon de recherche de glyphosate dans les urines

Samedi 12 janvier, de 6h à 9h du matin, 63 personnes ont participé à la première session en Côte-d'Or pour rechercher la présence de glyphosate dans leur urine. Tout s'est déroulé de façon rigoureuse et conviviale. La seconde session est prévue pour le 16 mars.


Une campagne de recherche de glyphosate dans les urines a démarré en avril 2018 en Ariège. Portée par des collectifs de citoyens, elle a vocation à se répandre en France et en Europe pour produire des données scientifiques selon un protocole rigoureux.
100 % des analyses réalisées à ce jour sont positives. Nous avons tous des pesticides dans le corps.

Le collectif glyphosate 21 (Association vigilance OGM21, Les Amis de la Terre Côte-d'Or, Nature & Progrès, Graines de Noé, ATTAC21, Quetigny environnement et 8 personnes impliquées en leur nom propre) propose aux citoyen-e-s de Côte-d'or de participer à cette campagne nationale d'analyse d'urine.
Ces milliers d’analyses permettront, à ceux qui le souhaitent de porter plainte contre les fabricants et les décideurs qui autorisent ces pesticides. Et demander l'interdiction de la commercialisation de ces produits toxiques, garantir le choix de son alimentation et le respect du vivant.










Ce samedi matin, les personnes convoquées à la MJC des Bourroches à Dijon pour cette première session devaient s'acquitter des frais d'analyse (85€) et des frais d'huissier pour les 61 personnes sur 63 désirant participer à la plainte collective à venir. Ensuite, les hommes d'un côté et les femmes de l'autre rejoignaient un espace où un huissier et un huissière assuraient l'authenticité des prélèvements: les "pisseurs" devaient se rendre dans les toilettes munis d'un tube numéroté et habillé seulement d'un sous-vêtement. Une fois terminé, les "pisseurs" retournaient dans la salle commune pour répondre à un questionnaire et prendre une collation offerte par le collectif.

Une cagnotte a été mise en place afin d'apporter le complément d'argent aux personnes à faibles revenus pour qu'elles puissent malgré tout participer.

La vente et l'utilisation du glyphosate est interdite en France aux particuliers depuis le 1er janvier 2019. Mais est-ce suffisant ? En Côte-d'Or il s'est vendu 138,9 tonnes de glyphosate en 2017 !

Aucun commentaire: