vendredi 28 novembre 2008

Avec Aldorende, faîtes ce que qu'ils disent, mais ne faîtes pas ce qu'ils font

Faire adopter un comportement écologique aux salariés sur leur lieu de travail : c'est l'objectif que s'est fixé Aldorende, société dijonnaise qui propose aux entreprises une sensibilisation de leur personnel aux économies d'énergie. Son offre de services, créée en 2006 et baptisée « Ecochallenge », prend la forme d'un quizz où sont posées les questions les plus diverses. Pour récompenser les gagnants, un tirage au sort est organisé chaque semaine ou chaque quinzaine suivant les entreprises, avec chèques cadeaux à l'appui. Cette carotte n'est toutefois que le stimulant visible censé susciter une véritable démarche éco-citoyenne.(...) Son discours suscite généralement le débat et passe parfois difficilement. Comme dans cette entreprise qui fabrique des climatiseurs et qui sera à terme condamnée, du fait des nouvelles normes de construction des bâtiments à énergie passive. « Je tiens un langage de vérité, simple et direct qui opère la plupart du temps une prise de conscience sur l'obligation de changer ses plus mauvaises habitudes », conclut Christophe Aubry.(source: Les echos)

Les lauréats de cette année sont: la société Sundyne de Dijon a économisé deux palettes de papier sur l'année ». Avec l'appui de l'ADEME ces résultats ont été changés « en or » qui a permis de donner un chèque de 4 700 € à l'association Petits gestes à Auxonne. Cette association de lycéens va ainsi pouvoir planter plus d'arbres !
La maison des entreprises a économisé 256 kg de Co2 et 110 ramettes de papier ; Lennox Dijon Longvic & Mions (prix de la motivation du personnel) ; Sundyne Dijon a économisé 360 ramettes de papier et sensibilisé près de 80 % de son personnel ; la CCI de Dijon a économisé 240 ramettes et 2,8 % d'émission GES (prix de la persévérance) ; Caisse d'Epargne 71 pour ses 108 ramettes sur 6 agences et ses 1 228 kg de CO2 ; ESSILOR Dijon reçoit le grand prix Ecochallenge pour la mobilisation de son personnel et le meilleur suivi au quotidien. (source: Le Bien Public du 28/11/2008)

Intéressant donc comme initiative. Mais ces belles paroles ne doivent pas oublier que l'entreprise Aldorende a oublié de balayer devant sa porte. En effet, cette société incite à économiser le papier, mais parallèlement elle incite (déjà en 2007), à gaspiller de l'essence, polluer l'air et augmenter le réchauffement climatique. Car il faut savoir qu'elle organise des compétitions de karting (Karting Trophy) et de voitures de courses (Bourgogne Trophy).










Si l'année prochaine, à la place du papier, il faut économiser de l'essence, alors il vaut mieux que l'entreprise Aldorende évite de jouer à son propre concours...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

La société Aldorende devrait effectivement un peu plus balayer devant sa porte et surtout dans ses locaux où le développement durable ne semble véritablement pas être une priorité mais davantage un moyen de faire de l'argent facile...

On s'étonnera que, quelques jours avant la fin de l'Ecochallenge, la quasi totalité des participants étaient dans le rouge, avant de tourner miraculeusement au vert pour Entreprissimo.

Le projet est intéressant, mais il manque particulièrement de transparence et surtout, il semble n'être qu'un nouvel exemple de green-washing générateur de profits. Pire encore, alors qu'ils encouragent par exemple les participants a réduire leur consommation de papier, des milliers de formulaires papiers sont distribues chaque semaine dans les entreprises où les salariés n'ont pas accès à Internet. Sans compter les nombreux rendez-vous nécessaires à l'inscription, pour la plupart effectués en voiture...

On appreciera, une fois encore, le paradoxe cree par Aldorende.

Anonyme a dit…

Vu sur le site www.bourgognetrophy.com : "En 2009 le bourgogne trophy se met au vert !". Les voitures utilisent desormais du Diester, dont l'eco-bilan semble etre positif. Savez-vous ce qu'il en est reellement?

Par ailleurs, si l'eco-bilan du carburant est positif, je doute que celui du Bourgogne Trophy le soit egalement si l'on prend en compte le tranport des voitures de courses jusqu'au circuit de Dijon Prenois et bien sur le trajet effectue par les pilotes, a bord de vehicules puissants et polluants, lesquels n'hesitent d'ailleurs pas a conduire dangereusement vite sur la petite route qui mene au circuit...

Maigre consolation, j'ai cru comprendre que Franck Pelloux, le dirigeant d'Aldorende, utilisait une voiture electrique pour ses deplacements.

denis a dit…

Bonjour,

Chapeau bas à cette société Sundyne pour cette performance en termes d'économie de papier.

Quant aux compétitions dont Aldorende est l'organisatrice, reflète l'entente entre la direction de l'entreprise et ses salariés et je n'y vois pas d'inconvénients majeurs.

Je suis par contre navré de voir la réaction de ce piètre blogueur qui s'use à dénigrer ces derniers événements. La combustion (ponctuelle!) d'essence de ces quelques véhicules rejette, je ne peux le nier, du co2. Mais M. ou Mme. Dijon Ecolo oubli de nous joindre la consommation d'énergie de son poste informatique depuis le quel il émet ses articles, la consommation du serveur qui héberge son blog (tournant 24/24!)...
Pour conclure, il faut balayer devant sa porte; ou encore devant sa chaumière où M. et Mme. Dijon écolo devraient, d'après ce dernier résonnement, vivre sans eau courante, ni électricité à l'instar de quelques familles françaises,(bien loin de nos artifices politiques) dont on ne voit malheureusement pas l'affiche sur internet!
A bon entendeurs salut !
Denis.