lundi 12 novembre 2018

Conférence - débat "climat: comment réagir en tant que consommateurs et citoyens ?"

"Climat, tout se joue dans les prochaines années. Le rapport spécial du groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) conclut que l'objectif est tenable à condition de transformer radicalement et vite nos systèmes de production et nos modes de consommation."

Cette conférence - débat est une soirée idéale pour celles et ceux qui souhaitent agir au quotidien, sans attendre que les responsables politiques agissent...

jeudi 8 novembre 2018

Vers la fin de l'activité nucléaire à Valduc

signée par 35 organisations, majoritairement de Dijon, Côte d’Or et Bourgogne-Franche-Comté :
- associations dans les domaines de la promotion du désarmement, de la sécurité et de la paix, de la défense des droits humains, de l'environnement, de l'altermondialisme,
- partis et mouvements politiques,
- organisations culturelles, religieuses et spirituelles.
Objet :
Arme nucléaire - désarmement nucléaire
Demande d’entretien au sujet du site de Valduc (finalités, risques, devenir) ou affirmation de solidarité avec les auteurs de la demande.

Monsieur le Directeur
Le 6 août 2018, date anniversaire du bombardement d’Hiroshima (6 août 1945), et pour la cinquième année consécutive, une quarantaine de citoyen-ne-s provenant ou non de divers mouvements (Alternatiba, Arche de Lanza del Vasto, ICAN France, Les Amis de la Terre, MAN, Mouvement de la Paix, etc.) se sont rassemblés devant l’entrée du centre de Valduc que vous dirigez.
Après quelques prises de parole, ils ont fait un die-in en s’allongeant sur le sol quelques minutes pour simuler les conséquences de l’explosion d’une bombe atomique.
Deux d’entre eux, représentant respectivement le MAN et les Amis de la Terre, ont demandé par l’interphone à vous rencontrer. Le responsable du poste de garde leur a fait savoir qu’il vous transmettrait leur requête. Nous supposons que vous avez aussi été informé de cette action par la presse locale et par le journal télévisé.
L’action d’information menée sur la place Darcy à Dijon et le jeûne qu’ont entrepris une dizaine de personnes pendant trois jours se sont terminés le 9 août par une minute de silence en mémoire des victimes de Nagasaki et par un buffet offert par la Mairie de Dijon en présence de deux Conseillères municipales.

La campagne pour la signature du TIAN par la France
Cette action faisait partie d’un ensemble de manifestations organisées en France et sur le plan international, initiées principalement par le mouvement ICAN (International Campaign Against Nuclear weapons), lauréat du prix Nobel de la Paix 2017.
L’objectif de cette campagne est que la France signe le Traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN) voté à l’Assemblée générale des Nations unies, le 7 juillet 2017, par 122 pays, signé à ce jour par 69 pays, et ratifié par 19 pays. Ce traité, comme vous le savez, prévoit l’interdiction d’employer, de fabriquer, de stocker et de menacer d’utiliser des armes nucléaires.
Il n’y a aucune raison, en effet, que seuls quelques États aient "le droit" de posséder ces armes. Ou bien les 197 États de notre planète ont ce "droit" ou bien aucun, mais pas quelques-uns.
Plutôt que de souscrire au droit international, la France préfère s’y soustraire : en continuant de rejeter ce traité, la France s’entête dans une démarche de déni de la réalité. Pourtant, 67 % des Français se disent favorables à la ratification du TIAN et, plus que jamais, les tensions géopolitiques commandent une politique de désarmement international, multilatéral et unilatéral.
Ce courrier a pour objet de vous faire savoir ce que nous aurions voulu vous dire de vive voix, et de renouveler notre demande d’entretien.
Les autres signataires qui ne demandent pas forcément à vous rencontrer vous manifestent courtoisement et fermement leur accord et leur solidarité avec les organisations militantes.

Une arme inefficace, dangereuse, immorale et coûteuse
L’analyse de la situation internationale fait apparaître que l’arme nucléaire est une menace pour la paix en France et dans le monde et non pas une sécurité. De nos jours, à aucun moment, dans aucun conflit, non seulement l’emploi, mais la menace même de l’emploi de l’arme nucléaire ne sauraient être envisagés. Ils sont devenus véritablement impensables. L’ampleur de la catastrophe humanitaire provoquée par tout usage de l’arme nucléaire constitue une totale dissuasion qui pèse sur nos propres décideurs. Ainsi la dissuasion s’inverse-t-elle et se retourne-t-elle contre elle-même : ce sont les décideurs des États nucléaires qui sont dissuadés d’employer l’arme atomique.
Valéry Giscard d’Estaing, au sujet d’un scénario d’invasion massive des forces soviétiques en direction de l’Europe de l’Ouest durant la guerre froide, écrit en 1992 dans ses Mémoires : « Une conclusion se fait jour peu à peu : ni de loin, où je suis, ni sur le terrain, où se situent les responsables militaires, la décision d’employer l’arme nucléaire tactique n’apparaît opportune. ( ...) Quoi qu’il arrive je ne prendrai jamais l’initiative d’un geste qui conduirait à l’anéantissement de la France. » Il est facile d’élaborer en chambre et de proclamer sur une estrade une rhétorique vantant les mérites de la dissuasion nucléaire. Mais, lorsque survient le moment du passage à l’acte, il apparaît clairement que la rhétorique n’a aucune prise sur la réalité. Une arme inutilisable ne peut avoir aucun effet dissuasif.
Les armes nucléaires ne servent à rien non plus pour combattre le crime transnational, les paradis fiscaux, pour prévenir les conflits ethniques et religieux, pour faire face aux risques de la guerre cybernétique. Par les dépenses qu’elles occasionnent au détriment de causes vitales et urgentes, elles engendrent l’instabilité et l’insécurité.
La menace terroriste est la principale menace qui pèse sur nos sociétés, mais l’arme nucléaire s’avère totalement incapable de l’éradiquer. Les terroristes qui viennent frapper mortellement nos sociétés peuvent rire de nos armes nucléaires.
En outre, la préméditation du crime nucléaire relève elle-même du terrorisme d’État, et constitue la négation et le reniement de toutes les valeurs éthiques, intellectuelles et spirituelles qui fondent la civilisation. Bien qu’on refuse d’en prendre conscience, ce reniement empoisonne en profondeur la vie morale en France.
La dissuasion nucléaire française est développée depuis 60 ans sans que jamais le peuple français n’ait été consulté sur ce sujet gravissime, malgré toutes les occasions qui se présentaient : 210 essais nucléaires français dans le Sahara algérien puis dans l’Océan Pacifique entre 1960 et 1996, protestations contre ces essais, attentat décidé par les plus hautes autorités de l’État contre le Rainbow Warrior en juillet 1985, etc.
En réalité, pas plus que la Ligne Maginot n’était pertinente en 1939 pour faire face à la menace du régime nazi, l’arme nucléaire n’est efficace pour faire face aux menaces actuelles qui pèsent sur notre société. Le seul effet de la dissuasion nucléaire est de démobiliser les citoyens au sujet de leur défense en la confiant au seul chef de l’État, ainsi détenteur d’un pouvoir et d’une responsabilité inimaginables.
En dépit des dangers connus de l’armement nucléaire (risques d’accident, incitation à la prolifération), la poursuite de l’aventure nucléaire militaire, notamment par la poursuite des essais dans le programme Laser Mégajoule et le développement du missile de croisière ASMP-A (Air Sol Moyenne Portée Amélioré) de la composante nucléaire aéroportée, va contre l’esprit et contre la lettre du Traité de Non-Prolifération (TNP) signé par la France en 1992.
La modernisation d’une arme nucléaire inopérante et dangereuse fera passer son budget à 6 milliards par an à partir de 2020, alors que l’on fait la quête dans la rue pour la lutte contre le cancer et contre la misère, que les financements font défaut pour permettre à notre pays d’intervenir avec des armes conventionnelles contre Daech ou Boko Haram, et qu’aucun financement n’est prévu pour les missions d’intervention civile de paix.
L’arsenal des neuf puissances nucléaires est de 14 500 armes nucléaires, représentant l’équivalent de 435 000 bombes d’Hiroshima. La France pourrait jouer un rôle moteur dans le désarmement nucléaire mondial et dans les processus de paix en s’engageant dans le processus international du TIAN.
Une interpellation locale et nationale
Nous sommes bien conscients, Monsieur le Directeur, que vous n’êtes pas le décideur de la politique française de dissuasion nucléaire. Toutefois, vous êtes un des responsables de sa mise en œuvre. En tant qu’habitants de la Côte d’Or, il nous parait normal de nous adresser au directeur d’un centre installé en Côte d’Or et qui emploie près de 1 000 personnes pour des finalités que nous estimons « funestes » et « fallacieuses ».
D’autres citoyens, ailleurs, s’adressent au Directeur du Centre Mégajoule du Barp (Gironde) où sont réalisés les essais nucléaires, d’autres au Commandant de la base de l’Île Longue où sont basés les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, etc., tandis que les mouvements nationaux s’adressent aux responsables politiques.
Nous avons la conviction que les armes nucléaires seront abolies tôt ou tard (le plus tôt sera le mieux, pour éviter des catastrophes provoquées par des erreurs ou des accidents), comme ont été bannies les armes biologiques en 1972, les armes chimiques en 1993, les mines terrestres antipersonnel en 1997, les bombes à sous-munitions en 2008. Le traité TIAN de juillet 2017 n’est qu’une étape d’un long processus inexorable.
Par ailleurs, l’opposition de plus en plus forte de l’opinion publique en Grande-Bretagne au sujet de l’arme nucléaire fait peser des doutes sur la poursuite de la coopération avec les Britanniques dans les projets Epure à Valduc et Teutatès à Aldermaston.
C’est pourquoi votre tâche, nous semble-t-il, Monsieur le Directeur, est aussi de commencer à vous préoccuper dès à présent de la reconversion de vos équipes qui travaillent sur le nucléaire militaire.
Nous avons aussi conscience que le démantèlement de l’arme nucléaire sera la conséquence d’un vrai débat politique et d’une prise de conscience de la société civile. C’est pourquoi nous adressons copie de ce courrier aux autorités politiques, administratives, morales et aux médias.

« L’ordre de choisir définitivement entre l’enfer et la raison »
Pour conclure, nous vous citons des extraits de l’éditorial d’Albert Camus dans le journal Combat le 8 août 1945, 2 jours après le bombardement d’Hiroshima et la veille de celui de Nagasaki, qui ont été lus à Valduc lors de notre action du 6 août dernier :
« La civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. Il va falloir choisir, dans un avenir plus ou moins proche, entre le suicide collectif ou l'utilisation intelligente des conquêtes scientifiques. (...)
Déjà, on ne respirait pas facilement dans un monde torturé. Voici qu'une angoisse nouvelle nous est proposée, qui a toutes les chances d'être définitive. (...)
Mais nous nous refusons à tirer d'une aussi grave nouvelle autre chose que la décision de plaider plus énergiquement encore en faveur d'une véritable société internationale, où les grandes puissances n'auront pas de droits supérieurs aux petites et aux moyennes nations, où la guerre, fléau devenu définitif par le seul effet de l'intelligence humaine, ne dépendra plus des appétits ou des doctrines de tel ou tel État.
Devant les perspectives terrifiantes qui s'ouvrent à l'humanité, nous apercevons encore mieux que la paix est le seul combat qui vaille d'être mené. Ce n'est plus une prière, mais un ordre qui doit monter des peuples vers les gouvernements, l'ordre de choisir définitivement entre l'enfer et la raison. »

Dans l’attente de vous rencontrer, ou dans la solidarité avec les organisations qui ont demandé à vous rencontrer, nous vous assurons, Monsieur le Directeur, de notre détermination à dénoncer la folie de l’arme nucléaire, et de notre considération distinguée."

mercredi 31 octobre 2018

Les Côte-d'Oriens pissent-ils du glyphosate ?

Le glyphosate est une molécule de synthèse créée par l’homme et impossible à trouver naturellement dans l’environnement. C'est la molécule principale du RoundUp, le pesticide le plus répandu mondialement.
Rendez-vous le 14 novembre (à 20h) à la Maison Phare (quartier Fontaine d'Ouche, 2 avenue de Grenoble, Dijon) pour une réunion d'information sur la campagne « du Glyphosate dans mes urines » avec les initiateurs de la démarche venus de l’Ariège. Lancement d'un collectif local pour préparer l’opération d’analyse du taux de glyphosate pour ceux qui le souhaitent avec ou sans dépôt de plainte.
Une plainte contre les personnes impliquées dans la distribution et la diffusion dans l'environnement du glyphosate, pour mise en danger de la vie d'autrui et atteinte à l'environnement.

Une centaine de citoyens à travers la France ont pratiqué des analyses d’urine pour rechercher des traces de glyphosate, principal marqueur de notre ingestion quotidienne de pesticides.
100 % des analyses ont été positives, preuve de la présence des pesticides dans notre corps.


Les pesticides:
Ce sont les produits utilisés dans l’agriculture. Ils regroupent les herbicides, les fongicides et les insecticides...
Les pesticides sont principalement épandus sur les cultures destinées à nourrir l’Homme et l’Animal.
Le Glyphosate est l’un des composants actifs du Roundup entre autres, il agit comme inhibiteur d’une enzyme spécifique chez les plantes.
Suite à son renouvellement fin 2017, le glyphosate fait parler de lui. Mais SEULEMENT de lui…
Petite dissection d’un bidon de pesticide :
30 à 40 % de glyphosate
10 à 20 % de co-formulants (composés de résidus de pétrole toxiques et d’arsenic)
"Campagne nationale d’analyses…
Nous lançons un appel national pour vous inviter à participer à une grande campagne d’analyses d’urines. Ces milliers d’analyses permettront pour ceux qui le souhaitent, de porter plainte contres différents acteurs des pesticides : des fabricants aux décideurs qui les autorisent."










Cette soirée sera le préambule d'un week-end concernant le procès des faucheurs d'OGM. 

Pour toute info, écrire à campagneglypho21@gmail.com

mardi 30 octobre 2018

"Propositions Citoyennes pour un PLUi-HD qui nous ressemble"

Dimanche 21 octobre, le groupe Alternatives Territoriales Dijon Metropole  a organisé un événement sous forme de "brainstorming citoyen" afin de proposer aux habitants de la Métropole un temps de réflexion sur les différentes thématiques ressortant de la phase de diagnostic de la concertation publique du PLUi-HD. Une quarantaine de citoyens ont participé. A l'issue de cet événement a été co-rédigé un document rassemblant à la fois des propositions déjà portées par la métropole et que le groupe souhaite encourager, mais aussi des propositions novatrices que le groupe souhaite voir porter par la métropole dans le cadre du PLUi-HD.













Afin d'augmenter l'impact de ce travail, le groupe Alternatives Territoriales invite tout le monde, à envoyer ce document à la Métropole de Dijon par mail: concertation-plui@grand-dijon.fr et en mettant en copie le collectif: dijonmetropole@alternatiba.eu.













Thématique « mobilité »
1. Réduire la place de la voiture en ville
• Augmentation du nombre de parkings relais sécurisés pour les habitants de façon à désengorger le centre-ville
• Augmentation du nombre de zones où la vitesse est limitée à 30 km/h
• Obligation d'un nombre minimal de places de parking-vélo (abritées et sécurisées) par
logement, lors de toute rénovation et construction neuve
• Augmentation du nombre de zones piétonnes en ville

2. Poursuivre le développement des infrastructures cyclables et favoriser la pratique du vélo
• Augmentation massive et amélioration du nombre de pistes et bandes cyclables (mieux protégées, continues entre elles, davantage différenciées par rapport aux autres voies)
• Augmentation de l'offre de vélo-stations dans les lieux stratégiques, dans les zones urbaines et péri-urbaines
• Renforcement de la cohabitation entre les modes actifs
• Sensibilisation et verbalisation des véhicules qui entravent la circulation des vélos

3. Améliorer les réseaux de transports en communs et promouvoir le covoiturage
• Augmentation de la fréquence des bus reliant la périphérie de la ville
• Développement de transports en commun en site propre type BHNS
• Amélioration de la desserte du centre-ville depuis les zones péri-urbaines, notamment pour
les personnes ayant des difficultés à se déplacer
• Création de zones de stop urbain permettant l'accès à des zones moins desservies en
transports en commun

Thématique « cadre de vie »
1. Protéger la nature existante
• Prise en compte systématique de la continuité écologique pour tout nouveau projet d'aménagement
• Instauration d'une interdiction de couper les arbres fruitiers en zone urbaine
• Rendre la fauche tardive et/ou l’éco-pâturage des espaces verts systématique

2. Instaurer la nature en ville
• Remplacement de chaque panneau publicitaire par des arbres (cf. Grenoble Alpes Métropole)
• Obligation de laisser un espace non construit permettant la mise en place de potagers partagés dans chaque nouvelle construction
• Végétalisation des parkings aériens lors de toute construction ou rénovation
• Interdiction des haies à croissance rapide (HCR) (thuyas, troènes, lauriers) pour toute
nouvelle construction et remplacement de toutes les HCR actuelles dans un délai de 10 ans
• Maintien et promotion du permis de végétaliser

3. Favoriser les initiatives citoyennes pour la réduction des déchets
• Obligation de laisser un espace non construit dédié à l'implantation d'un site de compostage au sein des nouveaux logements
• Obligation de conserver un espace vert réservé à la création d'un site de compostage partagé dans chaque quartier
• Autorisation explicite de la présence de poules dans les jardins publics et privés.

4. Diminuer la fréquence de ramassage des déchets par la réduction de la production de déchets
• Mise en valeur des foyers qui produisent peu de déchets par le versement d’une récompense aux plus performants (ex : monnaie locale) (cf. projet Futurs 21 de Genlis)
• Interdiction de distribution d’imprimés publicitaires non adressés sauf dans le cas de la présence d’une mention contraire sur la boîte aux lettres

5. Mettre en place des outils supplémentaires pour la gestion des déchets
• Conversion des corbeilles de propreté existantes en corbeilles de tri biflux pour les déchets recyclables
• Incitation au tri des déchets recyclables via des nudges aux endroits cibles (cf. Burgundy School of Business pour les mégots de cigarettes)

6. Gérer efficacement les déchets
• Multiplication du nombre de points d'apport volontaire des déchets recyclables
• Instauration d'une collecte séparée pour les déchets alimentaires des ménages et extension
de celle existante pour les professionnels

Thématique « logement »
1. Mettre en place des dérogations au règlement pour les initiatives à réelle plus-value écologique
• Dérogation à l'inclinaison des toits pour la mise en place de toits végétalisés et la production d'énergies renouvelables solaires (sous condition d'orientation sud)
• Dérogation au nombre de places de parking automobile minimum en cas de remplacement partiel par des parkings à vélo abrités et sécurisés
• Maintien de la dérogation aux règles constructives pour la mise en œuvre de bâtiments bio- climatiques et de matériaux bio-sourcés

2. Imposer que les toits plats et façades des bâtiments collectifs neufs soient végétalisés.
• Implantation de jardins partagés sur les toits
• Implantation de façades et toits végétalisés avec des plantes sélectionnées pour absorber le
CO2, pour atténuer la chaleur en ville ou pour nourrir les insectes pollinisateurs

3. Imposer la conception bioclimatique et l'utilisation de matériaux de construction bio-sourcés
lors d'une nouvelle construction, d'une rénovation ou d'une extension.
• Obligation pour les bâtiments d'avoir un maximum d'ouvertures du côté Sud et un minimum du côté Nord
• Obligation de la mise en place de protections solaires sur les ouvertures Sud
• Obligation d’utiliser au moins partiellement des matériaux bio-sourcés
• Obligation d’installer un système de récupération d'eau permettant l'arrosage des espaces
verts de proximité

4. Stopper l'artificialisation des sols
• Mise en place d'un moratoire pour les surfaces artificialisées.
• Transformation des espaces agricoles de la métropole en "espaces agricoles protégés" à
l'instar des "espaces boisés protégés"
• Autorisation et promotion de la modularité des bâtiments neufs (possibilité d'en changer
l'affectation)
• Fixation d'un taux d’habitat participatif minimal, comprenant une surface dédiée de lieux
partagés

Thématique « économie »
1. Privilégier les commerces de proximité :
• Interdiction de l'implantation de nouvelles zones commerciales dans les zones à urbaniser
• Densification de l'implantation de points de ventes alimentaires de proximité accessibles
sans voiture (commerces et autres points d'accès prioritairement en circuits courts, produits locaux, en vrac, bio)

2. Viser l'autonomie alimentaire d’ici 2050 :
• Réhabilitation des friches industrielles et commerciales (ex : Magasin Lidl à Ahuy inoccupé)
• Préservation des terres agricoles pour qu'elles restent nourricières via un strict respect de la
ceinture verte
• Densification de l'installation de maraîchers bio sur toute terre arable, notamment lors des
ventes/cessions de Surface Agricole Utile.

3.Favoriser l'économie circulaire, la réparation, le partage et le recyclage :
• Mise à disposition de locaux (ex: dans les centres sociaux, MJC, ...) dans chaque quartier pour la mise en place de zones de partage autour de la deuxième vie des objets

De nombreuses propositions portées par des citoyens et citoyennes. Légalement les propositions doivent être envoyées avant le 31 octobre 2018 à 18h. Mais si les élus de la Métropole sont sensibles à la démocratie, ils doivent tenir compte des envois ultérieurs à cette date.

jeudi 18 octobre 2018

Programme du week-end "Bonne nourriture, Bonne agriculture"

Le week-end du 27 et 28 octobre, des acteurs locaux se mobilisent à l'initiative des Amis de la Terre Côte-d'Or pour participer aux journées européennes de mobilisation citoyenne "Bonne nourriture, Bonne agriculture". Plus de 25 rendez-vous à Dijon et alentours (visites, dégustations, ateliers, causeries, animations) !













(Télécharger le programme: version A3, version A4)

"Producteurs, consommateurs, experts, citoyens proposent de nombreuses activités pour exprimer leur engagement en faveur d'une production bio et locale dans le respect de la nature et des personnes. Ces valeurs sont défendues à l'échelle européenne par la plateforme "Pour une autre PAC", initiateur de ces journées européennes de mobilisation citoyenne."














Un programme extrêmement riche et varié pour montrer qu'une autre PAC est possible, pour montrer que des structures à tailles humaines existent déjà et en agriculture bio. La plateforme "Pour une autre PAC" a réalisé divers documents sur les priorités pour la réforme de la PAC, dont "12 priorités de la plateforme pour une autre PAC" et "Osons une vraie réforme de la Politique Agricole Commune".













Ces propositions très différentes des PAC précédentes rejoignent l'étude de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) intitulée "Une Europe agroécologique en 2050: une agriculture multifonctionnelle pour une alimentation saine".
"L’agroécologie : un projet ambitieux et systémique.
Prendre en compte conjointement les enjeux d’alimentation durable des Européens, de préservation de la biodiversité et des ressources naturelles et de lutte contre le changement climatique suppose une transition profonde de notre système agricole et alimentaire. Un projet agroécologique fondé sur l’abandon des pesticides et des engrais de synthèse, et le redéploiement de prairies extensives et d’infrastructures paysagères permettrait une prise en charge cohérente de ces enjeux."

Un week-end pour rencontrer des acteurs locaux et discuter de bonne agriculture, de bonne nourriture et de la PAC.

lundi 15 octobre 2018

L'équipe de France de foot, future championne d’un Monde Meilleur ?

Ramenons la planète à la raison, allez les bleus, allez !
Des citoyens, dont deux dijonnais, viennent de publier une lettre ouverte sous forme de pétition adressée à l'Equipe de France de football pour qu'elle s'engage pour le climat. "Nous vous demandons via cette lettre de vous impliquer, de vous engager publiquement, individuellement ou collectivement afin de mettre votre notoriété et la confiance que nous avons en vous au profit d’un monde durable et juste."

"Tout d’abord merci. Vous avez offert du bonheur et de l’espoir aux français, tout au long de la coupe du monde. Nous nous sommes rassemblés derrière vous, avec fierté, sans plus tenir compte de nos différences, à l’image de ce qu’est réellement la France. Enfants comme adultes ont chanté vos noms, par joie et admiration. Nous avons vu une équipe soudée et responsable, capable de représenter la France dans le Monde. Mais de quel monde ?
Aujourd'hui, l’humanité a besoin d'un rassemblement massif pour porter un message dont dépend notre survie à tous.

Vous, qui en 90 minutes de jeu pouvez rassembler tant de français, mettrez-vous votre influence et votre notoriété au profit d’un monde durable et juste ?

-------------

Cet été, quatre épisodes de canicule ont très vite détrôné votre victoire de la une des médias. En effet, l’été 2018 est l’été le plus chaud de l’histoire de France, la sécheresse détruit les récoltes de nombreux agriculteurs, le réchauffement des océans entraîne des invasions d’algues dans les Antilles,… Bref, la France si heureuse de votre victoire a vite été réveillée par ses responsabilités.

Le 28 août, le départ du ministre d’Etat Nicolas Hulot entraîne un réel réveil citoyen partout en France ! Des marches pour le climat sont organisées le 8/09 et le 13/10. A chaque fois, 120 000 personnes manifestent pacifiquement dans plus de 50 villes de métropole et des DOM mais aussi dans toute l’Europe, pour sensibiliser et demander plus de mesures concrètes pour l’environnement. Des centaines de personnalités et scientifiques signent aussi des tribunes dans les journaux Le Monde et Libération pour interpeller les pouvoirs politiques à agir face au plus grand défi de l’histoire de l’humanité.

Tous les messages portés sont simples : nous courrons TOUS à notre perte si nous ne décidons pas, MAINTENANT, de changer nos modes de consommation et notre comportement.

Le rapport du GIEC 2018 vient d’ailleurs de confirmer l’absolue nécessité d’engager une transformation « rapide » et « sans précédent » pour maintenir le réchauffement climatique en dessous des 1.5°C. Sans quoi, les catastrophes naturelles, pénuries alimentaires, pénuries d’eau et destruction des habitats naturels seront encore plus nombreux. Le changement climatique est déjà une réalité.

Et le football dans tout ça ? Eh bien malheureusement, la coupe du monde 2018, que nous avons suivi avec tant de plaisir, a néanmoins engendré le rejet de 2.2 millions de tonnes de CO2 soit l’équivalent de la ville de Paris en 1 mois. Nous sommes donc tous en partie responsables.

Heureusement il y a une bonne nouvelle : les causes à défendre sont multiples et nous avons encore la possibilité d’agir ! Réduire notre consommation (notamment de plastique), nos déchets, choisir une alimentation durable, utiliser de l’énergie renouvelable, des transports moins polluants, ... Les moyens sont nombreux, et il est encore temps de faire des alternatives la norme.

Pour faire de notre système un monde dont nous serons fiers d’être champions ! #ilestencoretemps

------------

C’est pourquoi nous vous demandons via cette lettre de vous impliquer, de vous engager publiquement, individuellement ou collectivement afin de mettre votre notoriété et la confiance que nous avons en vous au profit d’un monde durable et juste. La solidarité et la réussite de votre équipe sont une preuve que l'union fait la force, agrandissons cette union et nous décuplerons notre force !

Votre récente victoire et la Ligue des Nations qui commence ouvrent la voie à de nombreuses réussites qui ne seront pas que sportives. VOUS AUSSI pouvez être vecteurs de la transition écologique, de l’égalité entre les sexes et du respect entre les Hommes.

Car nous avons tous une responsabilité. En soutenant les actions de certains collectifs ou associations ou à travers l’image que vous renvoyez de votre vie privée ou professionnelle, vous pouvez faire changer les choses aux côtés de tous ces citoyens et citoyennes qui se mobilisent chaque jour.

Nous voulons voir la France Championne d’un Monde durable, et qui mieux que vous, pour porter la voix du changement auprès de vos fans et des hautes sphères politiques et économiques ?

Nous espérons sincèrement que vous entendrez notre message d’urgence autant que vous avez entendu nos messages de soutien. Nous ne voulons plus être complices de cette tragédie.

Engageons-nous une fois de plus, pour devenir Champions d’un Monde Meilleur.

Merci, et à très vite à la prochaine Marche pour le Climat ?
Des citoyens qui aiment le foot, et la planète :)


Au delà de la notoriété de cette équipe de sportifs, interpeller le monde du foot n'est pas anodin d'un point de vue environnemental. Ainsi, le bilan environnemental d'un match de foot n'est pas négligeable en terme de consommation électrique, de consommation d'eau, de production de déchets et d'émission carbones...

samedi 13 octobre 2018

1200 personnes pour la marche pour le climat à Dijon

Cet après-midi de mi-octobre, avec une température anormalement élevée, 1200 personnes ont participé à la marche pour le climat dans les rues de Dijon. Un record à Dijon sur le thème de l'environnement !

Un cortège composé de jeunes et de moins jeunes, de militants écolos mais aussi et surtout de citoyens non impliqués dans des associations, et quelques élus locaux.


La parents sont venue en grand nombres avec leurs enfants.

Une démonstration de force à Dijon où les dijonnais ne se mobilisent pratiquement jamais pour des causes environnementales.













Les slogans ont défilé dans la bonne humeur. Maintenant il reste à passer aux actes, notamment via le site web ilestencoretemps.fr. Localement il est possible de suivre le mouvement via une page facebook.

Ce réchauffement climatique n'est pas anodin sur les activités économiques actuelles et surtout futures. Restera t il encore de grands vins de Bourgogne dans 30 ans ?  Peut être trouverons nous de délicieuses huiles d'olives...

vendredi 5 octobre 2018

samedi 13 octobre: nouvelle marche pour le climat à Dijon

Après la première marche citoyenne pour le climat du 8 septembre qui avait réuni 500 personnes à Dijon, une seconde marche va avoir lieu le 13 octobre. Le rendez-vous est à 14h45 place de la République à Dijon.

Quelques informations provenant de la page facebook dijonnaise de la marche pour le climat:

"C'est une marche citoyenne et autogérée.
En conséquence elle ne peut s'apparenter à aucun groupe, mouvement politique, syndicat, association, etc.


Cette marche est un geste citoyen, conscient et responsable.
Il s'agit de montrer à nos élus, décideurs politique, lobbies, notre volonté de faire de l'environnement un objectif prioritaire.

Cette marche est citoyenne, autogérée, sous la responsabilité de chacun. Elle doit se faire dans le calme, l'échange, d'une façon totalement pacifique et bienveillante.
Chacun est le bienvenu, s'il se présente en tant que citoyen.


Nous vous demandons à tous :
- d'éviter tout débordement,
- de vous comporter "En bon père/mère de famille",
- d'agir dans le respect, la conscience de votre environnement
- de ne pas gêner la circulation, les passant, les commerçant
- d'être en collaboration avec les forces de l'ordre et de secours qui nous aideront si besoin à sécuriser la marche le long du parcours.

Nous ne voulons aucune provocation, agitation, dégradation, etc."

Le climat, c'est l'affaire de tous. Puisque les élus ne font pas ce qu'il devraient faire, c'est aux citoyens d'agir !

jeudi 4 octobre 2018

Monsieur le Président : OTEZ-VOUS LA BOMBE DU CRANE

"Nous sommes 76% en faveur de l’engagement de la France dans un processus d’élimination des armes nucléaires !! Si vous aimez cette planète : Signez le traité voté par l’ONU pour l’interdiction de l’arme nucléaire.
14 octobre 2018, journée nationale pour que la France signe le TIAN de l’ONU.
Venez participer du CEA de VALDUC à DIJON !"
RECONVERSION DU C.E.A. DE VALDUC AU SERVICE DU CIVIL

A DIJON, EN COTE D’OR, DIMANCHE 14 OCTOBRE 2018
Rendez-vous « sur les lieux de préméditation du crime »
9h55 : Départ de Dijon en covoiturage, rendez-vous Cours Fleury, devant le fleuriste qui fait l’angle, près du char.
10h30 : Arrivée à Valduc, là où se fourbit le feu militaire nucléaire.
12h : Départ de Valduc, direction Dijon.
13h30 à 17h : Rassemblement, animations, débats place Darcy :
- Chamboule-bombes,
- Pêche au sous-marin nucléaire,
- Dessinez moi la Paix,
- Musiques, humoristes, Burehaleur, etc... - Goûter de la Paix,
- Débats.

Nous vous invitons à venir nombreuses et nombreux, Pour d’autres moyens de défense,
POUR LA PAIX,
POUR LE DEMANTELEMENT DE TOUT L’ARSENAL NUCLEAIRE MILITAIRE
POUR LA RECONVERSION DU C.E.A. VALDUC AU SERVICE DU CIVIL

Nous vous invitons aussi à signer et faire signer la pétition exigeant que la France signe le traité voté par l’ONU pour l’interdiction des armes nucléaires.

LE MONDE A BESOIN DE PAIX
LA PAIX A BESOIN DE MONDE

(Télécharger le tract)

Evenement organisé  par Le Mouvement pour la Paix, Sortir du Nucléaire Côte-d'Or , le MAN et Les Amis de la Terre Côte-d'Or.

lundi 1 octobre 2018

Action #STOPPUBVIDEO aussi à Dijon

L'appel avait circulé: "le mardi 25 septembre 2018, participez à la mobilisation nationale #STOPPUBVIDEO, contre l'implantation des écrans publicitaires dans l'espace public".

"Pourquoi c'est important ?
Implantés dans nos gares, métros, centres commerciaux, et derrière les vitrines des magasins, ces écrans énergivores et agressifs pourraient être installés dans les rues suite à la révision des règlements locaux de publicité dans les villes de France. C’est maintenant qu’il faut nous faire entendre à l’échelle nationale, pour peser dans le débat !"


A Dijon, plusieurs personnes se sont mobilisées au niveau de la gare SNCF afin de dénoncer symboliquement les affichages vidéos.

(article page 35 du magazine Dijon-Metropole n°46)
Concernant ce type de panneau publicitaire, il faut savoir que Dijon Metropole a délibérément laissé la possibilité à la société Clear Channel la possibilité d'équiper certains panneaux sucettes et abribus d'écrans publicitaires vidéos. Ainsi, le 28 juin dernier, les élus de la métropole ont voté un règlement local de publicité intercommunal laxiste.  Incitation à la sur-consommation, gaspillage d'énergie, pollution lumineuse... L'absence de pub vidéos à Dijon n'est malheureusement pas pour demain; une ville décidément en retard sur son temps...

dimanche 30 septembre 2018

1ère manifestation "Nous voulons des coquelicots" à Dijon

Plus de 200 000 signataires pour la pétition pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse. Des manifestations chaque premier vendredi du mois à 18h30 devant les mairies. A Dijon, l'appel est relayé sur la  page facebook "nous voulons des coquelicots Côte-d'Or": rendez-vous à 18h30 place de la Libération ce vendredi 5 octobre.

"Appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.

Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes."

Tous les citoyens qui se retrouvent dans ce texte sont appelés à se mobiliser et faire nombre pour ce mouvement.

jeudi 27 septembre 2018

Une affiche pour faire connaître la pétition "Des arbres pour le centre-ville de Dijon!"

La mobilisation continue pour demander des arbres pour le centre ville de Dijon, ce lieu devenu très minéral et contraire à ce que doit être une ville pour s'adapter au réchauffement climatique. Une affiche est disponible pour faire connaître la pétition.

A chacun de l'imprimer et de la mettre sur tout support autorisé.
Une page facebook a été créée pour informer sur l'évolution de la démarche.













Une étude très intéressante, disponible sur le site de Alternatives Economiques, montre que "le thermomètre s’affole dans les villes européennes". (...) "Le thermomètre grimpe aussi dangereusement à Lyon ou Valence (+ 1,1 °C), ou encore à Paris, Marseille, Strasbourg, Dijon, Orléans ou encore Toulon (+ 1 °C). "
L'heure n'est plus à la politique, mais à l'action (avec ou sans les politiciens...).

lundi 24 septembre 2018

2 députés de Côte-d'Or ont voté pour l'interdiction du glyphosate

À 04h18, samedi 15 septembre, une poignée de député.e.s insomniaques a profité de l’opacité d’une Assemblée nationale assoupie pour rejeter l’inscription, dans la loi, de l’interdiction du glyphosate d’ici 3 ans. Les députés de Côte-d'Or Didier Martin et Fadila Khattabi ont voté en faveur de l'interdiction du glyphosate. Les trois autres étaient absent.

42 sur 577 députés ont voté contre l'interdiction, 35 ont voté pour l'interdiction, 3 se sont abstenus, le reste étaient absent (source: agirpourlenvironnement.org). Proposer le vote d'un tel sujet à un tel horaire est une honte absolu pour un gouvernement !

A noter que le 28 mai 2018 ces mêmes députés devaient voter sur le même sujet. Ils étaient tous absent ! Aujourd'hui on ne peut que féliciter les deux présent pour leur vote ! Un sujet que le député Didier Martin connait bien puisqu'il a été rapporteur du rapport sur l'utilisation des "produits phytopharmaceutiques."

samedi 22 septembre 2018

Une cagnotte solidaire pour l'abolition des armes nucléaires

Une action médiatique et d’information aura lieu à Dijon le 14 octobre 2018, organisée par plusieurs mouvements (Amis de la Terre, Mouvement pour une Alternative Non-violente, ATTAC, Mouvement de la Paix, Alternatiba, Sortir du Nucléaires, etc.).

L’objectif de cette campagne nationale est que la France signe le Traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN) voté à l’Assemblée générale des Nations unies, le 7 juillet 2017. Ce traité prévoit l’interdiction d’employer, de fabriquer, de stocker et de menacer d’utiliser des armes nucléaires.

Les dijonnais et les médias sont tous invités à venir voir place Darcy un dirigeable en forme de bombe atomique, gonflé à l’hélium ! Ce ballon porte l’inscription « Abolition des armes nucléaires » et le logo de la campagne internationale contre les armes nucléaires d'ICAN, prix Nobel de la PAIX 2017. (photo : action de l'association Abolition des armes atomiques, place de la République à Paris).

450 à 500 € sont nécessaires pour acheter l’hélium servant à faire voler la « bombe atomique gonflable » et pour les frais divers (transport, consommables). Si les 600 € sont atteints cela permettra d'imprimer plus de documents d’information et de cartes postales pour le président de la République !

Nous comptons sur votre générosité pour nous permettre d’utiliser cet outil très médiatique pour la cause de la planète et de ses habitants.

Et chacun est appelé à signer cette pétition pour que la France signe le Traité d'Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) de l'ONU : Pétition www.sortirdunucleaire.org/Petition-TIAN


Cette action fait suite localement au jeûne-action qui a lieu au mois d'août.

vendredi 21 septembre 2018

Le programme des films du festival Ecologos 2018

"Pour la quatrième année, le Club Lamartine et le Cinéma Devosge organisent Ecologos, le cycle cinématographique éco-citoyen, original en son genre. Pour cette édition 2018, les sujets de la pollution, du traitement des déchets, du l’énergie, des semences, de la gestion des ressources naturelles, de l’alimentation seront abordés."
Durant sept jours, du lundi 24 au dimanche 30 septembre, sept films programmés, sept projections-débats organisées dont trois avant-premières.

Lundi 24 septembre à 20h30: « Vert de rage : Indonésie le fleuve victime de la mode » de Martin Boudot
Thème : Pollution
Intervenant : Martin Boudot (Réalisateur - Premières Lignes - France Télévisions)
Synopsis: La rivière Citarum, en Indonésie. C’est la rivière la plus polluée du monde. Martin Boudot s’associe à plusieurs scientifiques pour enquêter sur les causes et les conséquences de cette pollution. L’un des principaux pollueurs se cache dans notre placard : l’industrie de la mode. 500 usines textiles rejettent leurs eaux usées directement dans le Citarum. Sur le terrain, grâce à l’aide de citoyens engagés, l’équipe de « Green Warriors » analyse l’eau des déversoirs des industries, le riz irrigué par la rivière ou les cheveux des enfants vivants dans ces zones contaminées. Ils découvrent la présence de nombreux produits chimiques dangereux pour la santé. Cette investigation scientifique a obligé le gouvernement à changer sa règlementation contre la pollution de l’industrie textile.

