vendredi 22 novembre 2019

16.000 mégots ramassés en 4h sur le campus dijonnais de l'Université de Bourgogne !

Un article du site infos-dijon.com indique que des étudiants de la filière pharmacie ont collecté 8 kilos de mégots en quatre heures, soit environ 16 000 mégots ! Une quantité qui en dit long sur l'absence de conscience écologique de certains fumeurs.
"Dans le cadre du Mois sans tabac, les étudiants de la filière pharmacie se sont mobilisés ce jeudi 21 novembre 2019 pour collecter les mégots sur le campus de l'Université de Bourgogne à Dijon. Pour Infos-Dijon, Lucile, chargée de communication du projet, explique la démarche.
«Nous sommes en cinquième année de pharmacie filière pharmacie et nous organisons cette journée dans le cadre du mois sans tabac, du service sanitaire et de notre projet de promotion. Le mois sans tabac se déroule tout le mois de novembre pour aider les gens à arrêter de fumer.
Le service sanitaire est une initiative de M. Macron qui concerne tous les étudiants en santé, qui vise à prévoir des actions au près de la population pour promouvoir la santé. Notre projet de promotion est une junior entreprise, qui vise à nous apprendre le fonctionnement d'une vraie entreprise et qui nous entraine à travailler en équipes.


Nous réalisons des missions rémunérées pour les industries pharmaceutiques pour récolter des fonds pour aller visiter des industries pharmaceutiques dans un autre pays européen, cette année à Porto.
Cette journée a pour but d'allier santé et écologie en sensibilisant à la fois aux dangers du tabac pour notre santé mais aussi pour l'environnement (un mégot pollue 500 litres d'eau!).»
Le collectif declic était également présent pour apporter du renfort aux étudiants."


L'impact environnemental d'une cigarette est phénoménale, que ce soit en amont (fabrication) ou en aval (pollution de l'eau). Le minimum est donc de ne pas jeter sa cigarette au sol, le mieux étant bien évidement de cesser de fumer (c'est mieux pour l'environnement et pour soi)...

En 2013, Dijon Métropole avait fait une campagne de sensibilisation, qui visiblement serait à refaire. A quand les contraventions sur le campus universitaire pour les récalcitrants ?

Aucun commentaire: