jeudi 10 septembre 2009

C'est parti pour Fruimalin

Des fruits qui tombent des arbres et finissent par pourrir sur le sol. Pendant ce temps, des gens ne mangent pas à leur faim. Quel est le lien géographique? Ca se passe au même endroit, un peu partout en France. Ca se passe aussi à Dijon. Tout le monde ne mange pas à sa faim à Dijon et parallèlement, de très nombreux arbres fruitiers de l'agglomération dijonnaise sont délaissés pour de multiples raisons.













(à gauche, sans Fruimalin, à droite, Fruimalin en action)

Partant de ce constat, Thierry Deiller, de l'association relais-planète-solidaire a décidé de remédier à cette aberration. C'est ainsi qu'il a créer Fruimalin. Cette action a pour but de collecter les surplus de fruits chez les particuliers pour en redistribuer, en autre, aux restaurants du coeur, à la banque alimentaire et à l'épicerie solidaire Episourire à Dijon. L'autre partie des fruits sera transformée en jus, compotes et confitures évitant ainsi le gaspillage.


Cette initiative est exemplaire. Pourquoi faire parcourir des milliers de kilomètres à des fruits alors que nous les avons sous la main? Diminuer notre empreinte écologique, c'est si simple...

en résumé, Fruimalin c'est:
- Collecter des fruits dans l'agglomération dijonnaise.
- Soit les distribuer dans l'agglomération dijonnaise à des associations caritatives.
- Soit les transformer dans l'agglomération dijonnaise pour une distribution aussi dans l'agglomération dijonnaise.

C'est un très bel exemple d'alimentation en circuit court. Ecologiquement, ce n'est pas possible de faire mieux.

2 commentaires:

manu.z.writer a dit…

Bonjour à vous,
J'apprécie cette initiative. Ça fait longtemps que j'y pense moi-même, mais j'ai toujours été freiné par un doute juridique. Les arbres appartiennent à la commune, mais sont sur le domaine public... DILEMME !
Dans quelle mesure est-il autorisé de récolter, du tilleul, du sureau et autres plantes comestibles en ville ?
Existe t'il une législation là-dessus, idem pour les arbres de particuliers qui sortent de leur propriété ?
manu.z.writer@gmail.com
Merci à vous.

Emmanuel

youbati a dit…

Bonjour,

je participe à cette opération (de loin car j'ai d'autres obligations), et la récolte se fait tout simplement chez les particuliers avec leur accord.

Les fruits sont sélectionnés sur les lieux de récolte puis à nouveau soigneusement triés avant stockage, transport ou transformation, c'est tout simple !