Mardi 25 septembre à 20h30: « La Finestra sul porcile » de Salvo Manzone
Traitement des déchets
Intervenant : Salvo Manzone (Réalisateur)
Synopsis: Fenêtre sur déchets est une enquête du réalisateur sur notre relation avec l’énorme quantité de déchets produits par la société contemporaine. Son point de départ est une décharge sauvage qu’il découvre sous sa fenêtre lors de son retour dans sa ville natale, Palerme. Pour tout le monde cela semble tout à fait normal. Pour lui comme pour Jeff dans Fenêtre sur Cour d'Hitchcock, cela devient une obsession : il commence à enquêter sur ce crime environnemental. Il sollicite autant qu’il peut l'administration qui fait la sourde oreille. A la recherche de nouvelles perspectives et de solutions alternatives, il découvre le mouvement environnemental Zero Waste, rencontre son fondateur, Paul Connett, et visite la ville de Capannori en Toscane avec Rossano Ercoli, Prix Goldman pour l'environnement.

Mercredi 26 septembre à 20h30: « Un village dans le vent » de Jean-Louis Gonterre
Thème : Energie et alimentation
Intervenant : Jean-Paul Julliand (Distributeur)
Synopsis: « Film – portrait » de Burdignes, dans la Loire; un village agricole et rural pas tout à fait comme les autres. Autour d’initiatives liées à l’alimentation, à l’énergie, à l’habitat et à la vie culturelle, les habitants participent à une transition écologique en action et à un « mieux-vivre ensemble ». Avec des paroles fortes, des paysages grandioses, une création musicale réussie, ce documentaire est joyeusement optimiste.
De jeunes agriculteurs s’installent, alors qu’ailleurs des fermes sont abandonnées par centaines. Les « paysans d’hier », aujourd’hui officiellement retraités, sont encore là pour aider, conseiller, animer, dans la continuité de leurs innovations d’antan.

AVANT-PREMIÈRE
Jeudi 27 septembre à 20h30: « Dans les blés » de Harold Vasselin
Thème : Semences
Intervenant : Harold Vasselin (Réalisateur)
Synopsis: Une histoire de blé et d’Homme. Pierre est biotechnologue, Florent est paysan bio, Isabelle est agronome. Chacun d’eux travaille à la création de nouveaux blés, mais ils le font de manière bien différente… Quels mondes sèment-ils à l’heure où s’intensifient les mutations agricoles ? Face à des enjeux alimentaires et économiques planétaires, des choix s'imposent, questionnant notre rapport à la plante, à la terre, à la technologie.
Q​uel blé rêver pour demain ? Pour quelle société ?

AVANT-PREMIÈRE
Vendredi 28 septembre à 20h30: « Jeune Bergère » de Delphine Détrie
Thème : Changement de vie
Intervenant : Delphine Détrie (Réalisatrice)
Synopsis: C’est l’histoire d’une jeune graphiste parisienne qui a radicalement changé de vie en partant élever des brebis en Normandie. Elle se bat pour pratiquer une agriculture qui lui ressemble, contre vents et marées. Contre des collègues jaloux, une administration tatillonne. C’est l’histoire d’une bergère qui questionne notre propre désir de mener une vie en adéquation avec ce que nous sommes.

Samedi 29 septembre à 20h30: « L’eau : scandale dans nos tuyaux » de Marie Maurice
Thème : Gestion des resources naturelles
Intervenant : Marie Maurice (Réalisatrice - Premières Lignes - France télévisions / Cash investigation)
Synopsis: Cash Investigation nous emmène dans le monde opaque du business de l’eau. L’occasion d’une enquête fouillée abordant des thématiques à la fois industrielles, financières, environnementales et sanitaires.
L’équipe d’Élise Lucet se rend d’abord à Nîmes, première place au palmarès français pour le record de fuites d’eau. C’est la Saur, n° 3 en France pour la gestion des services d’eau potable, qui depuis 50 ans, détient le contrat de fourniture d’eau. Or ce groupe semble se préoccuper davantage de ses comptes plutôt que des canalisations. Au prix d’un immense gâchis, dont les grands perdants sont les Nîmois. L’équipe de Cash a enquêté aussi sur le Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap), syndicat public extrêmement opaque, qui gère les eaux usées en Ile-de-France. Entre lettres d’un mystérieux corbeau, information judiciaire pour corruption et plaintes d’entrepreneurs, le dossier s’avère pour le moins… explosif.

Dimanche 30 septembre à 18h30: « Sugarland » de Damon Gameau
Thème : Alimentation
Intervenant : Jacques Belleville (Professeur émérite de physiologie de la nutrition à l’Université de Bourgogne)
Synopsis: Le sucre est partout ! Toute notre industrie agroalimentaire en est dépendante. Comment cet aliment a pu s’infiltrer, souvent à notre insu, au cœur de notre culture et de nos régimes ? Damon Gameau se lance dans une expérience unique : tester les effets d’une alimentation haute en sucre sur un corps en bonne santé, en consommant uniquement de la nourriture considérée comme saine et équilibrée. A travers ce voyage ludique et informatif, Damon souligne des questions problématiques sur l’industrie du sucre et s’attaque à son omniprésence sur les étagères de nos supermarchés ! SUGARLAND changera à tout jamais votre regard sur votre alimentation.

Le temps des forêts, de François-Xavier Drouet
Synopsis: Symbole aux yeux des urbains d'une nature authentique, la forêt française vit une phase d'industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monocultures, engrais et pesticides, la gestion forestière suit à vitesse accélérée le modèle agricole intensif. Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, Le Temps des forêts propose un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert boisé, les choix d'aujourd'hui dessineront le paysage de demain.

jeudi 20 septembre 2018

communiqué: "Action citoyenne Plastic Attack !"

"Samedi 15 septembre 2018 s’est tenue la première action « Plastic Attack » dijonnaise au Carrefour de la Toison d’Or. Nous étions une dizaine de citoyens mobilisés pour sensibiliser les clients à la problématique du suremballage plastique.













Nous avons collaboré avec Monsieur Balloir, Responsable Alimentaire de Carrefour, pour mettre en place cette action. Carrefour nous a prêté des tables et a pris en charge la gestion des déchets accumulés au cours de l’action, comme le prévoit la loi Grenelle II.

Après avoir installé nos stands nous sommes allés faire nos courses pour ensuite déballer les produits achetés, cela a permis de commencer concrètement la Plastic Attack ; nous avons également accueilli la presse.
Durant 3 heures, nous avons invité les personnes venues faire leurs courses à retirer tous les emballages superflus. Certaines personnes très averties sur le sujet environnemental, parfois des familles entières, étaient venues munies de contenants réutilisables pour soutenir notre mobilisation et sont ainsi reparties sans aucun plastique dans leur foyer.
D’autres ont pu prendre conscience à quel point les produits vendus sont sur-emballés. L’absurdité de produits enveloppés parfois jusqu’à 3 fois a ainsi frappé plusieurs consommateurs.










Enfin, nous avons réalisé que le chemin à parcourir vers une prise de conscience générale dans notre société est encore long, puisque plusieurs clients ont eu besoin d’un accompagnement poussé dans l’analyse de leurs achats pour réaliser la présence de plastique complètement superflu.










Ceci témoigne bien à quel point il est essentiel de nous éduquer pour ne plus banaliser nos habitudes de consommation qui sont bien souvent nocives pour notre environnement, mais aussi notre santé.
L’intervention pacifique fut l’occasion de sensibiliser aux modes de consommation plus responsables : distribution de Stop-Pub pour réduire le nombre de déchets papiers dans les foyers, distribution d’un petit guide de tri, et présentation des alternatives territoriales possibles : où trouver un compost de quartier, comment et où faire ses courses en vrac à Dijon...

Nous rappelons qu’un français jette en moyenne 19 kg/an de plastique, face à l’urgence climatique, il est facile de tous changer nos habitudes pour lutter contre ce fléau. Les participants ont été très friands de nos conseils et nous avons senti un accord plutôt général face à cette problématique, bien que l’intérêt sociétal ne soit pas encore unanime.
L’équipe organisatrice se réjouit d’avoir pu sensibiliser une soixantaine de personnes et remercie tous les participants !"

samedi 15 septembre 2018

Les financements des énergies fossiles ? #PasAvecNotreArgent

ATTAC Dijon était ce matin place du Bareuzai pour réaliser une saynète afin d'interpeller les passants sur l'évasion fiscale et les conséquences sur le climat.

"Ouragans, incendies, fonte des glaciers, inondations, records de chaleur... se multiplient. Pour respecter l’objectif de 1,5 degrés de réchauffement fixé par l’Accord de Paris, il est impératif de réduire radicalement les émissions de gaz à effets de serre et donc de laisser inexploitées 80% des réserves d’énergie fossile (gaz, charbon, pétrole).

Or, des sommes colossales continuent d’alimenter la recherche et l’exploitation des énergies fossiles. En 2017, les 36 plus grandes banques internationales ont injecté 100 milliards d’euros dans les 30 plus grosses entreprises des secteurs des sables bitumineux, des forages pétroliers en Arctique et en eaux profondes, des mines et centrales de charbon et de l’exportation de gaz liquéfié.

Les banques continuent d’utiliser notre argent pour financer la destruction du climat. Ainsi, de 2015 à 2017 :
* Société générale a investi 6 milliards d’euros dans les énergies fossiles dont plus de 2,5 milliards pour l’exportation de gaz liquéfié.
* BNP Paribas a investi 6 milliards d’euros dans les énergies fossiles dont près de 1,7 milliards pour les forages pétroliers en mer.
* Crédit agricole a investi 4,2 milliards d’euros dans les énergies fossiles dont 800 millions dans les centrales à charbon.
* HSBC, banque anglaise (450 agences en France) a investi 12 milliards d’euros dans les énergies fossiles dont près de 4,2 milliards pour les forages pétroliers en eaux profondes."

Que faire ? Changer sa banque, ou changer de banque ! (voir le guide "Choisis ta banque")

vendredi 14 septembre 2018

Société Générale, une banque sale !

"Samedi 8 septembre 2018 - 18 citoyen.ne.s ont nettoyé 2 agences Société Générale à Dijon, pour dénoncer le fait que cette banque finance les énergies sales avec notre argent.

Cette opération nettoyage a été menée dans des dizaines de villes de France, par plus de 680 citoyen.ne.s qui ont mené 40 actions de nettoyage dans les agences de la Société Générale.

C'est une interpellation citoyenne qui appelle la banque à cesser ses soutiens aux énergies fossiles, et en priorité au projet texan d’exportation de gaz de schiste liquéfié Rio Grande LNG.


Scène inédite ce matin dans 2 agences de la Société Générale à Dijon.

Des membres des Amis de la Terre 21 et des supers citoyen.ne.s, sont entrés munis de seaux, d’éponges et de balais pour faire le ménage de 2 agences de cette banque, qui apporte son soutien aux industries fossiles les plus polluantes et qui ont les plus graves impacts sur les populations : gaz de schiste, charbon, sables bitumineux, forages en eaux profondes et en Arctique, terminaux de gaz naturel liquéfié.
Ces citoyen.ne.s répondent à un appel national à mener des actions pour dénoncer la politique climaticide de la banque.
“Société Générale est la première banque française à soutenir les énergies sales. Elle est même la première banque au monde à soutenir l’exportation et donc l’expansion du gaz de schiste aux Etats-Unis, alors que l’extraction de ce dernier est interdite en France !
Nous avons honte qu’une banque française détienne ce triste palmarès au niveau international, alors que d’autres à l’image de BNP Paribas ont fait le choix responsable de se retirer entièrement de ce secteur. Dans quelques jours, se tiendra justement à San Francisco le Sommet mondial pour l’action climatique : l’occasion pour Société Générale d’annoncer de nouvelles mesures ambitieuses pour un alignement de ses activités avec les objectifs de l’Accord de Paris.” affirme Stéphane Dupas des Amis de la Terre 21.
En effet, alors que tous les signaux climatiques sont au rouge, les financements massifs accordés par une banque française à des énergies fortement émettrices de gaz à effet de serre entrent en contradiction avec la volonté affichée de la France de respecter l’Accord de Paris sur le climat.
Société Générale fait au contraire le jeu de la politique de l’administration Trump : en 2017, elle a accordé 1,1 milliard de dollars au développement de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié issu de gaz de schiste en Amérique du Nord.

Les actions menées aujourd’hui à Dijon s’inscrivent dans une dynamique de mobilisation internationale contre Rio Grande LNG, projet pour lequel Société Générale doit lever 20 milliards de dollars.
Ce projet monumental de terminal d’exportation de gaz de schiste prévu au Texas se développe en dépit d’une forte opposition des communautés locales et en particulier de la Première Nation des Estok’Gna.
S’il voit le jour, il aura des impacts majeurs et irréversibles sur le climat ainsi que sur la santé et la sécurité de ses habitants.

Si la Société Générale ne saisit pas l’occasion du Sommet de San Francisco pour relever son niveau d’ambition, les citoyen.ne.s sont bien déterminé.e.s à poursuivre la mobilisation.
Ils appellent dès à présent à organiser une opération de nettoyage de grande envergure à l’agence centrale de Société Générale boulevard Haussmann à Paris le vendredi 14 décembre, jour de la fin annoncée de la 24ème Conférence des Nations-Unies sur le climat (COP24)."