mercredi 11 novembre 2020

Développement des aménagements cyclables dans la métropole

Dijon métropole consacre 1,8 M€ à la création de ces nouveaux équipements pour la période fin 2020-début 2021 pour développer et faciliter l’usage de la petite reine sur le territoire métropolitain. Et ça commence à se voir.

Par exemple sur les boulevards Mansart et Gabriel, au niveau de l'université. Il y avait encore 2x2 voies pour les voitures au mois d'octobre. Maintenant les voitures peuvent circuler sur une voie unique dans chaque sens, tandis qu'une voie est réservée aux bus, taxi et vélos. Ce qui devrait encourager les étudiants et le personnel universitaire à joindre l'université à vélo.
Selon le site internet de la métropole, concernant les abords du site universitaire et sa liaison avec le centre-ville de Dijon, "les travaux consistent à établir une continuité cyclable confortable rue de Mirande, entre le boulevard Voltaire et la rue de la Raffinerie et à jalonner les rues peu fréquentées entre la rue de la Raffinerie et la rue des Planchettes pour en favoriser l'emprunt par les cyclistes. Pour faciliter l'accès à l'esplanade Érasme au sud, boulevard du Dr Petitjean et au nord, au niveau du parking Alain Savary, des aménagements sont également prévus ainsi que des couloirs bus / vélos sur les boulevard Mansart et Gabriel. Travaux en cours (achèvement fin 2020/début 2021) - Coût : 215 000 € HT"

Ces travaux sont essentiels pour sécuriser les déplacements à vélo, toutefois attention au calcul purement "km de voies cyclables" car parfois les fins de pistes cyclables sont très dangereuses. Par exemple au bas de la rue Mirande avec une piste créée sur le trottoir qui débouche sur une intersection. Pour continuer sur la rue Mirande le cycliste devra ralentir, voir s'arrêter, et dans tous les cas faire très attention puisqu'il n'est pas prioritaire.

D'autres travaux sont prévus, comme la traversée du carrefour du 8 mai 1945 à Dijon.
"Au cœur du quartier des Grésilles, la requalification du carrefour du 8 mai 1945 à Dijon intègre l'intersection formée par l'avenue Champollion, la rue Castelnau et la rue Camille Claudel. Il s’agit de relier les différents itinéraires cyclables existants débouchant à cet endroit. La liaison métropolitaine Saint-Apollinaire – Dijon sera ainsi sécurisée dans son intégralité avec l'aménagement de pistes cyclables sur tout le pourtour du carrefour ainsi que sur l'îlot central. Outre la sécurisation des cyclistes, la situation des piétons sera améliorée et le site bénéficiera d’une végétalisation importante.
Travaux début 2021 - Coût : 500 000 € HT"

Ou encore la liaison Sennecey-lès-Dijon <> Quetigny et la liaison Quetigny <> Chevigny-Saint-Sauveur
"Les liaisons cyclables métropolitaines entre Sennecey-lès-Dijon et Quetigny (Route de Chevigny) d'une part, et entre Quetigny et Chevigny-Saint-Sauveur (avenue de la Visitation) d'autre part, ont pour objectif de renforcer et de sécuriser les échanges entre les communes de l'Est dijonnais et de les rattacher aux itinéraires structurants déjà existants. La sécurisation sera réalisée par des pistes cyclables. Les aménagements sur la route de Chevigny seront l'occasion d'expérimenter les giratoires « hollandais » : le régime de priorité est favorable aux cycles afin de rendre ce mode de transport plus efficace et plus sécurisé.   
Travaux entre fin 2020 et début 2021 - Coûts : 800 000 € HT (Liaison Sennecey-lès-Dijon <> Quetigny) / 300 000 € HT (Liaison Quetigny <> Chevigny-Saint-Sauveur)"

Aucun commentaire: